Un complexe touristique de taille au cœur du vignoble

Divers | 05.02.09
Partager sur :
Un complexe touristique de taille au cœur du vignoble - Batiweb
L'investisseur américain Gordon Atlantic Development projette de construire d'ici 2014 un complexe touristique haut de gamme et un golf de classe internationale au cœur du prestigieux vignoble champenois de la Côte des Blancs.
Implanté sur une surface de 82 hectares autour des communes du Mesnil-sur-Oger et Oger (Marne), au sud d'Epernay, l'ensemble comprendrait des cottages (destinés à la vente), un hôtel de luxe, un complexe tennistique ainsi qu'un golf de 18 trous qui accueillera le PGA tour (de l'association des professionnels du golf). Ce dernier devrait être dessiné par l'ancien champion australien Greg Norman.

L'objectif principal de l'investisseur américain est de faire de la Côte des Blancs, réputée pour son champagne, un site incontournable du golf mondial et du tennis de haut niveau. De son projet, estimé pour le moment à 60 millions d'euros, il entend vendre un programme immobilier d'une soixantaine de résidences, plus ou moins importantes, avec vue sur les vignes indique le journal régional « l'Union – L'Ardennais ».

Toujours selon « l'Union », il compte également ouvrir un hôtel de luxe de 80 à 100 chambres, avec tous les équipements de loisir indispensables à un tel niveau (spa notamment), un centre tennistique de premier ordre et bien sûr le golf 18 trous qui accueillera le PGA tour (de l'association des professionnels du golf). A plein régime, d'ici à quelques années, environ 200 employés feront fonctionner le site. Des formations spécifiques seront créées dans la région.

Le complexe devrait créer près de 200 emplois directs, pour une ouverture espérée à l'horizon 2014. Un protocole d'accord a été signé le 20 janvier au Mesnil-sur-Oger entre William Hyatt Gordon, le président de Gordon Atlantic Development, et les différents partenaires locaux dont l'agence Champagne-Ardenne Développement et la Chambre de commerce et d'industrie de Reims-Epernay.

Voir la vidéo du reportage diffusé sur France 3

Bruno Poulard
Redacteur