L’OQAI présente les résultats de son étude sur la qualité de l’air intérieur Eco-construction | 24.03.17

Partager sur :
L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a lancé en 2012 une étude unique en France, visant à vérifier la qualité de l’air et le confort dans les bâtiments performants en énergie. Si les résultats indiquent des occupants globalement satisfaits du confort de leur logement, ils montrent aussi une contamination fongique plus importante ainsi qu’une concentration plus élevée de certains polluants.
L’OQAI présente les résultats de son étude sur la qualité de l’air intérieur L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a lancé en 2012 une étude unique en France, visant à vérifier la qualité de l’air et le confort dans les bâtiments performants en énergie. Si les résultats indiquent des occupants globalement satisfaits du confort de leur logement, ils montrent aussi une contamination fongique plus importante ainsi qu’une concentration plus élevée de certains polluants.

Créé en 2001 par le Ministère du Logement, l’Observation de la qualité de l’Air Intérieur (OQAI) a pour but d’informer et de se sensibiliser la population et les professionnels à la pollution de l’air et les risques associés. En 2012, L’OQAI a mis en place un programme dédié à l’étude de la qualité de l’air et du confort dans les bâtiments répondant aux réglementations de performance thermique les plus récentes.

L’enquête portait sur 72 logements répartis dans 43 bâtiments (maisons individuelles ou immeubles collectifs). 44 ont été construits entre 2008 et 2012 et 28 ont été rénovés entre 2010 et 2013. L’enquête décrit également l’équipement des logements, qui influent sur la qualité de l’air intérieur « Les logements présentent la particularité d’être quasiment tous ventilés grâce à un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), simple ou double flux. Le chauffage est majoritairement assuré par des pompes à chaleur ou des poêles à bois dans les maisons individuelles, et par des chaudières ou un réseau de chaleur pour les logements collectifs ».

Le communiqué précise que les données collectées « ne sont pas généralisables au parc actuel de bâtiments performants en énergie […] mais leur étude apporte des indications utiles aux concepteurs, gestionnaires de parcs de bâtiments, architectes et bureaux d’études ». Les résultats ont été comparés avec ceux d’enquêtes menées précédemment par l’OQAI et la CNL (Campagne Nationale Logements) en 2001, 2003 et 2005.

Des résultats surprenants

Il ressort de l’enquête que les bâtiments performants en énergie concentrent plus de polluants, comme l’hexaldéhyde (30ug/m3 vs 21ug/m3), le limonène (20 vs 8,9ug/m3) et l’a-pinène (23 vs 5,9 ug/m3) que les logements classiques, et présentent un développement plus rapide des moisissures (47% contre 37%)


Ces différences s’expliquent par la présence de mobilier et d’ossature en bois dans les logements examinés, ainsi que d’un isolant végétal à base de bois utilisés sur les combles. L’enquête a également appelé à la vigilance concernant les systèmes de ventilation. La réduction des infiltrations d’air parasite dans ces bâtiments conduirait à un renouvellement de l’air très limité en cas d’arrêt des systèmes.

L’enquête ne relève aucune autre différence au niveau de la qualité de l’air intérieur par rapport à l’ensemble des logements français, et note que 80% des occupants en sont satisfaits, seule une minorité exprimant une insatisfaction, majoritairement vis-à-vis d’odeurs désagréables.

Ces résultats serviront de base à la prochaine enquête de l’OQAI, centrée sur la recherche des facteurs responsables du développement actif des moisissures et l’impact des facteurs socioéconomiques sur la perception (thermique, olfactive…) des occupants. L’OQAI va également lancer une enquête similaire sur les écoles et immeubles de bureaux performants en énergie.

F.T
Photos : ©FotoliaEnregistrer
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un immeuble aux appartements modulables en projet à Lille

Un immeuble aux appartements modulables en projet à Lille

Avec des appartements modulables en fonction des besoins (colocation, habitat intergénérationnel, etc), Seura architectes remporte avec Norpac le concours de conception-réalisation Héliolille pour la construction de 5.356 mètres carrés de logements à Lille et propose un nouvel art d’habiter.
Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Marché de la maison individuelle : les inquiétudes des professionnels se confirment !

Les Constructeurs et aménageurs de la Fédération française du bâtiment (LCA-FFB) ont présenté ce 21 septembre les chiffres relatifs au marché résidentiel, et plus spécifiquement à la maison individuelle. Un secteur largement mis à mal depuis début 2018 : en glissement annuel sur douze mois, les ventes de maisons neuves ont chuté de 9,8%. Dans le même temps, le Crédit Foncier s'attend lui aussi à une baisse de la production de crédits immobiliers, à hauteur de -9%. Tous les chiffres.
Adivbois révèle les sites retenus pour accueillir des Immeubles à vivre bois

Adivbois révèle les sites retenus pour accueillir des Immeubles à vivre bois

Le 7 juin dernier, Adivbois donnait le coup d’envoi de son Appel à manifestation d’intérêt visant à « identifier les sites susceptibles d’accueillir des Immeubles à vivre bois » pour bâtir la ville durable de demain. Disséminés sur l’ensemble du territoire, les 24 lauréats, annoncés ce lundi, feront l’objet d’un concours au terme duquel le groupement proposant l’Immeuble à vivre bois le plus innovant sera désigné pour chaque site. Tous les détails.
Qualitel publie son premier Baromètre sur la qualité de vie dans le logement

Qualitel publie son premier Baromètre sur la qualité de vie dans le logement

Alors que la thématique du « bien vivre chez soi » est de plus en plus prise en compte par les particuliers et les constructeurs, l’association Qualitel a présenté ce jeudi 5 son premier Baromètre sur le sujet. Intitulé « Les Français notent leur logement », le rapport propose d’évaluer la qualité perçue d’un bien en s’appuyant sur 15 critères, parmi lesquels le confort thermique et acoustique, la luminosité ou encore la qualité des matériaux de construction.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter