Make our Planet Great Again : les ingénieurs français répondent à l’appel d’Emmanuel Macron Eco-construction | 12.06.17

Partager sur :
Le 2 juin dernier, Emmanuel Macron, président de la République, a lancé un appel international à l’attention des ingénieurs, les invitant à travailler en France « sur des solutions concrètes pour le climat ». Une démarche qui a ravi la fédération professionnelle Syntec-Ingénierie, qui demande néanmoins à ce que les dispositifs de formation pour les professionnels français soient renforcés. Précisions.
« À tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés […], je vous lance un appel : venez travailler, ici, avec nous, sur des solutions concrètes pour le climat. »

Ainsi s’est exprimé Emmanuel Macron, président de la République, le 2 juin dernier, confirmant ainsi sa volonté de poursuivre les objectifs fixés par la COP21 et la loi de transition énergétique. Une initiative saluée par Syntec-Ingénierie, qui compte 400 entreprises adhérentes et 11 délégations régionales.

« Nous nous réjouissons et tenons à exprimer tout notre soutien et mobilisation en faveur de la réussite de l’initiative Make Our Planet Great Again », s’est exprimé Nicolas Jachiet, président de la fédération.

« En tant que pilotes des projets industriels et de construction, notre rôle est de proposer à nos clients publics et privés des solutions technologiques sur-mesure pour améliorer la performance énergétique de leurs ouvrages, limiter leurs émissions de gaz à effet de serre, et ainsi participer à la transition écologique. Nous nous joignons donc avec enthousiasme à l’appel de l’Élysée et renforcerons nos actions en ce sens », poursuit-il.

Renforcer la formation des nouveaux ingénieurs français

Si l’organisme semble donc prêt à se jeter corps et âme dans le projet du président, il en a également profité pour passer un message au gouvernement. En cause : le manque de visibilité de la profession en France, qui peine donc à recruter de jeunes diplômés.

« L’ingénierie est une profession incroyablement diverse, innovante et qui recrute ! Or, le nombre d’ingénieurs formés en France est insuffisant au regard des besoins économiques et écologiques à venir. Avec 37 000 recrutements lancés chaque année, les entreprises d’ingénierie éprouvent déjà des difficultés à embaucher. Recruter des talents à l’international est toujours extrêmement enrichissant mais cela ne peut être suffisant », déplore Nicolas Jachiet.

« Nous appelons […] le gouvernement à se mobiliser pour la formation initiale des ingénieurs français et à renforcer les actions de sensibilisation auprès des jeunes et des étudiants. Une attention particulière doit être portée à l’entrée des jeunes filles dans les cursus d’ingénieurs : actuellement 1 élève sur 3 seulement est une femme. Nous avons formulé plusieurs solutions concrètes à ce sujet dans nos 10 propositions », conclut-il. En espérant que le gouvernement fraîchement élu en tiendra compte.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La France en retard dans sa transition énergétique

La France en retard dans sa transition énergétique

Moyens « insuffisants » et objectifs « loin d’être atteints » : le Conseil économique, social et environnemental (Cese) ne mâche pas ses mots dans un avis récemment publié concernant la transition énergétique de la France. Dans ce contexte, l’organisme a formulé une série de propositions afin de combler le retard pris par l’hexagone. Les détails.
La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

La filière bois française à l’honneur pour les Jeux Olympiques de 2024

Les contours du chantier des Jeux Olympiques de 2024 se précisent, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les constructions feront la part belle au bois. Le village olympique et paralympique ainsi que le cluster des médias seront en effet réalisés dans ce matériau biosourcé et renouvelable. L’organisation France Bois 2024 s’est ainsi formée pour accompagner les entreprises dans ce challenge qui constitue une véritable opportunité pour la filière bois française.

"Inaction climatique" : Emmanuel Macron déterminé à agir pour la planète

"L’Affaire du siècle", cette pétition aux plus de deux millions de signataires accusant l’État d’"inaction climatique", aura finalement fait réagir Emmanuel Macron. En déplacement au Kenya ce 14 mars, le Président de la République a fait part de sa volonté de « remettre au cœur de l’économie de marché la place de l’environnement et de la biodiversité », reconnaissant un certain retard dans la mise en œuvre d’actions de lutte contre le réchauffement climatique.
Enfin une ville française signataire de la charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires

Enfin une ville française signataire de la charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires

C'est une certitude : le succès de la transition énergétique de la France nécessite l'implication de tous les acteurs. Souhaitant contribuer, à son niveau, à l'effort national, Paris a signé le 17 mai dernier la charte pour l'efficacité énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires publics et privés du Plan Bâtiment Durable. La capitale est ainsi la première ville à soutenir cette initiative.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter