La réforme du CITE « manque de cohérence » Vie des sociétés | 02.10.19

Partager sur :
En fin de semaine dernière, le gouvernement a dévoilé les contours de la future prime qui viendra remplacer le CITE en 2020. La réforme a suscité l’inquiétude des professionnels du bâtiment qui alertent sur « le manque de cohérence » entre le nouveau dispositif et les objectifs de rénovation énergétique. Retrouvez ici les arguments de la Capeb et de l’AIMCC.

Si la réforme du CITE présente des aspects positifs, le secteur du bâtiment pointe les incohérences entre la future prime et les objectifs fixés par le Gouvernement en matière environnementale et économique.

 

La Capeb par exemple reconnaît l’effet « déclencheur » d’une prime par rapport à un crédit d’impôt, mais elle craint que la complexité du dispositif ne le rende inefficace. Dans un communiqué, le syndicat professionnel revient également sur l’exclusion des ménages les plus aisés. Si le transfert des aides vers les ménages les plus modestes « est moralement louable », il est également « contre-productif ».  

 

La confédération précise qu’en 2019, 20% des bénéficiaires les plus aisés du CITE ont consommé 50% des travaux. Pour atteindre l’objectif des 500 000 rénovations par an et ainsi réduire l’empreinte carbone laissée par le secteur, il est nécessaire de massifier les travaux. « Or, il sera impossible aux ménages modestes et très modestes, dont une proportion très faible est propriétaire, de rattraper le gap créé ».

 

Un reste à charge trop élevé

 

Dans un communiqué, l’Association française des industries des produits de construction (AIMCC) estime que le signal envoyé par les pouvoirs publics « est globalement négatif pour la majorité de la population française (…). Le reste à charge pour les ménages devient désormais trop important pour de nombreux actes de rénovation qui, en conséquence, seront rendus impossibles ».

 

L’association cite notamment la division par deux des aides pour les pompes à chaleur (PAC) air/eau, la forte baisse des aides dédiées à l’isolation des parois opaques ou encore la nouvelle baisse de l’aide pour les parois vitrées pour les ménages modestes.

 

L’AIMCC regrette par ailleurs que les ménages intermédiaires ne pourront plus prétendre au CITE pour les chaudières à gaz à très haut rendement, l’isolation des combles et l’isolation des planchers bas. Et pointe la suppression totale du CITE dédié à la rénovation globale. 

 

Les arguments avancés par l’association rejoignent ceux de la Capeb qui souligne : « Les ménages modestes qui pouvaient réaliser en 2019 des opérations à zéro euro en cumulant tous les dispositifs, vont devoir débourser en 2020, à leurs frais, des montants très importants, équivalent à 25% des travaux réalisés. »

 

L’exemple de la PAC air-eau :

 

 

Patrick Liébus, président de la Capeb, déclare : « La complexité du nouveau dispositif le rend extrêmement difficile à expliquer tant par les artisans qui conseillent à leurs clients que pour les particuliers qui envisagent des travaux ».

 

« Le résultat de ces dispositions sera regrettable : les répercussions sur le marché de la rénovation seront très sévères, les passoires thermiques ne seront pas éradiquées, les ménages modestes continueront à utiliser leurs chèques-énergie, et le bilan carbone stagnera pour longtemps. On peut se demander où est le bénéfice de cette réforme, si ce n’est pour les caisses de l’Etat ! », s’exclame-t-il.

 

R.C

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre - Batiweb

Transformation du CITE en prime : les détails se font attendre

En juin dernier, le Premier ministre, Édouard Philippe, annonçait une remise à plat des aides à la rénovation énergétique des bâtiments. Il confirmait notamment la transformation du CITE en une aide « plus massive ». Deux mois plus tard, où en est-on ? Le montant de la prime, les modalités d’attribution et le périmètre des travaux font l’objet d’une concertation, précise le ministère de la transition écologique. Il faudra donc encore patienter pour connaître les contours du nouveau dispositif.
Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb - Batiweb

Transformation du CITE en prime : les recommandations de la Capeb

Alors que le gouvernement s’apprête à transformer le CITE en prime en 2020, la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) a salué la volonté de favoriser la réalisation de travaux de rénovation énergétique auprès des ménages les plus modestes, mais elle regrette la complexité du futur dispositif et le manque de lisibilité pour les foyers et les entreprises artisanales. Le point sur ses recommandations.
Réforme du CITE : le CSCEE émet un nouvel avis - Batiweb

Réforme du CITE : le CSCEE émet un nouvel avis

Le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique vient d’émettre un nouvel avis concernant la réforme du crédit d’impôt pour la transition énergétique pour 2020. Alors qu’il devrait prendre la forme d’une prime combinant l’actuel CITE et les aides de l’Anah, le nouveau dispositif manquerait de « lisibilité ». Le CSCEE estime également que l’exclusion des ménages aisés (déciles 9-10) est contraire à l’objectif de massification des travaux de rénovation.
Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE - Batiweb

Lancement officiel de MaPrimeRénov’, qui remplace le CITE

Julien Denormandie, ministre du Logement, et Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire, ont annoncé le lancement de MaPrimeRénov’ à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue ce mercredi 8 janvier. Cette prime remplacera progressivement le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) jusqu’en 2021. Elle concernera dans un premier temps les foyers les plus modestes, avant de s’étendre à tous les ménages éligibles.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter