Un premier gratte-ciel ouvre au bord de Ground Zero

Architecture | 25.05.06
Partager sur :
Un premier gratte-ciel ouvre au bord de Ground Zero - Batiweb
"7 World Trade Center", le premier gratte-ciel reconstruit sur le site des attentats du 11-Septembre à New York, a été inauguré mardi par un concert de musiciens new-yorkais, dont Lou Reed qui en a profité pour lancer quelques piques politiques.
L'immeuble de verre, doté de 52 étages de bureaux (deux fois moins que les tours jumelles), est planté juste à l'extérieur de Ground Zero, le trou béant laissé par les attentats où les travaux viennent en revanche à peine de commencer. Larry Silverstein, le détenteur du bail du site du World Trade Center, chargé de sa réhabilitation, a évoqué "un jour de formidable fierté et de satisfaction", en coupant le ruban de son building devant quelques centaines de personnes.

A Ground Zero même, la construction du premier immeuble --la fameuse "tour de la liberté" haute de 541 m-- a débuté il y a moins d'un mois, au terme d'intenses disputes politiques et financières. L'ensemble, qui comprendra plusieurs gratte-ciel et un mémorial, doit être achevé en 2012. "Nous avons tous les mêmes motivations, nous voulons mener cela à bien", a assuré mardi à la cérémonie Kenneth Ringler, directeur de l'Autorité portuaire de New York, propriétaire du terrain. Mais le quartier fait face à une autre inconnue: la capacité d'attraction des lieux. Immeuble-test, "7 World Trade Center" compte encore une grosse trentaine d'étages sans locataire. M. Silverstein a cependant assuré mardi qu'il devrait être entièrement occupé d'ici la mi-2007.

Les discours ont ensuite laissé place à plusieurs concerts, dont ceux de Suzanne Vega et Lou Reed. L'icône du rock new-yorkais, seul à la guitare, a chanté ses classiques "Perfect Day" et "Sweet Jane" entrecoupés de piques contre le lucratif business de l'immobilier dans la ville. "L'immobilier à New York ! Oh oh ! Qui conduit la danse ?", a-t-il chantonné, avant de s'en prendre au sénateur républicain John McCain, qui a dit la semaine dernière à New York son soutien à la guerre en Irak, selon lui une des clés de la lutte contre le terrorisme.

"Personne au-delà du niveau d'études école primaire ne votera jamais pour lui", a dit le rocker, venu bousculer l'ambiance consensuelle du jour.

Redacteur