Les nouveaux Quais Rive Gauche de la Garonne à Bordeaux

Divers | 04.06.09
Partager sur :
Les nouveaux Quais Rive Gauche de la Garonne à Bordeaux - Batiweb
Après 10 ans de travaux, les quais de la rive gauche de la Garonne à Bordeaux, ont été inaugurés fin mai. 4,5 kilomètres de promenades, d'espaces verts, d'équipements sportifs et d'une zone commerciale, gagnés sur des friches industrielles et des parkings conçus par le paysagiste Michel Corajoud (Grand prix de l'aménagement de l'espace public 2008).
Les quais réhabilités constituent désormais une longue promenade pour les Bordelais, s'étendant aux pieds des célèbres façades du XVIIIe siècle. Après 10 ans de travaux, ce chantier de 80 mètres de large et long de 4,5 km a coûté 122 millions d'euros. Ils sont « un rêve réalisé » qui permet de « rendre la rive » aux habitants et aux visiteurs, a commenté Alain Juppé, rappelant que le chantier, quasiment intégralement financé par la Communauté urbaine de Bordeaux, avait été confié en 1999 au paysagiste Michel Corajoud.

Admiratif, le président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), Vincent Feltesse, a salué « une réussite totale » et s'est félicité de voir « revenir la nature et les espaces verts sur les quais » dont la ville était coupée « depuis 1870 », avec l'installation de grilles pour délimiter la zone portuaire.

Oeuvre diurne majeure, les Quais Rive Gauche de la Garonne sont magnifiés de nuit grâce aux illuminations offrant aux usagers des ambiances nocturnes à la fois poétiques, ludiques et festives. Laurent Fachard et l'atelier de création lumière « Les Eclairagistes Associés » ont réalisé les environnements lumineux urbains de ce site majestueux de 5 kilomètres linéaires et de plus de 36ha. Une attention particulière a été portée au matériel d'éclairage. Deux candélabres ont ainsi été conçus spécifiquement par LEA pour l'aménagement : pour la Place de la Bourse, un mât de 30m et pour la promenade des quais, un candélabre d'ambiance en métal ajouré.

Ce projet répond aux critères de l'écologie de la lumière urbaine et du développement d'un éclairage public soutenable par la précision photométrique des instruments d'éclairage, par la programmation temporelle des allumages, l'abaissement notable de la puissance des sources. Une économie très sensible de la consommation électrique est ainsi réalisée.

Bruno Poulard

Redacteur