La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019 Vie des sociétés | 11.01.19

Partager sur :
La FNTP prévoit un ralentissement pour les travaux publics en 2019
Les travaux publics auront fait 41 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2018. Après deux années de croissance, la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) a en revanche annoncé jeudi 10 novembre que l’année 2019 serait marquée par un ralentissement de l’activité. En cause, la hausse des coûts de production, les orientations budgétaires de l’État, et notamment la diminution de la taxe d’habitation qui limiterait les investissements des collectivités, leurs principaux clients.
Les travaux publics sortent d'« une année 2018 bien meilleure que ce que l'on imaginait », a résumé lors d'une conférence de presse Bruno Cavagné, président de la FNTP, à l’occasion de son bilan annuel. Le chiffre d’affaires des travaux publics a ainsi atteint 41 milliards d’euros en 2018, soit une progression de 7% par rapport à 2017.

Avant d’évoquer le bilan 2018 et la conjoncture 2019, M. Cavagné est revenu sur les gilets jaunes et le contexte de crise : « Pour nos entreprises, la révolte s’est faite face au projet de suppression du GNR, suscitant incompréhension et très vives réactions des chefs d’entreprises ».

« A l’heure où chacun cherche des solutions à la sortie de crise, nous avons deux convictions : d’une part, nous payons dix ans de sous-investissement dans les infrastructures ; d’autre part, il serait contre- productif que les infrastructures soient les victimes collatérales de l’impécuniosité de l’Etat alors qu’elles sont une partie de la solution », a-t-il estimé.

La FNTP encore « optimiste » pour 2019 mais plus inquiète pour 2020

Selon les chiffres de la FNTP, dont les adhérents représentent environ 260 000 salariés, le secteur a vu le montant global de son activité gagner 10,5% l'an dernier et celui-ci devrait encore avancer de 5,5% en 2019. L’organisme explique cette hausse par la progression des investissements dans les collectivités locales, qui devraient encore se poursuivre cette année.

Parmi les autres facteurs de croissance : le projet du Grand Paris, qui prévoit quatre milliards d’investissements par an autour de la capitale, et qui devrait, dès 2019, contribuer à la moitié de la hausse d’activité du secteur, selon les estimations de la FNTP.

Du côté de l’Etat, le budget de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) devrait atteindre 2,7 milliards d’euros en 2019 selon le projet de loi d’orientation des mobilités (+300 M€ par rapport à 2018). « Toutefois, la visibilité attendue avec cette loi n’est toujours pas au rendez-vous en raison de ses multiples reports », regrette la FNTP.

« Malgré toutes ces incertitudes, nous retenons une hypothèse de budget de l’AFITF volontariste pour 2019 avec une progression des crédits infrastructures (hors achat de matériel roulant) de +7% ».

Dans ce contexte de croissance, les entreprises de travaux publics devraient recruter 40 000 personnes en 2019, ce qui correspondrait à 10 000 créations nette d’emploi. « Dans un scénario d’activité favorable, nos entreprises de travaux publics auront besoin de recruter 200 000 collaborateurs dans les 5 prochaines années » a annoncé la FNTP. Face aux difficultés de recrutement, la profession s’est également engagée à augmenter de 50% le nombre de jeunes en apprentissage d’ici 5 ans. .

La fédération a donc confié rester encore « optimiste » pour la conjoncture 2019, mais elle a en revanche exprimé des doutes concernant 2020 et les années à venir.

Les TP dépendants des orientations de l'Etat

L’ombre noire au tableau ? La hausse des coûts de production : « On a des hausses de coûts de production, que ce soit l’énergie, que ce soit sur les matériaux ou que ce soit sur la masse salariale », a souligné M. Cavagné. « Naturellement, cela influe sur notre activité », regrette-t-il.

La FNTP s’inquiète également des orientations budgétaires de l’Etat, qui pourraient pénaliser les collectivités locales « La réforme de la fiscalité locale, qui modifiera les ressources des collectivités, ainsi que leur comportement face à la trajectoire prévue pour elles par l’Etat, en termes d’excédents et de désendettement, soulèvent beaucoup d’incertitudes. Selon nos premières anticipations, l’investissement local pourrait se stabiliser en 2020 avant une baisse (dont nous ne pouvons encore évaluer l’ampleur) en 2021 », détaille la fédération.

Elle craint aussi la diminution de la taxe d’habitation, qui risquerait de faire perdre de la marge de manœuvre aux collectivités locales en matière d’investissements. Des craintes légitimes alors que la fédération réalise plus de 40% de son activité auprès des collectivités.

Pour aider l’investissement local, la fédération propose de soutenir les plans d’investissement dans les infrastructures, de faciliter l’accès au cofinancement en matière de mobilité, et de repenser le système des contrats de plan Etats-Régions.

C.L.
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Matériaux de construction : le climat conjoncturel reste bien orienté

Matériaux de construction : le climat conjoncturel reste bien orienté

Ralentie, mais en croissance continue : l’activité des matériaux de construction affiche toujours une bonne forme au début du second semestre 2018. Selon l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de matériaux de construction), les volumes de production de granulats et de béton prêt à l’emploi sont parvenus à se maintenir à des niveaux supérieurs à ceux observés à la même période l’année passé. Les mois à venir devraient cependant être moins dynamiques.
Matériaux de construction : léger mieux en fin d'année malgré les tensions

Matériaux de construction : léger mieux en fin d'année malgré les tensions

Il y a un an, l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction) misait sur une nouvelle croissance du marché qu’elle représente. Hélas, janvier n’avait pas été de tout repos pour les professionnels des matériaux de construction, et la tendance s’était prolongée durant toute la période hivernale. Le dernier trimestre, plus dynamique, aura heureusement permis de maintenir l’exercice 2018 dans le vert. Tous les chiffres.
Bilan moins solide que prévu pour les matériaux de construction

Bilan moins solide que prévu pour les matériaux de construction

L’heure était au bilan pour l’Unicem, qui faisait le point ce matin du 11 décembre sur l’activité annuelle du marché des matériaux de construction. Globalement positifs, les résultats enregistrés par les professionnels des granulats et du béton prêt à l’emploi sont malgré tout en net ralentissement par rapport à 2017. De quoi laisser présager une certaine stabilisation l’année prochaine.
Crédits immobiliers : activité toujours soutenue malgré une hausse des taux

Crédits immobiliers : activité toujours soutenue malgré une hausse des taux

Alors que 2016 avait été marquée par une baisse quasi continue des taux d’intérêt des crédits immobiliers, l’Observatoire Crédit Logement/CSA note une inversion de la tendance en ce début d’année. En effet, après une augmentation successive de la moyenne des taux en décembre 2016 et en janvier 2017, ils remontent encore en février pour s’établir à 1,49%. Le détail des chiffres.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter