30 000 logements seront rénovés en 2012 selon l'Anah Collectivités territoriales | 06.03.12

Partager sur :
Trente milles logements devraient bénéficier cette année du programme de lutte contre la précarité énergétique "Habiter mieux" piloté par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), a annoncé le responsable du programme, Mohamed Ayadi.

Lors d'un débat sur la précarité énergétique organisé par les publications spécialisées BIP et Enerpresse, le responsable du programme, Mohamed Ayadi a indiqué qu'à sa première année de fonctionnement effectif, « le dispositif a permis de rénover 7000 logements en 2011, et en 2012, nous avons pour objectif d'aider 30 000 propriétaires occupants ». Ce programme, confié par le gouvernement à l'Anah en 2010, vise à sortir au total 300 000 propriétaires occupants aux revenus modestes et très modestes de la précarité énergétique d'ici 2017, en les aidant à financer des travaux de rénovation thermique (isolation, remplacement de chaudière...).

Les collectivités locales ont répondu à l'appel, tous les départements de Métropole et de Corse, hormis le Val-de-Marne et la Haute-Corse, ayant déjà adhéré au programme en signant des contrats locaux d'engagement, a également précisé M. Ayadi. Parmi les premiers enseignements récoltés en 2011, le montant moyen des travaux s'est élevé à 14 200 euros, nettement au-dessus des projections. Mais cela a permis un gain de la performance énergétique du logement de 39% en moyenne, nettement au-dessus de l'objectif visé qui est d'un gain de 25%. Les travaux les plus fréquents étant le changement de chaudière par un modèle plus performant et l'isolation des combles.

Le programme "Habiter mieux" est doté de 1,35 milliard d'euros financés par l’État, l'Anah et les fournisseurs d'énergie EDF, GDF Suez et Total, auxquels s'ajoutent des aides complémentaires fournies par des collectivités locales et divers organismes. En France, environ 3,8 millions de ménages (dont 2 millions de propriétaires occupants) sont considérés en situation de précarité énergétique, c'est-à-dire qu'ils dépensent plus de 10% de leurs ressources en factures d'énergie.

B.P (source AFP)

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter