BAA : les analystes pas inquiets des conséquences des mesures de sécurité

Dernières dépêches AFP | 18.08.06
Partager sur :
BAA : les analystes pas inquiets des conséquences des mesures de sécurité - Batiweb
LONDRES, 16 août 2006 (AFP) - Les analystes ne paraissaient pas inquiets mercredi des conséquences financières à long terme pour BAA et son nouveau propriétaire espagnol Ferrovial, après le chaos provoqué par les mesures de sécurité anti-terroristes renforcées dans les aéroports britanniques.
British Airways a menacé de poursuivre en justice BAA, imputant à l'opérateur les retards et annulations d'avions engendrés par un brutal changement de réglementation sur les bagages en cabine. Mercredi, le Times a estimé que Ferrovial, qui vient de racheter BAA pour 15 milliards d'euros, allait devoir faire face à des abaissements de notation sur les 7 milliards d'euros d'obligations de BAA, et à une forte hausse des taux d'intérêt sur les remboursements. Ferrovial a fortement baissé depuis une semaine à la Bourse de Madrid, cédant encore 1,21% mercredi.

Mais tant Standard and Poor's que Fitch ont fait savoir mercredi qu'elles n'entendaient pas modifier leur notation de BAA pour l'instant, soulignant toutefois que l'opérateur est déjà sous surveillance négative. Les analystes ont fait preuve pour leur part de sang-froid, tant à Londres qu'à Madrid. "Les investisseurs doivent être préparés à ce genre d'évènement occasionnel et de courte durée, et cela n'affecte pas notre perspective à long terme sur BAA et sa contribution au groupe Ferrovial", a affirmé un analyste d'une grande banque espagnole.

Pour JP Morgan, la forte baisse du titre Ferrovial depuis une semaine traduit "une surréaction" du marché, d'autant que BAA aura le droit de répercuter sur les compagnies aériennes les trois quarts d'une éventuelle augmentation des coûts de sécurité. Un courtier madrilène ne s'attend à une baisse de notation que si "l'activité (aérienne) baisse brutalement". "Mais personne ne prédit cela", a-t-il souligné.

Comme beaucoup d'autres, Andrew Murphy de Panmure Gordon, à Londres, ne croit pas à un procès de British Airways contre BAA : "Personne n'ira au tribunal, tout cela va s'arranger tranquillement, on va arrêter de se montrer du doigt et tout le monde va retourner au travail". Un courtier espagnol a enfin estimé que l'action Ferrovial "va rebondir bientôt, parce que l'achat de BAA est une bonne chose pour l'entreprise".

Redacteur