MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021 Développement durable | 26.07.20

Partager sur :
Alors que le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation énergétique devait bénéficier à 200 000 ménages modestes, seuls 25 000 en ont profité. Face à ces faibles résultats, parfois imputés à la crise liée au Covid-19 ou au manque de lisibilité, Emmanuelle Wargon a annoncé que MaPrimeRénov' serait finalement étendue à tous les ménages, y compris les plus aisés, et même élargie aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés.

Depuis le début de l'année 2020, MaPrimeRénov' remplace progressivement l'ancien crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE). Le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation des logements devait initialement exclure les ménages les plus aisés (9ème et 10ème déciles), au grand dam des principales fédérations du bâtiment, qui prévoyaient une baisse des demandes de travaux.

 

La nouvelle prime élargie aux bailleurs et copropriétés

 

Face au manque de succès visible après la publication des premiers résultats (25 000 demandes acceptées contre 200 000 attendues), le gouvernement semble avoir retourné sa veste. Dans un entretien accordé au Figaro ce vendredi 24 juillet, Emmanuelle Wargon, nouvelle ministre déléguée au Logement, a en effet annoncé que le dispositif serait finalement accessible à tous les ménages à compter du 1er janvier 2021, et même étendu aux propriétaires bailleurs, et pour les travaux de copropriétés, en remplacement des aides de l'Anah.

 

Le principale avantage de MaPrimeRénov' réside dans la rapidité de son versement. L'argent est en effet versé dès la fin des travaux, et le ménage n'a donc plus un an à attendre avant d'être remboursé.

 

Dans ce contexte, le budget dédié aux aides à la rénovation énergétique des logements sera revu à la hausse, et devrait être « bien supérieur au milliard d'euros », selon les premières estimations d'Emmanuelle Wargon.

 

Des paroles aux actes ?

 

A travers cette revalorisation, le gouvernement prouve qu'il mise bien – comme annoncé par Emmanuel Macron dans son discours du 14 juillet – sur la rénovation énergétique pour relancer l'économie, éradiquer les 7 millions de passoires thermiques (étiquettes F ou G), et limiter les émissions de CO2.

 

Pour accélérer ces rénovations, certains conseillent de passer à des rénovations globales plutôt que par geste, et la Convention citoyenne prône quant à elle une obligation de travaux lors du changement de propriétaire. 

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ? - Batiweb

Rénovation énergétique des copropriétés : quel est l’impact de la crise ?

Depuis le 16 mars, la crise du Covid-19 et les mesures de confinement ont créé un coup d’arrêt pour la rénovation énergétique des copropriétés. C’est le constat dressé par l’Agence parisienne du Climat, qui a interrogé plusieurs bureaux d’études et organismes, qui témoignent de l’arrêt des chantiers, de la baisse des consultations et demandes d’aide. Les Français reprendront-ils tout de même leurs projets ?
Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE - Batiweb

Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE

Julien Denormandie, ministre du Logement, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, ont annoncé le lancement de MaPrimeRénov’ à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 8 janvier. Cette prime remplacera progressivement le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) jusqu’en 2021. Elle concernera dans un premier temps les foyers les plus modestes, avant de s’étendre à tous les ménages éligibles.
Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb - Batiweb

Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Alors que le gouvernement s’apprête à transformer le CITE en prime en 2020, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a salué la volonté de favoriser la réalisation de travaux de rénovation énergétique auprès des ménages les plus modestes, mais elle regrette la complexité du futur dispositif et le manque de lisibilité pour les foyers et les entreprises artisanales. Le point sur ses recommandations.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter