A quoi ressembleront les stades de foot de demain ? Architecture | 03.07.15

Partager sur :
A l'occasion de la préparation de la coupe du monde de football prévue au Qatar en 2022, l'agence Scau architectes a imaginé un nouveau concept de stade, qui prend le contre-pied des installations d'aujourd'hui. Modulaire, évolutif et implanté au coeur de la cité, il apparaît comme un véritable « morceau de ville » capable d'accueillir plusieurs événements de plus ou moins grande ampleur.

Après un événement comme la coupe du monde de football, que restent-ils des stades construits pour l'occasion ? Désertées, parfois démontées, souvent construites à l'écart de la ville, ces infrastructures ne sont pas vraiment promises à un bel avenir, alors que l'investissement financier de départ est colossal.

Pour résoudre ce paradoxe et offrir une seconde vie à ces structures, les architectes de SCAU architectes ont tout simplement regardé le problème à l'envers. Plutôt que de faire venir le spectateur à l'Arena, c'est l'Arena qui vient à eux et s'inscrit dans le paysage urbain comme un repère, de même dimension qu'un terrain de football.

« Le Stadium Square comme nous l'avons baptisé, c'est l'idée d'une infrastructure qui est à la fois un stade et une place publique. L'objectif était de rendre le lieu polyvalent pour y accueillir plusieurs activités et le recycler au fil du temps et des usages », explique Maxime Barbier, architecte associé de l'agence SCAU architectes.

Un morceaux de ville

Dans un même bloc urbain, les usages se mixent pour créer un véritable « morceau de ville », qui génère des flux différents de visiteurs et apporte de la vie en permanence sur le site. Une double « croûte bâti », composée de programmes permanents (hôtels, logements, restaurants, bibliothèques, supermarchés etc.), délimite l'espace du stade dans la ville.

© SCAU architectes. Perspecteur Neuraluce /© SCAU architectes. Perspecteur Luxigon

L'architecture, qui fait écho au désert, au zekreet et au canyon, permet de laisser un couloir serpenter entre les bâtiments. Cette rue intérieure a une double fonction, commerciale avec des magasins, et climatique. Plus fin à son sommet qu'à sa base, elle offre une protection solaire aux usagers qui déambulent ainsi dans un espace ombragé et frais (rappelons que le projet a été imaginé à l'origine pour le Qatar, ndlr.).

« Cette rue apporte des flux économiques importants qui pourront ensuite permettre de financer des événements temporaires à l'intérieur même de l'aire de jeux, afin de faire vivre le programme toute l'année », imagine Maxime Barbier, architecte associé de l'agence SCAU architectes.

Football, golf, équitation, surf, théâtre, compétition, spectacle, marché... Les possibilités d'activités sont nombreuses car l'espace est totalement modulable, avec ses 45 000 places entièrement démontables. L'espace pelouse, totalement désacralisée, pourrait être déployée de manière éphémère et retirée facilement en fonction des événements.

Une conscience énergétique

La question énergétique n'a pas non plus été éludée. « Nous ne voulions pas créer un stade frigo comme c'est souvent le cas. Ici, la disposition générale du complexe bâti, inspirée des modes de construction traditionnels dans les climats arides, participe à l'amélioration du confort extérieur », augmentant la température de l'air en hiver, la réduisant de 12 °C environ au cours des journées chaudes, au sein du canyon, comme au coeur de l'arène, explique l'agence. Une structure plus légère avec un système de toiles et de câbles tendus complètent le dispositif, en s'ouvrant au fil de la journée.

© SCAU architectes. Perspecteur Luxigon 

Seuls les équipements permettant de répondre à la demande de base pour les activités (chauffage, électricité) seront installés de manière permanente dans le bâtiment. En mode « coupe du monde », le projet intègrera un « plug énergétique » et des équipements temporaires (groupe électrogène, panneaux solaires à concentration, groupes froids à absorption).

Une philosophie de vie et de ville

Mais il serait inconcevable de réduire ce nouveau concept de stade à sa seule expression architecturale. Il est également porteur d'un sens philosophique, puisé dans les civilisations grecques et romaines. Cette place est avant tout un vrai lieu de rassemblement citoyen, où la conscience politique s'éveille, où le sport et les activités retrouvent une place centrale et où les mondes se rencontrent. « On pourrait imaginer qu'un sportif de haut niveau, s'entraîne à côté d'une famille », s'enthousiasment les architectes, dont le concept pourrait également s'adapter à des villes et des usages plus modestes.

Dans leur imagination, l'aire de jeux s'est ainsi transformée en place, le stade en forum. Mais l'histoire ne dit pas si les Anciens auraient approuvé cette mixité des genres. Contrairement aux Modernes que nous sommes...

Claire Thibault
© SCAU architectes/Perspecteur Guillaume Linard

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Russie développe ses infrastructures en vue du Mondial

La Russie développe ses infrastructures en vue du Mondial

Le gouvernement russe a approuvé le 8 août dernier un plan de construction d'infrastructures pour la Coupe du monde de football qui doit se tenir dans le pays en 2018 pour un total de plus de 5,5 milliards de roubles, soit 150 millions de dollars. Une semaine plus tard, la holding publique russe Rostec annonçait également la construction d'un quatrième aéroport desservant Moscou afin d'enrayer le phénomène de saturation des aérogares.
Qatar : un rapport dénonce le mode de recrutement sur les chantiers

Qatar : un rapport dénonce le mode de recrutement sur les chantiers

Le Qatar est plus que jamais sous le feu des critiques pour les mauvaises conditions des travailleurs employés sur les chantiers de la Coupe du monde de football de 2022. Un rapport, commandé par une fondation de Doha, pointe du doigt le mode de recrutement des travailleurs dans leur pays d'origine pour expliquer les problèmes. Explications.
Le Qatar encadre les conditions de travail des ouvriers étrangers

Le Qatar encadre les conditions de travail des ouvriers étrangers

Le richissime émirat gazier du Golfe, vivement critiqué par les organisations de défense des droits de l'Homme pour les conditions de travail et de vie des employés, en particulier dans le secteur du bâtiment, annonce avoir pris une série de mesures pour protéger les milliers de travailleurs étrangers employés sur des chantiers liés à la Coupe du monde de football en 2022.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter