Les effets pervers de l’isolation

Vie pratique | 24.01.02
Partager sur :
Les effets pervers de l’isolation - Batiweb
Isolation ne veut pas dire étanchéité. La chasse aux ponts thermiques conduit nombre de logements à être sur-isolés voir étanches et confinés. Un régal pour les moisissures…
Le casse-tête de l’humidité et de la moisissure des logements trouve souvent son origine dans l’excès d’isolation. C’est pour éviter la multiplication de ces désordres, à la veille de l’application de la nouvelle réglementation thermique (RT 2000), que le CSTB et l’Avems (Association professionnelle des industriels français pour la valorisation de la ventilation) multiplient leurs efforts pour faire connaître les principes d’une bonne isolation et de son corollaire, la ventilation. En effet, dans un logement sur-isolé ou mal ventilé, l’eau migre pendant des mois voire des années dans les parois. Quand la moisissure apparaît, il est alors trop tard. L’eau, bien installée par son inertie hygroscopique ne partira plus. Dans de tels cas, la dégradation des surfaces s’accompagne fréquemment de celle des occupants, qui souffrent alors de rhumes à répétition, d’asthme, d’allergies et de rhumatismes chroniques. Bien que les pathologies soient difficiles à établir, nombre de praticiens attribuent même certaines formes de dépression au confinement dans des logements humides. Selon les spécialistes, la ventilation participe très étroitement à l’hygiène et au confort de vie. Dans les logements anciens, l’aménagement des ventilations est malheureusement très souvent perçu par les usagers comme une contrainte bêtement réglementaire ouvrant la voie au bruit, aux courants d’air et au gaspillage d’énergie. Un raisonnement qui les amène fréquemment à colmater les entrées d’air. Des initiatives malheureuses qui peuvent conduire jusqu’à l’asphyxie, lorsque la ventilation naturelle des appareils au gaz n’est plus opérationnelle. Dans le chapitre de l’humidité, la ventilation a pris une importance capitale. Si dans un passé récent les parois ne bénéficiaient pas de bonnes qualités isolantes celles d’aujourd’hui rivalisent dans ces qualités. Des propriétés qui, faute d’une circulation d’air adaptée, transforment très vite une pièce en caisson étanche. Les documents élaborés par le CSTB et l’Avems déclinent en détail les règles d’une isolation efficace et les subtilités qui permettent éventuellement de contourner la mise en œuvre de travaux lourds dans les logements anciens. Par exemple, pour ne pas percer les murs, il est possible d’installer des huisseries dotées d’entrées d’air ou d’organiser la ventilation par insufflation dans les sols ou les plafonds. Autant de précautions qui sont préférables à des perturbations irrémédiables de l’habitat et de la santé. Toutes les informations sur les dangers de l’humidité et les moyens de les combattre sont disponibles dans le numéro 3248 de septembre des Cahiers du CSTB et au sein de l’Avems. CSTB 01.40.50.28.28 et www.cstb.fr. Astato Avems : ZI du coudray 8, rue Newton 93155 Le Blanc-Mesnil Cedex.
Redacteur