Les modestes salaires des dirigeants du BTP Vie pratique | 23.01.02

Partager sur :
Les dirigeants du BTP sont-ils les chefs d’entreprise les plus raisonnables ou les plus pauvres? Retour sur les révélations d’une enquête de l’INSEE sur les salaires des dirigeants du BTP...
Une récente étude de l’Insee montre de forts écarts salariaux entre dirigeants d’entreprises. La moitié de ceux-ci perçoit un salaire net de plus de 180 000 francs par an, salaire qui inclut les primes, avantages en nature et congés payés mais ne prend pas en compte les dividendes, parts de sociétés ou autres stock-options… La première disparité? La taille et le type d’entreprises. Entre une PME qui compte moins de 10 salariés et une grande entreprise de 200 salariés et plus, l’échelle de salaire varie de 1 à 5. La seconde? Un PDG, DG ou membre du directoire d’une SA perçoit 2,4 fois plus qu’un gérant de SARL. Enfin, mieux vaut travailler dans le secteur bancaire ou l’assurance, les holdings de sociétés, l’informatique et la publicité que dans le BTP, les salaires moyens étant respectivement de 573 000 francs nets par an dans le secteur banque-assurance, de 525 000 francs dans les holdings de sociétés, de 339 000 francs dans l’informatique et de 334 000 francs dans la publicité. Quant au bâtiment, il est au-dessous de la moyenne nationale avec seulement 205 000 francs annuels nets. Selon l’Insee, la taille des sociétés explique en partie ces différences sectorielles ”. Dernier écart? Et non des moindres: le sexe. Toujours selon l’Insee « l’écart des salaires entre hommes et femmes est plus important chez les dirigeants que chez les salariés ”. Ainsi, une femme chef d’entreprise gagne, en moyenne, 172 000 francs nets par an contre 262 000 francs pour un homme.
Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter