Protection des voies respiratoires dans le BTP

Communiqué | 16.10.21
Partager sur :
Protection des voies respiratoires dans le BTP - Batiweb
Les professionnels du bâtiment sont souvent les premiers exposés aux différents polluants liés à l’utilisation de produits chimiques ou encore aux poussières que l’on retrouve sur les chantiers. C’est pourquoi il est extrêmement important de bien se protéger avec des masques respiratoires. Petits tours d’horizon des différents types de protection pour différents types d’utilisations.

Les différents polluants

Une protection des voies respiratoires est généralement nécessaire pour le travailleur dans plusieurs situations. Lorsqu’il entre en contact avec :

  • Des aérosols (mélanges d’air et de particules). 
  • Des gaz, comme le CO2 ou les composés volatils des solvants. 
  • Des poussières de bois ou d’amiante. 

Il sera donc important de bien comprendre la nature des polluants présents sur le chantier et d’adapter le type de masque respiratoire et de filtre choisi en fonction. Ces produits chimiques peuvent provoquer des maladies respiratoires immédiates comme la toux, des bronchites, ou encore de l’asthme. Si l’exposition se prolonge pendant des années, les répercussions peuvent être encore plus grandes pour la santé du travailleur. C’est pourquoi il est important de ne pas prendre à la légère sa protection et de choisir la bonne en fonction des polluants présents. 

Les différents types de protections

De nombreux types d’appareils de protection existent et les appareils de type filtrants sont généralement les plus utilisés. 

Les appareils filtrants sont munis d’un filtre qui permet d’épurer l’air ambiant. Ils sont appelés à « ventilation libre » quand seule la respiration de l’utilisateur est nécessaire à la filtration et « ventilation assistée » lorsqu’un ventilateur motorisé est requis. 

Sont disponibles deux types de masques à ventilation libre. Les demi-masques et les masques complets sur lesquels se trouve un filtre interchangeable. Ils sont conseillés pour les courtes durées dans des espaces peu pollués.

Les protections à ventilation assistée sont elles aussi disponibles en demi-masque ou masques complets, sur lesquels viendra s’adapter un ventilateur motorisé. À noter que des versions avec un casque, une cagoule ou combinaison complète sont disponibles pour les atmosphères très polluées ou les longs travaux.   

Les différents types de filtrations

Une fois le type de protection choisi, il faut à présent choisir le bon type de filtre en fonction des polluants présents dans l'atmosphère de travail. Ils sont organisés en lettres :

  • P : Pour les particules comme les aérosols ou les poussières 
  • XA et X : Pour le gaz et la vapeur organique
  • B : Pour le gaz et les vapeurs inorganiques
  • E : Dioxyde de soufre, acide chlorhydrique et anhydride sulfureux
  • K : Ammoniac et dérivés organiques aminés

Ils sont ensuite organisés en classes d’efficacité : P1, P2 et P3 pour les filtres anti-aérosols. Les filtres anti-gaz sont eux aussi classés selon leur efficacité de la classe 1 à la classe 3.

Ils sont ensuite organisés en classes d’efficacité : FFP1, FFP2 et FFP3.

FFP1 étant la plus petite protection et FFP3 la plus grande.

Pour terminer, quel que soit le type de masques et de filtres choisis, il est recommandé de les changer après chaque utilisation.

Nous l’avons vu, le fait d’être en contact avec des produits chimiques ou des poussières peut engendrer des problèmes de santé pour toutes les personnes présentes sur un chantier. C’est pourquoi il est extrêmement important de toujours utiliser un masque adapté à la situation pour pouvoir travailler sereinement.