Le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie propose d'utiliser les revenus pétroliers

Dernières dépêches AFP | 20.10.04
Partager sur :
Le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie propose d'utiliser les revenus pétroliers - Batiweb
MOSCOU, 18 oct (AFP) - Le ministre russe de l'Industrie et de l'Energie
Viktor Khristenko a proposé d'utiliser une partie de l'excédent budgétaire
généré par les cours élevés du pétrole pour la construction d'infrastructures,
notamment un oléoduc, selon un communiqué du ministère reçu lundi.
Depuis janvier 2004, les revenus excédentaires du budget issus des exportations de brut sont conservés dans un fonds de stabilisation créé pour constituer une réserve en cas de retournement de conjoncture. "Une partie des moyens du fonds de stabilisation devraient être allouée aux investissements internes dans de grands projets, en premier lieu pour les infrastructures" dans le domaine de l'électricité "et pour la construction d'un oléoduc vers l'est", a déclaré M. Khristenko dans le communiqué.

1,4 mds USD du Fonds de stabilisation pourraient être affectés au monopole russe de l'électricité SEU pour réaliser des acquisitions à l'étranger, notamment au Tadjikistan et au Kirghizstan, alors que le groupe cherche à renforcer ses activités en Asie centrale, a indiqué le responsable des investissements du ministère de l'Industrie et de l'Energie, Andreï Dementiev, cité par Interfax.

Le fonds de stabilisation, qui possède actuellement 11 milliards de dollars, devrait avoir accumulé plus de 19 mds USD au premier février 2005, selon les prévisions du ministère des Finances. Le coût de construction d'un oléoduc reliant les réserves pétrolières de Sibérie au port russe de Nakhodka sur la mer du Japon est estimé à plus de 15 milliards de dollars.

Le Fonds monétaire international (FMI) a de son côté préconisé à plusieurs reprises que la Russie n'utilise pas les sommes conservées dans le fonds de stabilisation afin de stériliser l'afflux de devises issues des cours élevés du pétrole et de lutter ainsi contre l'inflation qui menace de dépasser la limite prévue cette année de 10%.

Redacteur