Efficacité énergétique : des objectifs toujours plus ambitieux pour l’Union européenne Eco-construction | 13.11.18

Partager sur :
Le Parlement européen s’est prononcé favorable à un objectif visant à réduire la consommation d’énergie de l’UE de 0,8% par an de 2021 à 2030. En parallèle, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute de l’Union pourrait atteindre les 32% d’ici à douze ans. Le point sur les principales ambitions évoquées par les eurodéputés.
L’environnement était décidément au cœur de nombreux débats qui se sont tenus récemment au Parlement européen ! Les députés ont en effet évoqué des objectifs ambitieux, dont certains d’entre eux ont même déjà été validés.

Les élus ont notamment voté une résolution législative visant à revoir à la hausse l’objectif de réduction de la consommation d’énergie de l’Union européenne à horizon 2030. Dans le détail, l’efficacité énergétique globale de l’association politique devrait augmenter de 32,5% dans les douze prochaines années par rapport au niveau de 1990, soit une hausse des économies d’énergie de 0,8% par an à compter de 2021.

« Ce n’est pas contraignant État par État mais c’est véritablement un texte européen où il faut que tout le monde joue le jeu, quitte à jouer après sur les recommandations de la Commission si un État ne respecte pas ses objectifs », estime la député écologiste Michèle Rivasi.

Une nécessaire implication de tous les pays

Autre sujet préoccupant pour le Parlement européen, le développement des énergies renouvelables s’est retrouvé au cœur de nouveaux objectifs ambitieux. À 495 votes pour, les députés ont fixé à 32% la part des EnR dans la consommation brute de l’UE, contre 17% en 2016.

La production d’énergie renouvelable par les citoyens européens sera également encouragée, de même que l’autoconsommation, le stockage ou la revente d’excédent. Les biocarburants, enfin, devraient être largement développés dans les années à venir.

Autant d’objectifs ambitieux qui devront encore obtenir l’aval formel du Conseil européen avant une prochaine entrée en vigueur. En cas de validation, les différents États membres devront présenter, tous les dix ans, un plan détaillant leur contribution et les mesures concrètes prises dans ce cadre.

F.C (avec AFP)
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

32% d’énergies renouvelables pour l’Union Européenne à horizon 2030

Les négociateurs du Parlement Européen et du Conseil ont adopté mercredi dernier de nouveaux objectifs en matière d’énergies renouvelables pour l’UE, à hauteur de 32% la consommation finale brute d’ici 2030. Pour y parvenir, le principe de ‘’l’efficacité énergétique d’abord’’ sera désormais mis en œuvre dans les différentes décisions de planification énergétique, de politique et d’investissement.
Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse

Le Parlement européen revoit les objectifs climatiques de l’UE à la hausse

En amont de la Conférence de Katowice sur le climat (COP24), qui se tiendra du 3 au 14 décembre en Pologne, le Parlement européen a appelé jeudi 25 octobre à relever les objectifs climatiques fixés par l’Union dans le cadre de l’Accord de Paris. Entre autres, les émissions de gaz à effet de serre devraient être réduites de 55% à horizon 2030, contre 40% aujourd’hui. Les détails.
Feuille de route énergétique : François de Rugy s’engage pour le développement de l’éolien

Feuille de route énergétique : François de Rugy s’engage pour le développement de l’éolien

Toujours en poste après le remaniement ministériel de ce 16 octobre, François de Rugy, à la Transition écologique, est revenu ce mardi sur les objectifs de la future Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Celle-ci doit en effet être prochainement présentée par le gouvernement, en adéquation avec les ambitions de la loi sur la transition énergétique de 2015.
Eolien en mer : bras de fer entre le gouvernement et les élus et industriels

Eolien en mer : bras de fer entre le gouvernement et les élus et industriels

Dans la nuit du mardi 12 juin, l'Assemblée nationale s'est déclarée favorable à la possibilité d'annuler plusieurs projets de parcs éoliens en mer dans le cas où les renégociations sur les tarifs de rachat d'électricité n'aboutiraient pas. Une décision qui fait grincer des dents les élus et entreprises, qui ont profité des 5èmes assises nationales du Syndicat des énergies renouvelables pour lancer un appel au gouvernement. Explications.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter