« Une vague de rénovation pour l’Europe » : EBC souligne ses incertitudes

Développement durable | 22.02.21
Partager sur :
« Une vague de rénovation pour l’Europe » : EBC souligne ses incertitudes - Batiweb
Confrontée à une crise sanitaire et économique inédite, la Commission européenne a publié le 14 octobre dernier, sa stratégie « Une vague de rénovation pour l'Europe - rendre nos bâtiments plus écologiques, créer des emplois, améliorer les vies. » L’organisation professionnelle EBC, estime que cette démarche est une étape importante mais assure que seul un cadre politique stable et favorable stimulera la demande. Explications.

Afin de contribuer à la mise en œuvre du « Green Deal » européen dans le secteur de la construction, la Commission européenne a dévoilé, le 14 octobre dernier, la stratégie « Renovation Wave » qui a pour mission de doubler le taux de rénovation des bâtiments résidentiels et non résidentiels dans l'Union européenne au cours des dix prochaines années. 

En effet, cette dernière désire améliorer la durabilité de l’environnement bâti tout en reliant les mesures politiques telles que lutter contre la précarité énergétique, réduire les émissions de gaz à effet de serre en Europe, favoriser la numérisation ou encore améliorer la réutilisation et le recyclage des matériaux. Cette nouvelle démarche vise également à s'assurer que ces rénovations conduisent à une meilleure efficacité énergétique afin d’atteindre l’objectif climatique de réduction des émissions d’au moins 55%, fixé par l’UE. 

Une perspective ambitieuse qui permettrait la rénovation de 35 millions de bâtiments et la création de 160.000 emplois verts.

EBC met en garde 

La confédération européenne des constructeurs (EBC) se félicite de cette stratégie en la décrivant comme une étape importante pour mieux aligner les politiques liées au bâtiment ainsi qu'un « outil prometteur pour stimuler davantage la demande d'activités de construction. » L’organisation professionnelle, qui représente les associations nationales d'employeurs du secteur de la construction des micro, petites et moyennes entreprises, souligne cependant ses incertitudes quant au « cadre politique en constante évolution pouvant entraver plutôt que stimuler la rénovation, en particulier lorsque la mise en œuvre au niveau national accuse un retard. »

Eugenio Quintieri, secrétaire général de l'EBC, déclare : « nous devons veiller à ce que des incitations et un soutien financier soient disponibles pour les propriétaires afin de stimuler les rénovations, et nous abstenir de décourager leurs investissements par des changements réglementaires constants. »

Par conséquent, EBC met en avant quelques-unes de ses propositions : 

• Garantir des exigences minimales obligatoires proportionnées en matière de performance énergétique qui soient introduites progressivement selon une trajectoire à long terme prédéfinie et accompagnées d'un soutien financier et d'un financement réservé aux propriétaires ; 

• Améliorer l'information, l'accès et le financement adéquat pour le perfectionnement des travailleurs dans le secteur de la construction, en accordant une attention particulière aux PME ; 

• Fournir un soutien financier par le biais de subventions ou de crédits d'impôt pour faciliter l'achat et l'utilisation de matériaux recyclés ;

• Etendre à tous les niveaux de l'administration publique l'objectif de rénovation des bâtiments existants de 3 % pour les bâtiments appartenant au secteur public ; 

L’ensemble des différentes propositions à retrouver ici.

 

Marie Gérald 
Photo de Une : EBC.

Redacteur