La trésorerie des entreprises du bâtiment toujours malmenée

Vie des sociétés | 24.01.11
Partager sur :
La trésorerie des entreprises du bâtiment toujours malmenée - Batiweb
En 2009, la Loi sur la Modernisation de l’Economie, aidée des prix bas et de la crise du crédit, marquait le début des difficultés de trésorerie des entreprises du bâtiment. L’année 2010 n’aura malheureusement pas été meilleure. Pris en étau entre clients et fournisseurs, les entrepreneurs voient leur BFR progresser dangereusement.

4,5 jours de BFR supplémentaires à financer

D’après une étude réalisée par la FFB fin 2010, les encours clients ont progressé de 2,3 jours de chiffre d’affaires alors que la diminution des délais de paiement imposés par les fournisseurs atteint 2,2 jours de CA additionnels. « Ce sont ainsi 4,5 jours de CA supplémentaires en BFR qu’il faut désormais financer» s’inquiète le porte-parole de la FFB. Cette nouvelle dégradation pourrait bien empirer en 2011 avec le passage de 60 à 50 jours des délais de paiements pour les entreprises du BTP (régime dérogatoire). « Globalement nos adhérents respectent la loi. Ils sont en outre soumis à la pression de leurs fournisseurs. Mais leurs clients rechignent trop souvent à payer dans les temps » dénonce-t-il. Quant à en appeler à la justice, « cela n’est pas dans les mœurs du secteur, et nos entreprises ne sont pas organisées pour ça ». Difficile effectivement d’attaquer un client tout en répondant à son prochain appel d’offres…

Mais qui sont ces mauvais payeurs ? Les donneurs d’ordre publics, pas franchement réputés pour régler rubis sur l’ongle ? « Nos actions auprès des pouvoirs publics nous ont permis des avancées très sensibles : les encours des clients publics sont désormais stabilisés. Mais 80% des commandes en valeur émanent du privé, et là, les délais s’allongent sérieusement. A tel point que nous avons du signer un protocole interprofessionnel en juin 2010 pour tenter de remettre dans le droit chemin les maitres d’ouvrages ne respectant pas la LME » ajoute la FFB.

Des solutions endogènes

La crise du crédit une fois calmée, les établissements financiers ont recommencé à proposer leurs produits de financement au secteur : affacturage, Dailly... « Nous n’avons pourtant pas observé de ruée vers ces outils de financement » s’étonne le porte-parole de la FFB. Pour la Fédération, il convient de chercher prioritairement des solutions en interne. « On ne peut pas toujours s’en prendre aux maitres d’ouvrages. Les entreprises ont aussi des efforts à faire. Il est désormais vital de gérer correctement ses comptes clients. C’est pourquoi nous proposons à nos membres des formations et notamment un « mémento des paiements » particulièrement bien fait. Ensuite, c’est à l’entreprise de mobiliser en interne tous les acteurs impliqués dans les délais de paiement : les services juridiques et commerciaux pour la rédaction des contrats clients, les achats pour négocier au mieux avec les fournisseurs, le service comptable pour l’application des clauses, et même les conducteurs de travaux ! ». Des conseils de bon sens qui devraient suffire… quelques temps…

Olivier Barrellier

Méthodologie de l’étude FFB sur la trésorerie des entreprises du bâtiment
Echantillon : 600 entreprises
Date : Septembre 2010
Questionnaire portant sur :
Montant des encours fournisseurs 2009 et 2010
Montant des encours clients 2009 et 2010
Chiffre d’affaires 2009 et 2010

LME : Le régime dérogatoire du BTP
70 jours fin de mois au 1er janvier 2009
60 jours fin de mois au 1er janvier 2010
50 jours fin de mois au 1er janvier 2011
45 jours fin de mois au 1er janvier 2012

Redacteur