Saint-Pétersbourg : le gratte-ciel de la discorde

Divers | 13.10.09
Partager sur :
Saint-Pétersbourg : le gratte-ciel de la discorde - Batiweb
La construction d'un gratte-ciel de 403 mètres en forme d'aiguille, symbolisant une flamme, l'emblème du géant gazier Gazprom dans le centre historique de la ville de Saint-Pétersbourg en Russie, a été accepté par le conseil municipal. De nombreux résidents sont scandalisés par le projet et l'ancienne capitale impériale risque d'être rayée de la liste du patrimoine mondial.
Le conseil municipal de Saint-Pétersbourg, faisant fi des recommandations de l'Unesco et de l'opposition au projet, a donné son feu vert à la construction de Gazprom City. « Il s'agit d'un grand complexe qui sera construit dans le respect de toutes les règles architecturales, à l'exception d'un élément dominant », a concédé le gouverneur de la ville, Valentina Matvienko, en référence à la tour de 403 mètres. L'ensemble, baptisé « Gazprom City », comprend un gratte-ciel en forme d'aiguille (symbolisant une flamme, l'emblème du géant gazier Gazprom) et un hôtel cinq étoiles.

Les détracteurs du projet, dont une bonne partie de l'élite intellectuelle locale, estiment qu'il porte atteinte à l'unité architecturale de Saint-Pétersbourg, fondée par Pierre le Grand en 1703 et capitale impériale pendant deux siècles. Quelque 3000 manifestants ont protesté le 10 octobre dernier contre ce projet. « Gazprom go home », « l'Histoire est plus précieuse que l'argent », pouvait-on lire sur les banderoles brandies par les protestataires lors d'une des plus importantes manifestations organisées à Saint-Pétersbourg au cours des dernières années. Les résidents s'inquiètent de voir leur centre ville, qui figure au patrimoine culturel de l'UNESCO, défigurée. « J'ai défendu cette ville des bombes ennemies durant le siège (pendant la IIè guerre mondiale) et maintenant je dois la défendre de mes propres compatriotes », a déclaré Lioudmila Iliachova, 78 ans.

Vladimir Poutine, l'un des plus chauds partisans du projet

Le parti russe d'opposition Iabloko a déposé un recours en justice contre la décision de la ville de Saint-Pétersbourg d'autoriser la construction de la tour. « Cette décision n'est pas conforme à la loi et viole les droits et les libertés des citoyens », a déclaré l'antenne locale de Iabloko dans un communiqué. Le parti demande que la décision soit annulée pour dépassement des normes de hauteur autorisées. Selon lui, seuls des bâtiments de 100 mètres peuvent être érigés sur le site retenu, à l'embouchure de la Neva. « C'est scandaleux. L'administration de Saint-Pétersbourg a agi au mépris non seulement des règles architecturales mais aussi de l'opinion publique et de l'Unesco », a déclaré Antonina Elisseeva, coordinatrice de l'ONG « La ville vivante ». Le projet de Gazprom doit encore faire l'objet d'une expertise d'Etat, a toutefois souligné Mme Elisseeva, en espérant qu'il puisse encore être stoppé à ce niveau.

Le Premier ministre et ex-président Vladimir Poutine, qui nourrit de grandes ambitions pour sa ville natale, soutient pour sa part ce projet. « Il nous faut de l'air frais, des centres qui donneraient une impulsion aux activités commerciales », disait-il déjà en 2007 en pleine polémique. En 2007, l'Unesco s'était inquiété de la construction de ce complexe ultramoderne, avertissant que l'ancienne capitale impériale risquait d'être rayée de la liste du patrimoine mondial et classée dans celle du patrimoine en péril. Le cabinet d'architectes britannique RMJM London Limited a remporté en 2006 le concours pour réaliser cet ambitieux projet, doté d'un budget de 1,8 milliard d'euros.

Bruno Poulard

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Construction de 303 logements THPE à Loos  - Batiweb

Construction de 303 logements THPE à Loos

Dans un quartier de la ville de Loos, dans le Nord-Pas de Calais, verra le jour un important programme de construction de 303 logements THPE (Très Haute Performance Energétique). Ce projet comprend 250 logements locatifs et 53 en accession. Les travaux débuteront au 1er trimestre 2010.
Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement - Batiweb

Une différence méconnue, entre éco-quartier et éco-lotissement

L’éco-logement est aujourd’hui en pleine expansion. Il en existe deux types, implantés dans les agglomérations ou en périphérie : les éco-lotissements et les éco-quartiers. Ces derniers, très prisés, sont également présents dans les zones rurales avec le même engouement. L’objectif de ces nouvelles constructions est, dans tous les cas, le même : respecter les principes de développement durable. Pour mieux comprendre les orientations de ces deux types de construction, il est essentiel de savoir ce que recouvre chacun des termes, leurs différences et leurs enjeux, le tout expliqué par Pierre-Emmanuel Charbon, aménageur - maître d’œuvre, porteur du projet de construction sur la commune de Megève.