La suppression dangereuse des paratonnerres radioactifs Vie pratique | 24.01.02

Partager sur :
La radioactivité était supposée, jusque dans les années 70, améliorer la protection contre la foudre. L’hérésie scientifique passée, il faut maintenant démonter les milliers de paratonnerres dangereux.
Jusque dans les années 70 on donnait à la radioactivité des vertus de protection que l’on a associées à de multiples objets. Avec le temps, non seulement ces objets se sont avérés inefficaces mais de surcroît, la plupart d’entre eux se révèlent dangereux. C’est le cas de plusieurs centaines de milliers de paratonnerres ionisants radioactifs dont le démontage exige des précautions. Les paratonnerres en question sont datés de 1932 à 1986, date figure en principe sur l’un des tubes. Interdits depuis 1987. Ils ont pendant plus de 40 années été montés sur les grands édifices comme les églises, les usines ou les bâtiments. C’est dans la tête du paratonnerre que réside le métal radioactif, le plus souvent du Radium 226 ou de l’Américium 241. Il ne faut donc en aucun cas procéder à l’ouverture ou à la destruction de cette tête. L’ANDRA (Agence Nationale des Déchets Radioactifs) ne recommande leur démontage qu’en cas de nécessité, car ils ne sont vraiment dangereux qu’à faible distance, surtout si les contacts sont répétés. Le démontage de ces paratonnerres doit être normalement signalé à l’ANDRA par l’envoi d’une demande de prise en charge. L’agence, dès réception de la demande, envoie un kit complet spécifique de protection. Il comprend des gants, une tenue isolante, des feuilles de protection de la surface de travail, des emballages alu plastifiés et un conteneur jaune à double enveloppe. Une fois le paratonnerre démonté et placé dans le conteneur avec les vêtements et les emballages, il doit être impérativement confié à un site de stockage de l’ANDRA. Il est en outre interdit de transporter plus de 5 têtes dans le même véhicule ou de les entreposer n’importe où car le métal reste radioactif pendant 1620 ans. L’ANDRA , en principe, fait payer l’entreposage aux professionnels. S’ils refusent l’agence à quand même l’obligation de les accepter. L’ANDRA fourni aussi sur demande la liste et la description de tous les paratonnerres concernés. ANDRA (agence nationale des déchets radio actifs) 1/7 rue Jean Monnet Parc croix blanche ) Chatenay Malabry (92) Tel : 0146118442 fax : 0146118221 www.andra.fr
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter