EQIOM souhaite valoriser des sédiments de dragage Eco-construction | 28.05.19

Partager sur :
EQIOM s’est engagé dans un projet industriel visant la valorisation des sédiments de dragage. Menée en collaboration avec l’IMT Lille Douai, l’initiative répond à la volonté du cimentier d’inscrire son activité dans une démarche d’économie circulaire. Elle doit également permettre à la région Hauts-de-France de développer encore plus « son expertise industrielle » via une filière durable.

Depuis 5 ans, EQIOM se penche sur la problématique des sédiments de dragage. Les travaux, menés dans le cadre de sa participation active à la chaire industrielle ECOSED, ont permis de mettre en évidence « des perspectives très intéressantes » quant à la valorisation des sédiments en tant que matière première de cimenterie « soulevant au passage de nombreuses questions techniques et industrielles ».
 

 

« Afin de résoudre ces interrogations scientifiques et pour apporter des solutions pertinentes à la valorisation des sédiments dans l’industrie cimentière, nous nous sommes rapprochés du Département Génie Civil & Environnemental de l’IMT Lille Douai ». De ce rapprochement est né un projet « innovant et précurseur soutenu par la région Hauts-de-France : le projet SEDICIM », explique Jaouad Nadah, responsable support technique client chez EQIOM.
 

 

Dans un communiqué, la société précise que la seule alternative pour pallier l’envasement des voies d’eau est le dragage. « Mais cela n’est pas sans poser des problèmes de stockage et d’élimination des matériaux extraits déposés à terre ». Le projet SEDICIM vise ainsi à apporter une solution pérenne et durable pour faire face à la sédimentation de nombreux espaces naturels ou artificiels et de répondre aux problématiques liées à la préservation des ressources.
 

 

Un projet sur 4 ans

 


Le projet vise des objectifs à 4 ans. EQIOM accompagné de ses partenaires se chargera d’étudier la faisabilité technico-économique de la valorisation des sédiments de dragage non dangereux non inertes dans la fabrication de liants hydrauliques ; de développer une nouvelle filière industrielle de valorisation des sédiments dans le respect de la démarche Sédimatériaux ; et de participer à la création d’une boucle d’économie circulaire locale, le but étant que le cimentier intègre des sédiments dans ses process industriels.
 

 

Ce projet devrait dynamiser la région Hauts-de-France et avoir des répercussions positives sur l’emploi. EQIOM précise que plus de 330 hommes et femmes sont déjà engagés sur les différents métiers que sont la production de ciments, de granulats et de BPE. Il permettra aussi de mettre en avant « la nécessité d’industrialiser le processus de préparation des sédiments via notamment des plateformes de transit ».


 

Jaouad Nadah conclut : « A travers ce projet, EQIOM a l’ambition de proposer une nouvelle offre de valorisation des sédiments non dangereux non inertes à destination du monde de la construction tout en permettant à la région Hauts-de-France de développer encore plus son expertise industrielle via une filière durable ».

R.C
Photo de une : ©Happy Day - J.L. Burnod

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter