Huit lauréats aux Trophées Bâtiments Circulaires

Évènements du bâtiment | 26.10.21
Partager sur :
Huit lauréats aux Trophées Bâtiments Circulaires - Batiweb
C’est à Paris que la première édition des Trophées Bâtiments Circulaires a annoncé ses lauréats, ce jeudi 21 octobre. Le jury du concours, valorisant la construction éco-responsable, a récompensé cinq projets, plus trois qui se sont distingués sur certains aspects de leur conception.

Portés par l’envie de valoriser des projets architecturaux faisant la part belle aux matériaux issus du réemploi, les Trophées Bâtiments Circulaires, coorganisés par le média Construction 21 et la démarche Booster de réemploi, a vu sa première cérémonie de remise de prix célébrée ce jeudi 21 octobre au Morning Concorde, à Paris. 

C’est un jury présidé par Julien Hans, directeur du département énergie environnement au CSTB, qui a annoncé les lauréats dans différentes catégories.

Dans la catégorie Bâtiments résidentiels/prix de la construction neuve, le jury a recompensé un chantier signé par le cabinet l'Archiviolette, demandé par les Foyers Normands. Le projet consistait à construire quatre logements mitoyens, sur des jardins délaissés à Colombelles (14), en ossature bois et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

« La tentation du réemploi - 4 logements à Colombelles », lauréat dans la catégorie Bâtiments résidentiels/prix de la construction neuve - Crédit photo : Michel Ogier - L'archiviolette

« La tentation du réemploi - 4 logements à Colombelles », lauréat dans la catégorie Bâtiments résidentiels/prix de la construction neuve - Crédit photo : ©Michel Ogier - L'archiviolette

Toujours dans la catégorie Bâtiments résidentiels mais cette fois-ci dédiée à la rénovation, le lauréat est le projet « La Capoeïra ». Cet ancien restaurant de type churrascaria, situé à Pau (64), a été repensé par l'architecte Raphaël Fourquemin en résidence principale. Le recours aux principes bioclimatiques de déconstruction et de réemploi des matériaux in-situ, a permis entre autres de supprimer une partie de la toiture de la salle de restaurant, qui est devenue une cour. 

« La Capoeïra », lauréat dans la catégorie Bâtiments résidentiels/prix de la rénovation - Crédit photo : Raphaël Fourquemin Architecte

« La Capoeïra », lauréat dans la catégorie Bâtiments résidentiels/prix de la rénovation - Crédit photo : ©Raphaël Fourquemin Architecte

Les architectes des cabinets Encore Heureux et Construire ont gagné quant à eux dans la catégorie Bâtiments tertiaires/prix de la rénovation, pour leur projet sur une grande halle en béton à Colombelles (14). L'ancien site de la gigantesque Société Métallurgique de Normandie (SMN), a été reconverti en lieu de travail et de culture, imaginé par la SEM Normandie.

« La Grande Halle de Colombelles », lauréat dans la catégorie Bâtiments tertiaires/prix de la rénovation - Crédit photo : Cyrus Cornut

« La Grande Halle de Colombelles », lauréat dans la catégorie Bâtiments tertiaires/prix de la rénovation - Crédit photo : ©Cyrus Cornut

Le prix du tertiaire, côté construction neuve, a été décerné au cabinet Archipel Zéro pour la construction de Résilience, siège social de  Novaedia, coopérative d'insertion agro-alimentaire, à Stains (93). Inspiré par la permaculture et l'identité locale du territoire, le bâtiment, mise sur des matériaux bio/géo-sourcés, comme de réemploi, tout ayant une approche low-tech et high-tech. Ainsi, un mur trombe et des enduits en terre crue côtoient une cuisine-laboratoire et une thermo-frigo-pompe.

« Résilience - La Ferme des Possibles », lauréat dans la catégorie Bâtiments tertiaires/prix de la construction neuve  - Crédit photo : Archipel Zéro

« Résilience - La Ferme des Possibles », lauréat dans la catégorie Bâtiments tertiaires/prix de la construction neuve - Crédit photo : ©Archipel Zéro

Le Prix Espace public / infrastructure a été remporté par le cabinet WAO, pour la réalisation de l'Ombrière des Canaux, dans le 19ème arondissement de Paris, issue d'un appel à projets de l'association Les Canaux : La Maison des Économies Solidaires et Innovantes. Re-Store, le collectif sélectionné pour l'éxécution, a eu deux mois pour créer la structure, avec les 8,4 tonnes de bois récupérés et réutilisés, qui occupent 90 % de sa composition.

« L'ombrière des Canaux », lauréat du Prix Espace public/infrastructure  - Crédit photo : Aurélien Chen

« L'ombrière des Canaux », lauréat du Prix Espace public/infrastructure  - Crédit photo : ©Aurélien Chen

En plus des cinq lauréats, trois mentions spéciales ont été attribuées par le jury. Une première, intitulée « Réversibilité et conservation patrimoniale » a été décernée à la transformation d'une école en logements sociaux et commerces par le maître d'oeuvre epbs, dans le 18ème arrondissement de Paris.

« Monceau - transformation d'une école en logements sociaux et commerces », lauréat de la mention réversibilité et conservation patrimoniale  - Crédit photo : Élogie-Siemp

« Monceau - transformation d'une école en logements sociaux et commerces », lauréat de la mention réversibilité et conservation patrimoniale  - Crédit photo : ©Élogie-Siemp

Une mention qui donne envie a été remportée par la réalisation d'un laboratoire d'idées pour Envie, fédération tournée vers l'économie circulaire, à Ménilmontant, dans le 20ème arondissement de Paris. Le bâtiment, qui se veut être démonstrateur de la démarche réemploi de son occupant, a été conçu par l'agence Urban Act. Cette dernière a opté pour une composition à 70 % de bois.

«  Envie le Labo : un bâtiment démonstrateur du réemploi », lauréat de la mention qui donne envie  - Crédit photo : Tarik YAICI

« Envie le Labo : un bâtiment démonstrateur du réemploi », lauréat de la mention qui donne envie - Crédit photo : ©Tarik YAICI

Enfin, une mention conservation patrimoniale et démarche opérationnelle, a été accordée à la restauration de la grange Montsouris, dernier élement constitutif de l’ancienne ferme de Montsouris dans le 14ème arondissement de Paris. A l'initiative de la Ville qui a racheté la structure, celle-ci est devenue un lieu citoyen et culturel, grâce au travail de l'agence d'architecture Grand Huit, l'atelier Aurélien Masurel et l'architecte Sophie Popot.
 

« Grange Montsouris », lauréat de la mention conservation patrimoniale et démarche opérationnelle - Crédit photo : Myr Muratet

« Grange Montsouris », lauréat de la mention conservation patrimoniale et démarche opérationnelle - Crédit photo : ©Myr Muratet

Virginie Kroun
Photo de Une : Construction 21/Booster de réemploi

Virginie.kroun
filter_list

Sur le même sujet

OVALEC, nouvel outil en faveur de l’économie circulaire dans la construction    - Batiweb

OVALEC, nouvel outil en faveur de l’économie circulaire dans la construction

Le CSTB, le BRGM, Bouygues Construction et l’Association HQE – France GBC ont lancé le développement d’un nouvel outil d’aide à la décision et à la conception, au service de la qualité environnementale des bâtiments. Baptisé OVALEC, cet outil vise à accompagner les acteurs du bâtiment dans l’économie circulaire. Il s’agit notamment de favoriser l’utilisation de ressources secondaires issues du recyclage et du réemploi, et de réduire les déchets liés à la déconstruction du bâtiment.
Le CSTB publie un nouveau guide étanchéité à l’air des réseaux de ventilation - Batiweb

Le CSTB publie un nouveau guide étanchéité à l’air des réseaux de ventilation

Le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) vient tout juste de publier un nouveau livre intitulé « Étanchéité à l’air des réseaux de ventilation » dans sa collection « Guide pratique développement durable ». Cet ouvrage, rédigé par la société Quali-TE, est destiné aux professionnels concernés par l’étanchéité à l’air des réseaux de ventilation. Présentation.
Energie solaire : IRFTS Easy Roof Evolution reçoit un avis technique du CSTB  - Batiweb

Energie solaire : IRFTS Easy Roof Evolution reçoit un avis technique du CSTB

Le lyonnais IRFTS s’est vu décerner l'Avis Technique 21/18-62 du CSTB pour son procédé photovoltaïque Easy Roof Evolution. Ce système de pose ventilé permet une intégration totale des panneaux photovoltaïques, thermiques, aérothermiques et hybrides en toiture. Les différentes pièces s’assemblent les unes aux autres sans découpe, ni joint. A ce jour, l’entreprise a dépassé les 200 mégawatts de solution installés. Ses cibles ? Les bâtiments agricoles et industriels ainsi que le résidentiel.
	  La soufflerie climatique Jules Verne de Nantes se renouvelle - Batiweb

La soufflerie climatique Jules Verne de Nantes se renouvelle

Propriété du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), la soufflerie climatique Jules Verne de Nantes s’agrandit et se rénove. Cette rénovation vise à conserver la dimension mondiale du bâtiment et à proposer son activité sur de nouveaux marchés. Le chantier qui a commencé en avril dernier doit s’achever à la mi-novembre 2018.