Pendant ce temps là, en France, on prépare le 'Grenelle de l'Environnement' Développement durable | 24.05.07

Partager sur :
Plusieurs groupes de travail, notamment sur la lutte contre le réchauffement climatique, vont être mis en place en perspective du "Grenelle de l'environnement" prévu en octobre, a annoncé le ministre de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables Alain Juppé.

Ces groupes de travail vont être constitués dans "les tous prochains jours", a précisé M. Juppé. Il s'exprimait au cours d'une conférence de presse à l'issue de réunions préparatoires à l'Elysée devant les représentants des ONG environnementales réunies par le président Nicolas Sarkozy. M. Juppé a précisé qu'un point d'étape aurait lieu aux environs du 14 juillet, avant la conférence prévue en octobre.
Le nombre de ces groupes de travail n'a pas "encore été complètement arrêté", selon M. Juppé. "Il y en aura un à coup sûr pour tout ce qui concerne la lutte contre le réchauffement climatique, qui inclut les transports et déplacements, l'aménagement du territoire, l'aménagement urbain, la construction, l'habitat, et également les grands choix de politique énergétique", a-t-il détaillé.

La "deuxième grande thématique tournera autour de la biodiversité", avec notamment les problèmes liés à la pêche et aux ressources de la mer. Les ressources naturelles, la santé, les effets de la pollution, l'aménagement rural, le dialogue avec les agriculteurs feront l'objet d'autres groupes de travail.

Enfin, "une thématique est apparue plus fortement" lors des réunions de lundi après-midi, celle de "gouvernance écologique: comment faire évoluer notre système institutionnel, par exemple au niveau du Parlement", a déclaré M. Juppé. Ces groupes de travail associeront les représentants de l'Etat, les partenaires sociaux, organisations syndicales et patronales, les associations de la société civile, les collectivités territoriales (villes, départements, régions), a-t-il ajouté.

M. Juppé a réaffirmé, à l'instar de M. Sarkozy, que l'objectif est d'arriver en octobre à "un contrat pluriannuel, le président de la République a évoqué une durée de cinq ans, un contrat négocié et comportant" des "mesures concrètes qui nous engageront et sur lesquelles il y aura également une évaluation annuelle".

En définitive, a-t-il expliqué, il faut rompre avec une "croissance jetable" et passer au développement durable, "sans gaspillages".

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter