Le parquet requiert le renvoi en correctionnelle de Pierre Bédier

Dernières dépêches AFP | 10.02.06
Partager sur :
Le parquet requiert le renvoi en correctionnelle de Pierre Bédier - Batiweb

PARIS, 9 fév 2006 (AFP) - Le parquet de Paris a requis mardi le renvoi en correctionnelle de l'ancien secrétaire d'Etat aux programmes immobiliers de la Justice Pierre Bédier dans l'enquête sur des passations douteuses de marchés publics dans les Yvelines, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
Trois autres personnes sont renvoyées aux côtés de M. Bédier, aujourd'hui président du conseil général des Yvelines. Il s'agit de Jacques Masdeu-Arus, maire de Poissy, de Gilles Forray, premier adjoint UMP de Poissy, et du comptable de Michel Delfau, un entrepreneur soupçonné d'avoir versé des fonds à Pierre Bédier et décédé en juillet 2005.

Le juge d'instruction du pôle financier du TGI de Paris, Philippe Courroye, avait mis fin à ses investigations dans ce dossier le 24 août 2004 (bien le 24 août 2004). Selon une source proche du dossier, le magistrat s'apprêtait à renvoyer le dossier devant le tribunal sans l'avis du parquet qui "tardait à venir".

Le parquet requiert le renvoi de MM. Bédier et Forray pour "recel d'abus de biens sociaux et corruption passive", celui de M. Masdeu-Arus pour les mêmes chefs ainsi que pour "prise illégale d'intérêt". Enfin, le ministère public demande le renvoi du comptable pour "complicité d'abus de biens sociaux". La mise en examen, le 21 janvier 2004, du secrétaire d'Etat aux programmes immobiliers de la Justice l'avait conduit à présenter sa démission au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui l'avait acceptée. M. Bédier a depuis été élu en septembre 2005 à la présidence du conseil général des Yvelines.

Il est soupçonné d'avoir perçu des fonds en espèces de la part de M. Delfau, PDG d'une société de nettoyage, alors qu'il était maire de Mantes-la-Jolie (Yvelines) entre 1995 et 2002, en échange de son appui pour l'attribution de marchés de la ville à cette société. Il reviendra en dernier lieu au juge Courroye d'ordonner ou non le renvoi des mis en examen devant le tribunal.

L'enquête avait rapidement débouché sur des perquisitions, en juin, au domicile de M. Bédier, à la mairie de Mantes-la-Jolie et à la mairie de Poissy (Yvelines). Entendus dans cette affaire, l'épouse, le beau-fils, l'ex-petite amie et le comptable de Michel Delfau, avaient évoqué des remises d'espèces aux trois élus: MM. Bédier, Masdeu-Arus et Forray. Le comptable de M. Delfau avait avancé l'estimation de "200.000 ou 300.000 francs" par an et par élu.

La compagne de M. Forray, Chantal Guéroult, s'est suicidée le 8 septembre 2003, peu après le terme de sa garde à vue dans cette enquête, en ingérant une dose massive de médicaments.

Redacteur