Bilan positif pour France Air, qui investit dans la digitalisation et l’innovation Vie des sociétés | 04.04.19

Partager sur :
France Air peut se féliciter d’une croissance de 7% de son chiffre d’affaires, qui atteint 148 millions d’euros pour l’année 2018. Face à ces résultats positifs, la société a décidé d’investir dans la digitalisation, avec la numérisation de son catalogue et la transition vers un site plus responsive, mais aussi dans l’innovation, avec de nouveaux produits plus performants.

148 millions d’euros, c’est le chiffre d’affaires réalisé par France Air en 2018. Ce jeudi 4 avril avait lieu une conférence de presse sur le bilan 2018 et la conjoncture de l’entreprise, qui a vu son chiffre d’affaire augmenter de 7% l’année dernière.

Des résultats positifs mais une conjoncture plus mitigée

Le chiffre d’affaires réalisé à l’international atteint quant à lui les 30% en 2018. « On est vraiment contents de ce dynamisme », a souligné Laurent Dolbeau, directeur général de France Air. Le groupe détient actuellement 7 filiales en Europe (Suisse, Portugal, Italie, République Tchèque, Slovaquie, Roumanie) et s’adresse aujourd’hui à 10 pays.

Le directeur général de France Air anticipe toutefois une légère baisse de cette croissance, estimée à 5% pour l’année à venir, notamment à cause d’un ralentissement en Europe. La conjoncture globale reste néanmoins positive, avec un chiffre d’affaires qui devrait s’élever à 194 millions d’euros d’ici 2021.

Pour le moment, la rentabilité du groupe est satisfaisante et permet notamment de réaliser des investissements et de recruter des ingénieurs de haut niveau. Laurent Dolbeau pointe toutefois des difficultés de recrutement et la nécessité d’aller chercher des ingénieurs dès leur sortie d’école.

Des changements et des investissements

Du point de vue des effectifs, le chiffre est également en hausse, avec 597 salariés. Le directeur général annonce aussi avoir pris la décision d’ouvrir la participation des cadres au capital de l’entreprise. « 85% des managers (soit 55 personnes) ont répondu positivement à cet appel de fonds. Cela représente plusieurs dizaines de milliers d’euros d’investissement par salarié. Les salariés vont donc prendre 3% du capital de France Air », se réjouit Laurent Dolbeau, qui ajoute qu’« en termes financiers, cela a un impact faible, mais que c’est une dynamique moderne pour dire que l’on est tous dans la même barque - actionnaires et salariés ».

Autre changement : France Air a décidé de lancer un investissement familial à hauteur de 5 millions d’euros pour construire un nouveau centre logistique et rénover les locaux actuels du site historique de Beynost (01). « C’est une vieille entreprise qui date de 1960, donc on a décidé de mener une phase de rénovation pour que les salariés se sentent bien dans les locaux », précise Laurent Dolbeau.

Numérisation et digitalisation

France Air investit également dans le digital, avec une enveloppe de 1,5 millions d’euros. Frédéric Bruyère, directeur de la Stratégie et du Marketing, explique notamment que la version papier et la version digitale des derniers catalogues sont sorties simultanément.

Le prochain chantier ? « De plus en plus de clients passent leurs commandes depuis leur smartphone ou leur tablette. Or, notre site n’est pas encore responsive, donc on est en train d’y travailler », annonce Frédéric Bruyère, qui évoque la création d’un nouveau site d’ici l’automne prochain. « C’est un budget important car ce site devra être compatible dans plusieurs langues et pays », ajoute-t-il.

Les nouveautés produits

Parmi les autres axes d’investissement : l’innovation et l’amélioration des produits existants, avec le développement d’Yzentis Pure +, un diffuseur d’air qui permet d’épurer l’air grâce à un programme de détection des pics de pollution. « C’est un produit conçu et programmé grâce à un travail en collaboration avec Air Parif », souligne le directeur général.

Autre produit amélioré : Aérys. « L’ancien Aérys était multi-directionnel, mais avec des vitesses accélérées et très bruyant, donc nous avons ajouté une mousse acoustique qui en fait aujourd’hui la bouche la plus silencieuse du marché. L’autre avantage, c’est son effet coanda, avec un flux d’air qui se diffuse le long du plafond avant de se disperser dans l’ensemble de la pièce, ce qui permet une répartition plus homogène. On n’a plus l’impression de douche froide ou douche chaude », explique Frédéric Bruyère. « Nous avons aussi inventé un filtre circulaire anti particules fines et pollens que l’on va glisser dans le manchon. Une fois par an l’installateur tire sur la languette et change ce filtre. Cela, vous ne le trouverez pas ailleurs », ajoute-t-il.

Autre changement : celui du blanc de la gamme diffusion d’air, qui passe de RAL 9010 à RAL 9003, pour s’adapter à la demande des architectes. « On s’est rendu compte que nos diffuseurs n’étaient pas aussi blancs que le blanc des architectes. Nous avons donc adapté notre offre à leur cahier des charges, et nous sommes passés au RAL 9003. C’est un blanc plus mat, avec un taux de brillance moindre », précise le directeur de la Stratégie et du Marketing.

Toute la gamme diffusion d'air passe d'un blanc RAL 9010 à un RAL 9003



Claire Lemonnier
Photo de Une : ©C.L

 

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La stabilisation du marché français profite à Saint-Gobain

La stabilisation du marché français profite à Saint-Gobain

Boosté par une conjoncture favorable, Saint-Gobain a vu ses estimations se confirmer avec une forte progression du résultat d’exploitation, en hausse de +10,8% en 2016. À données comparables, le chiffre d’affaires du groupe augmente également de +2,6%, atteignant 39 093 millions d’euros. Une tendance que l’industriel français compte bien confirmer en 2017.
Le groupe Thermador envisage de reprendre ses acquisitions

Le groupe Thermador envisage de reprendre ses acquisitions

Le groupe Thermador, distributeur en gros d’articles de robinetterie, a dévoilé ce mercredi 31 juillet ses résultats semestriels. Avec un chiffre d’affaires de 190,7 millions d’euros, en hausse de +14,8%, le groupe peut être serein sur ses perspectives à court terme. Après deux ans de pause, il envisage même de reprendre sa stratégie de croissance externe, évoquant trois potentielles acquisitions qui lui permettraient d’augmenter son chiffre d’affaires de 40 millions d’euros.
Bilan moins solide que prévu pour les matériaux de construction

Bilan moins solide que prévu pour les matériaux de construction

L’heure était au bilan pour l’Unicem, qui faisait le point ce matin du 11 décembre sur l’activité annuelle du marché des matériaux de construction. Globalement positifs, les résultats enregistrés par les professionnels des granulats et du béton prêt à l’emploi sont malgré tout en net ralentissement par rapport à 2017. De quoi laisser présager une certaine stabilisation l’année prochaine.
Activité en forte hausse pour Nexity en 2017

Activité en forte hausse pour Nexity en 2017

Le dynamisme du marché de l’immobilier aura très largement profité à Nexity en 2017 ! L’entreprise a en effet communiqué ses résultats annuels le 20 février, annonçant par là même une hausse de son chiffre d’affaires de 14%, soit 3,5 milliards d’euros. De quoi éveiller l’optimisme de la société immobilière française, qui s’attend à une nouvelle croissance d’environ 10% en 2018.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter