Les chartes du développement durable : moins de déchets pour plus de protection Divers | 29.04.08

Partager sur :
Le 2 avril dernier, à l'occasion de la semaine du développement durable, 33 entreprises publiques ont signé une charte « verte ». Cette initiative survient trois ans après l'application de la Charte de l'environnement adoptée le 28 février 2005, selon les souhaits de l'ancien président de la République, Jacques Chirac. Le point sur les résolutions prises dans le secteur du bâtiment.
Le secteur privé était déjà bien au fait des démarches environnementales et de nombreuses entreprises ont élaboré leur propre charte de l'environnement. Celle adoptée par le Parlement réuni en congrès à Versailles le 28 février 2005 préconisait le principe de précaution par l'application d'articles destinés à une mobilisation pour la protection environnementale. Contribuer à la réparation des dommages causés à l'environnement, évaluer les risques, promouvoir le développement durable, éduquer et former à l'environnement... Autant de recommandations auxquelles certaines entreprises du bâtiment ont décidé de se soumettre en créant leur charte interne.

La charte de la bonne gestion des déchets

Par ailleurs et étant donné la quantité de déchets produits par le seul secteur du bâtiment et des travaux public (deuxième plus gros émetteur après l'agriculture), certaines entreprises du BTP ont aussi décidé la mise en place d'une charte pour une gestion durable de leurs déchets. Ainsi, les signataires s'engagent à garder leurs « chantiers propres » par toute une série d'actions s'inscrivant dans une démarche de développement durable : lutter contre les décharges sauvages, réduire la production de déchets à la source, mettre en place un tri sélectif afin d'alléger les exutoires, utiliser des matériaux recyclés sur les chantiers et mieux impliquer les maîtres d'ouvrage publics dans l'élimination des déchets générés par leurs commandes.

Le service public se met au vert

Le 2 avril dernier, ce sont 33 entreprises publiques, tous secteurs d'activités confondus, et représentant quelque 1,5 million de salariés qui ont signé la charte du développement durable. Le RATP, La Poste, France Télévision... s'engagent par cette initiative à mener une réflexion stratégique en termes d'écologie avec comme originalité l'obligation de présenter sa tactique et ses résultats à deux de ses pairs, établissements ou entreprises signataires.


Vanessa Bernard
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La conjoncture du bâtiment reste bonne, malgré des zones d'ombre

La conjoncture du bâtiment reste bonne, malgré des zones d'ombre

La conférence de presse « conjoncture trimestrielle » de Jacques Chanut, le président de la FFB, a alterné bonnes et moins bonnes nouvelles. Globalement, le secteur du bâtiment se porte bien, mais des points de faiblesses subsistent et il faudrait peu de chose pour que le secteur rebascule dans une situation plus complexe. Explications …
Le digital fait son entrée à Expoprotection, le salon de la prévention des risques

Le digital fait son entrée à Expoprotection, le salon de la prévention des risques

Expoprotection ne fait pas souvent partie des routes habituelles des visiteurs des grands salons du bâtiment. À tort, car la problématique de la prévention et de la protection des risques est au cœur de notre secteur d’activité, que l’on parle de sécurité des salariées sur le chantier, de prévention des maladies professionnelles ou plus généralement de la sécurité des occupants des bâtiments en construction. Et avec l’arrivée du digital, il y a de bonnes raisons pour visiter le salon en 2018 …
L’UNEP et l’ADIVET divorcent sur fond de désaccord concernant les règles du métier

L’UNEP et l’ADIVET divorcent sur fond de désaccord concernant les règles du métier

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage confirme sa rupture avec l’Adivet, avec qui elle était liée depuis 10 ans. La raison de cette rupture serait, selon l’UNEP, le manque de représentativité des paysagistes au sein de l’association. Par conséquent, l’UNEP considère que l’ADIVET n’a plus la légitimité pour imposer des règles professionnelles équitables

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter