Côte d'Azur : démolition prochaine d'un vaste complexe immobilier illégal

Dernières dépêches AFP | 21.09.05
Partager sur :
Côte d'Azur : démolition prochaine d'un vaste complexe immobilier illégal - Batiweb
VALLAURIS (Alpes-Maritimes), 19 sept 2005 (AFP) - La démolition d'un des plus gros chantiers illégaux de la Côte d'Azur, un centre de remise en forme de luxe bâti sur les hauteurs de Vallauris, débutera en novembre au terme de quinze années de procédure judiciaire, a annoncé lundi la préfecture des Alpes-Maritimes.
Sur le terrain d'un ancien fort militaire, dominant la rade de Cannes et les îles de Lérins, avait poussé dans les années 90 un vaste projet immobilier, jamais achevé, de plus de 17.000 m2 sur trois niveaux. Le préfet des Alpes-Maritimes, Pierre Breuil, a qualifié lundi, lors d'une conférence de presse, de "véritable massacre d'un site protégé", cette opération immobilière entreprise sur la base d'un permis de construire "outrageusement violé".

Le coût des travaux de démolition, environ 300.000 euros, sera avancé par l'Etat et remboursable par l'actuel propriétaire du bâtiment, la SCI "Batterie California".

Après la démolition, cette dernière reprendra la propriété du terrain que la mairie de Vallauris souhaite racheter avec l'aide du Conservatoire du littoral, pour en faire un jardin public.

En 1987, un promoteur originaire du Sud-Ouest, René Cros, avait obtenu de la mairie de Vallauris un permis de construire visant uniquement à réaménager en centre de remise en forme les souterrains et les salles existantes du fort, aucune construction supplémentaire n'étant autorisée. Revendus quelques mois après à un groupe de promotion immobilière à capitaux suédois, fortins et collines avaient été rasés pour laisser place à l'hôtel de luxe, resté au stade d'un squelette de béton.

Les premières plaintes des riverains, déposées en 1990, avaient permis la suspension des travaux et lancé une procédure judiciaire fleuve dont le dernier acte est intervenu le 24 août dernier avec l'ordonnance d'expulsion prononcée par le tribunal de grande instance de Grasse à l'encontre de la SCI Batterie California, actuel propriétaire du bâtiment.

Cette décision intervient trois ans après le rejet par la cour de cassation du pourvoi engagé par le promoteur contre l'arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence de novembre 2001 ordonnant la démolition du bâtiment.

Cette affaire avait également vu la condamnation par le tribunal de Grasse d'un ancien sous-préfet de Grasse, de responsables de la direction départementale de l'équipement des Alpes-Maritimes, d'un ancien adjoint au maire de Vallauris.

Redacteur