Kengo Kuma, un génie de l'architecture énergétique lauréat au salon Interclima

Développement durable | 06.02.08
Partager sur :
Kengo Kuma, un génie de l'architecture énergétique lauréat au salon Interclima  - Batiweb
Le salon Interclima+elec a récompensé un architecte de renommée internationale pour sa prise en compte de l'efficacité énergétique dans ses projets et ouvrages récents : pour sa deuxième édition, le jury a décerné l'Energy Performance + Architecture Award à Kengo Kuma, architecte contemporain japonais.
« Je veux effacer l'architecture », a écrit Kengo Kuma, « c'est ce que j'ai toujours voulu faire et il est improbable que je change jamais d'avis. » Effacer l'architecture, la rendre transparente à elle-même, empêcher tout objet d'apparaître est une problématique récurrente dans l'œuvre déjà abondante et multiple de l'architecte de Tokyo.

En présence du premier lauréat, Mario Cucinella, et du président du salon, Joseph Le Jollec, l'architecte japonais a reçu son prix pour les trois projets architecturaux récents qu'il présentait : le Musée Hiroshige (Bato - Japon), l'Hôtel de Ville de Yusuhara (Japon) et le Reposoir en adobe (briques de terre séchées au soleil) pour un Bouddha en bois (Toyoura - Japon). Ces chantiers ont retenu l'attention du jury par l'intelligence de leur conception globale privilégiant la performance énergétique et le développement durable. « Pour le musée d'Hiroshige à Bato, nous avons enveloppé l'ensemble de l'édifice avec des lattes de cèdres japonais locaux. A travers ce filtre bois, on peut apercevoir les changements du temps et des saisons. Les habitants se reconnaissent à travers leur musée » précise Kengo Kuma. Équipements techniques économes, énergies renouvelables, utilisation de matériaux de construction locaux, traditionnels et naturels (cèdre du Japon, papier japonais), adéquation avec la climatologie locale... tout concourt à l'intégration efficace des bâtiments dans le respect de l'environnement.

Au-delà de la maîtrise énergétique, Kengo Kuma s'est distingué par sa virtuosité architecturale. En effet, ses réalisations sont marquées par une esthétique alliant tradition et modernité, se révélant comme une synthèse parfaite des influences orientales et occidentales, sans formalisme ni complaisance pour le style à la mode. Représentatif d'une génération d'architectes qui privilégie une conception globale de l'architecture Kengo Kuma se distingue également par sa démarche unique, à la fois traditionnelle et contemporaine, qui place la nature au cœur de la création. Un bâtiment n'existe pas seul, et l'architecture durable passe, selon lui, par une vision à l'échelle urbaine du projet.

« Autrefois, l'architecture japonaise excellait dans la conception de bâtiments avec des murs en glaise, bois, papier et autres matériaux naturels. Les réinterpréter avec un langage contemporain fait partie de notre démarche architecturale, avec une conception pointue des équipements techniques économes et le recours aux énergies renouvelables. C'est aussi notre méthode pour construire une architecture respectueuse de l'environnement » souligne Kengo Kuma.

Héritier d'une tradition architecturale forte, Kengo Kuma sait innover, réinventer et réactualiser les techniques traditionnelles pour être au plus près des exigences environnementales actuelles. Comme dans le cas de l'hôtel de ville du Yusuhara où l'architecte « a réuni les bureaux d'études de l'université de Keio, qui a permis de mettre en application des innovations technologiques avec une très haute qualité architecturale. » Un projet qui va sans doute obtenir la l'accréditation la plus exigeante du système Japonais d'évaluation écologiques, le système CASBEE (Comprehensive Assessment System for Building Environnemental Efficiency).
Redacteur