Stade de Nice: recours du préfet en justice, les travaux repoussés

Dernières dépêches AFP | 17.07.06
Partager sur :
Stade de Nice: recours du préfet en justice, les travaux repoussés - Batiweb

NICE, 13 juil 2006 (AFP) - Le maire de Nice, Jacques Peyrat (UMP), a annoncé jeudi le report du lancement des travaux du grand stade de Nice en raison d'un recours de la préfecture des Alpes-Maritimes devant le tribunal administratif en vue de faire constater l'illégalité de la délibération municipale attribuant le marché au groupement d'entreprises Cari-Spada.
Le défèrement devant le tribunal administratif est accompagné d'une demande de référé suspension qui, si elle validée par la justice administrative, entraînera la suspension des travaux jusqu'au jugement de l'affaire sur le fond, a précisé le maire. En conséquence, le lancement des travaux, qui devait avoir lieu début août est reportée, au minimum jusqu'à l'audience sur le référé suspension, dont la date n'a pas encore été fixée.

Jacques Peyrat, qui s'est exprimé lors du conférence de presse, redoute cependant le "blocage d'un des dossiers les plus importants de la ville", compte tenu des délais judiciaires et des possibilités d'appel. Le maire a insisté sur sa "surprise considérable" face à l'initiative "brutale" du préfet des Alpes-Maritimes, Pierre Breuil, auquel la mairie avait récemment communiqué les explications à une série de questions afin qu'il apporte sa validation au projet. "Certains de ses arguments n'ont pas convaincu le préfet", selon M. Peyrat qui affirme cependant ne pas connaître précisément les points litigieux.

Il pourrait s'agir, a-t-il supposé, d'imprécisions du dossier sur le prix auxquels seront vendus les billets pour accéder au stade ou sur le périmètre exact du projet. Le préfet des Alpes-Maritimes a refusé jeudi toute déclaration sur le sujet. Le conseil municipal de Nice a validé dans une délibération du 13 janvier le choix du groupement d'entreprises Cari-Spada, au détriment du groupe Vinci, pour la construction d'un nouveau stade de football d'une capacité de 32.826 places assises, qui devait être livré d'ici à la fin 2007.

La formule choisie, une délégation de service public au profit d'un partenaire privé, bâtisseur et concessionnaire pendant 30 ans, est une innovation dans le monde du football. Le coût de l'opération s'élève à 90 millions d'euros. Un retard ou une annulation du projet de grand stade pourrait entraîner une relégation en ligue 2 du club de l'OGC Nice qui bénéficie actuellement d'une dérogation des instance nationales du football pour jouer au stade du Ray, qui n'est pas conforme à la réglementation.

Redacteur