Le bitume, un matériau néfaste pour la santé des travailleurs

Vie des sociétés | 11.09.13
Partager sur :
Le bitume, un matériau néfaste pour la santé des travailleurs - Batiweb
Suite à des signaux d’alertes d'effets néfastes des liants bitumineux et leurs émissions sur la santé des travailleurs, la Fédération nationale des salariés de la construction - Confédération générale du travail, a saisi l’Anses afin d’évaluer les risques sanitaires pour l’Homme. L'Agence formule une série de recommandations en matière de prévention du risque chimique.

En tant que résidus de distillation, les bitumes sont des mélanges de composés chimiques nombreux et variés (plus de 10 000 composés) dont il est impossible de dresser une liste précise. Les propriétés des bitumes pétroliers dépendent fortement de leur constitution, elle-même liée à l’origine des bruts et aux traitements effectués lors de leur fabrication en raffinerie. Plusieurs types de bitumes aux propriétés différentes peuvent ainsi être obtenus. Par ailleurs, un ou plusieurs additifs peuvent leur être ajoutés dans des proportions souvent faibles, pour leur conférer des propriétés physico-chimiques et mécaniques spécifiques. Dans ce contexte, il n’est pas possible d’établir un profil type de composition.

Des modalités d’expositions multiples

Que ce soit dans le domaine de la construction et de l’entretien des routes ou de l’étanchéité des toitures/terrasses, les différentes utilisations des liants bitumineux peuvent induire une exposition directe des travailleurs aux bitumes mais surtout à leurs émissions, lorsqu’ils sont chauffés pour leur manipulation. Les émissions ainsi produites varient grandement selon le procédé de mise en œuvre, la nature des produits utilisés, ainsi que le type de travail effectué. Elles sont composées de particules en suspension dans l’air, de vapeurs et de gaz.

L’exposition des travailleurs aux liants bitumineux et à leurs émissions implique ainsi les voies respiratoire (par inhalation des émissions), cutanée (par contact direct avec les produits,) par dépôt des émissions sur la peau ou par contact éventuel avec les vêtements souillés, ou orale, via l’ingestion de produits ou de leurs émissions (contact main-bouche, notamment).

Il existe actuellement de nombreuses limites à l’évaluation des expositions des travailleurs liées notamment à la métrologie atmosphérique, ainsi qu’à la métrologie cutanée. En l’absence d’harmonisation au niveau national et international, l’Anses encourage la mise en œuvre systématique de deux méthodes dans la caractérisation de l’exposition des travailleurs aux émissions de bitumes, l’une globale dans une démarche préventive de réduction des expositions et l’autre spécifique dans une démarche d’investigation médicale. Par ailleurs, le benzo(a)pyrène, traceur historique du risque cancérogène mesuré dans les émissions de liants bitumineux, n’est plus le seul traceur pertinent et l’Anses formule des recommandations de recherche quant au suivi d’autres composés afin de mieux appréhender le risque sanitaire.

Des effets sanitaires à prendre en compte

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a récemment classé l’exposition aux bitumes oxydés et à leurs émissions lors des travaux d’étanchéité comme cancérogène probable pour l’Homme et l’exposition aux bitumes et leurs émissions lors de la pose d’enrobés et/ou lors de travaux d’asphaltage comme cancérogène possible. Au-delà du potentiel cancérogène des produits bitumineux et de leurs émissions, les études épidémiologiques ont mis en évidence l’existence d’effets respiratoires (asthmes, bronchites chroniques…) liés à une exposition des travailleurs.

Des effets cardiovasculaires et immunotoxiques sont également suspectés. Pour les effets cutanés, l’Anses souligne qu’il n’est pas possible, en l’état actuel des connaissances, de tirer des conclusions définitives concernant l’existence ou non d’un risque de développer un cancer cutané chez les travailleurs exposés aux émissions de bitumes et que des données sont également nécessaires afin d’évaluer les effets conjugués liés à une co-exposition aux émissions de bitumes et aux rayonnements solaires. Les premiers résultats originaux de travaux de recherche financés par l’Agence, n’ont pas permis de conclure à l’heure actuelle. L’Anses encourage le développement d’actions de recherche sur cette question.

Réduire les expositions

Au regard de ces différents éléments, l’Anses conclut à l’existence d’un risque sanitaire associé à une exposition des travailleurs aux liants bitumineux et à leurs émissions. En conséquence, elle considère que les expositions professionnelles aux liants bitumineux et leurs émissions devraient être réduites. La réduction des expositions passe prioritairement par des mesures de prévention collective et d’adaptation de l’organisation du travail. Elles visent à permettre notamment la réduction et le captage des fumées émises, la réduction d’impact de la chaleur ainsi que de la coexposition aux produits bitumineux et au rayonnement solaire.

L’Agence formule également des recommandations en matière de prévention du risque chimique, notamment l’élaboration souhaitable d’une proposition de classification harmonisée des bitumes en lien avec leurs effets respiratoires et selon les dispositions du règlement européen «CLP1 ».

Enfin, l’Anses attire également l’attention sur une problématique nationale émergente. En effet, dans une logique de réduction des coûts, la majorité des travaux routiers concernent aujourd’hui la rénovation et l’entretien du réseau existant impliquant la mise en œuvre d’opérations de recyclage et de rabotage des anciens revêtements routiers. L’Anses insiste donc sur l’importance de la mise en place d’une surveillance étroite des émissions potentiellement dangereuses pour les travailleurs (amiante, goudrons, etc.) générées lors des ces opérations.

B.P

Image credit: totalpics / 123RF Banque d'images
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés - Batiweb

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.
Chantiers de démolition : un guide pour faire le point sur les bonnes pratiques à adopter - Batiweb

Chantiers de démolition : un guide pour faire le point sur les bonnes pratiques à adopter

Le SNED (Syndicat national des entreprises de démolition), l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), la CNAMTS (Caisse nationale d’assurance maladies des travailleurs salariés) et l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) ont croisé leurs compétences afin de publier un « Guide des bonnes pratiques en démolition ». L’occasion de revenir notamment sur les bons gestes à adopter pour réduire l’exposition des travailleurs aux poussières.
Parution du Mémo Santé « Ciments et bétons » - Batiweb

Parution du Mémo Santé « Ciments et bétons »

Le mémo santé « Ciments et bétons » paru le 5 décembre dernier vise à sensibiliser les artisans aux règles de sécurité nécessaires lors de la réception des bétons sur chantier. L’exposition à du ciment en poudre ou du béton et mortier frais peut avoir des conséquences sur la santé. Le guide rappelle ainsi les bonnes pratiques à adopter et met en avant les avantages de l’utilisation des bétons fibrés et autoplaçants pour réduire les contraintes physiques. Détails.
Les granulés de caoutchouc recyclé ont-ils un impact sur la santé ?  - Batiweb

Les granulés de caoutchouc recyclé ont-ils un impact sur la santé ?

Six ministères ont saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sur les éventuels risques liés à l’utilisation des granulés de caoutchouc recyclé notamment dans les terrains de jeux pour enfants. L’organisme étudiera les principales voies d’exposition pour la population et l’environnement. Le rapport est attendu pour la fin juin.