Fermer

Plan Climat : l’Ademe réclame plus d’efforts en faveur de la rénovation

Souhaitant contribuer au succès du Plan Climat annoncé en juillet dernier, l’Ademe a proposé ce 19 octobre son scénario actualisé pour le volet énergie-climat à horizon 2035-2050. Dans ce cadre, l’organisme a identifié deux chantiers prioritaires pour atteindre les objectifs fixés par le gouvernement : mettre en œuvre une stratégie de rénovation adaptée au parc de bâtiments existants et déclencher une transition rapide du secteur des transports. Explications.
Publié le 20 octobre 2017

Partager : 

Plan Climat : l’Ademe réclame plus d’efforts en faveur de la rénovation - Batiweb
Le 6 juillet dernier, Nicolas Hulot présentait le Plan Climat de la France qui vise, couplé à la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et à la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), à diviser les émissions de CO2 par 4 et réduire de moitié la consommation d’énergie à horizon 2050.

Des objectifs particulièrement ambitieux que l’Ademe semble bien décidée à atteindre ! Dans ce sens, l’organisme a partagé ce 19 octobre une version actualisée de son scénario énergie-climat 2035-2050. Une étude a également été publiée ce jour afin d’apporter des solutions concrètes visant à atteindre les objectifs fixés par la loi.

Réduire les émissions de CO2 à tout prix

Dans ce contexte, l’Ademe a identifié deux chantiers prioritaires : la rénovation des bâtiments existants et la réduction des émissions de CO2 liées aux transports. L’organisme propose ainsi d’adopter « une trajectoire ambitieuse de construction et de rénovation thermique» en deux temps.

Sur la période 2010-2030, tout d’abord, la loi de transition énergétique ambitionne de rénover 500 000 logements par an en moyenne. « Tout le parc de logement social construit avant 2005 serait ainsi rénové d’ici à 2030 », estime l’Ademe. Par la suite, 15 millions de logements privés pourraient être rénovés au rythme de 750 000 par an.

Sur le volet ‘’mobilité’’, l’Ademe envisage une accélération des ventes de nouvelles motorisations dès 2035, permettant aux véhicules hybrides de se démocratiser peu à peu. « Cette évolution rapide des ventes permet de réduire à 60% la part de véhicules thermiques à cet horizon », indique l’organisme. La tendance devrait se poursuivre jusqu’en 2050, échéance à laquelle 98% du parc devrait intégrer de nouvelles motorisations.

Enfin, dans le cadre de la réduction des émissions annuelles françaises de CO2, l’Ademe propose notamment d’augmenter l’efficacité énergétique dans l’industrie et d’encourager le recours à la chaleur renouvelable. Surtout, une évaluation de l’impact CO2 de l’ensemble des secteurs semble plus que jamais nécessaire afin d’adopter des mesures concrètes et efficaces.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

Rénovez, valorisez, économisez

Conseils, primes, accompagnement : Hellio aide ses entreprises de travaux partenaires à bénéficier des financements et à constituer leurs dossiers. Développez et valorisez votre activité avec Hellio. Moins...

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.