Copropriété : des charges en hausse avec la mise aux normes des ascenseurs

Évènements du bâtiment | 13.11.13
Partager sur :
Copropriété : des charges en hausse avec la mise aux normes des ascenseurs - Batiweb
Les charges de copropriété sont en augmentation de 5% par rapport à l’année dernière, selon le dernier Observatoire des Charges réalisé à l’occasion de l’édition 2013 du Salon de la Copropriété. Une hausse qui s’explique par la mise aux normes des ascenseurs, et une augmentation de tous les postes de dépenses.
De façon générale, les charges de copropriété évaluées au travers du panel répondant s’élèvent à 33,53€ / m2 : une moyenne qui augmente de 5,12% par rapport aux résultats 2012 de cet Observatoire. Cette évolution s’explique notamment par une légère augmentation de tous les postes de dépenses des copropriétaires.

Les raisons de cette hausse des charges de copropriété s’expliquent, notamment par :
- Une hausse de quasiment toutes les typologies des postes de dépenses dont l’achat des combustibles (1er poste de dépenses des ménages) ainsi que les salaires et charges de personnel.
- Une mobilisation générale des copropriétés pour mettre aux normes les ascenseurs (obligation d’ici à juillet 2014) : le budget alloué à l’entretien des ascenseurs augmente ainsi de 33,01% vs. 2012.

Pour compenser ces augmentations, les copropriétaires tentent de faire des économies sur d’autres postes comme :
- La consommation d’eau froide qui est en baisse de 6,81% vs. 2012.
- L’électricité des parties communes, sur lesquelles une baisse de 4,96% est à noter.

Des charges plus importantes en Ile-de-France

Les prix des charges de copropriété en 2013 sont plus importantes en Île‐de‐France qu’en Province avec une différence de 11,15 € / m2 : ce delta était également présent dans l’enquête 2012, mais avec une différence de 9,8 € / m2.

Selon la typologie de la copropriété et plus spécifiquement de son ancienneté, les charges varient : si les charges d’un bâtiment construit après 2005 s’élèvent en moyenne à 25,71 € / m2 (fourchette la plus basse), celles d’un bâtiment construit pendant la période 1948 / 1974 sont les plus élevées et s’élèvent à 36,51 € / m2.

Le Salon de la Copropriété (13-14 novembre), rendez‐vous national de référence sur le secteur de la gestion, du fonctionnement et de la valorisation des immeubles, mène chaque année différentes études destinées à mieux comprendre et analyser les évolutions du marché.

Parmi ces enquêtes, l’Observatoire des Charges, mené pour la seconde fois en partenariat avec Linternaute.com, du 03/09/2013 au 26/09/2013: au total, plus de 1 600 questionnaires ont ainsi pu être étudiés par Linternaute.com pour le Salon de la Copropriété. Les données ont ainsi été collectées partout en France et sur tout type de copropriété.

2000 euros de charges par an à Paris

A Paris les charges de copropriété s'élèvent en moyenne à 2.167 euros par logement et par an ou 32,90 euros par m2 assuré, c'est à dire en tenant compte des parties communes, selon l'Observatoire publié mardi par la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim) Paris Ile de France.

Basé pour la première fois sur l'analyse des comptes de copropriété de 1.776 immeubles (divisés en 39.748 lots) parisiens, validés par les copropriétaires, cet indicateur, certifié par huissier, se veut plus fiable que ceux réalisés à partir des déclarations des syndics, et sera affiné dans ses prochaines publications, a indiqué la Fnaim.

Si en moyenne, les charges de copropriété représentent chaque année 2.167,54 euros par lot, et 32,90 euros par m2, le premier poste de frais est représenté par le salaire du concierge ou des employés qui assurent l'entretien : il s'élève à 970 euros ou 13,10 euros/m2.

Viennent ensuite, sans surprise, le chauffage collectif avec 610 euros en moyenne, soit 6,20 euros par m2, l'ascenseur, avec 182,85 euros et 2 euros/m2 puis les honoraires des syndics (155,20 euros et 1,70 euro/m2) suivis de près par les assurances (150,26 euros et 1,64 euro/m2).

Globalement, sur l'échantillon parisien considéré, 70,5% des immeubles ont un ascenseur, 31% un chauffage collectif et 30% disposent d'un concierge, tandis que 20% font appel aux services d'un employé et 50% à ceux d'une société d'entretien.

Les immeubles étudiés datent, pour 69% d'entre eux, d'avant 1918 (haussmanien), tandis que 13% ont été construits entre 1918 et 1960, les 18% restants étant postérieurs à 1960. (source AFP)

L.P

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Logements sociaux : la CLCV dénonce une hausse considérable des loyers et des charges   - Batiweb

Logements sociaux : la CLCV dénonce une hausse considérable des loyers et des charges

Certains bailleurs sociaux ont « considérablement » augmenté les charges et parfois les loyers de locataires fragilisés par la crise, dont le taux d'effort est « à la limite de l'acceptable », dénonce l'association de défense des consommateurs CLCV. Pour la 2e année consécutive, la CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie) publie 45 rapports d'inspection qu'elle a passés au crible dans une synthèse consultée par l'AFP.
Découvrez un promoteur immobilier "indépendant" - Batiweb

Découvrez un promoteur immobilier "indépendant"

Vous avez prévu de passer au SIMI ? Profitez-en pour visiter le stand D69 et découvrir Nacarat, la marque de promotion immobilière du Groupe Rabot Dutilleul. Le SIMI, c'est le Salon de l’Immobilier d’entreprise, du 2 au 4 décembre 2009 au Palais des Congrès de Paris, Porte Maillot.