L'usine Lafarge de Port-la-Nouvelle reçoit le trophée Sécurité du SFIC Evénements du bâtiment | 20.05.16

Partager sur :
L'usine Lafarge de Port-la-Nouvelle reçoit le trophée Sécurité du SFIC Batiweb
Le Syndicat français des industries cimentières a décerné une nouvelle fois son trophée de la sécurité à l'usine Lafarge de Port-la-Nouvelle. Déjà récompensé en 2013, le site présente - parmi les 27 cimenteries françaises en lice - le plus bas taux de fréquence d’accidents avec et sans arrêt sur les 3 dernières années.
Le cimentier Lafarge vient une nouvelle fois de remporter le trophée Sécurité, décerné par le SFIC, en présence d'Anne Bernard-Gély, délégué général du SFIC, de Fabrice Copin, directeur environnement de l’Association Technique de l’Industrie des Liants Hydrauliques (ATILH) et de Philippe Babey, directeur général des Opérations Lafarge Ciments.

« Cette nouvelle distinction démontre ainsi la pertinence de la politique et des actions menées par le site industriel (déjà récompensé en 2013) en matière de sécurité au travail », précise le groupe dans un communiqué.

L'usine du cimentier français située à Port-la-Nouvelle avait déjà reçu en 2013 le précieux sésame, en raison de l'absence d'accident de travail avec arrêt pour son personnel, ses intérimaires et ses sous-traitants, et le plus bas taux de fréquence d’accidents avec et sans arrêt sur les 3 dernières années.

« Dans notre usine, la priorité est donnée à l’interdépendance. Si chaque jour, nos intervenants travaillent à renforcer le respect des règles et des procédures d’intervention, c’est surtout en prenant conscience que la sécurité de tous dépend des actes de chacun que le site de Port-la-Nouvelle est parvenu à réaliser de véritables performances », explique Christophe Landais, directeur de l’usine.

« Port-la-Nouvelle est la cimenterie la plus récente de France », précise par ailleurs Paul Perez, Directeur Développement Santé/Sécurité Ciment chez Lafarge France. « Construite en 1971, sa ligne de cuisson a fait l’objet d’importants travaux de rénovation en 1998, lui permettant ainsi de devenir l’une des plus performantes du pays ».

Deux autres usines Lafarge Ciments ont également reçu un trophée, à savoir Martres Tolosane et Contes les Pins. Le site d’Altkirch, membre également du Groupe LafargeHolcim, arrive en quatrième position.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Raoul de Parisot élu au Syndicat Français de l'Industrie Cimentière Batiweb

Raoul de Parisot élu au Syndicat Français de l'Industrie Cimentière

Le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière (SFIC) vient d’élire Raoul de Parisot à sa présidence. Il succède à Jean-Yves Le Dreff. Ingénieur de l’Ecole des Mines de Nancy, diplômé en sciences économiques et titulaire d’un master en sciences de l’Université de Stanford, Raoul de Parisot est aussi conseiller du Président du groupe Vicat.
Le marché du ciment sera encore dans le rouge en 2015 Batiweb

Le marché du ciment sera encore dans le rouge en 2015

Le Syndicat français de l'industrie cimentière (SFIC) relève une nouvelle dégradation du marché du ciment, avec une baisse supplémentaire de 5,5 % à fin 2014 par rapport à 2014. Avec une consommation de 18,2 millions de tonnes, cette nouvelle dégradation porte la contraction du marché à 30 %, sur la période 2007- 2014. Détails des prévisions 2015 pour le marché du ciment.
Les syndicats de Lafarge réclament un « dialogue loyal » Batiweb

Les syndicats de Lafarge réclament un « dialogue loyal »

Dans le cadre de la fusion Holcim-Lafarge, les deux cimentiers ont engagé une vaste opération de restructuration, donnant lieu à des suppressions d'emplois. Les représentants des salariés, qui manquent de visibilité, demandent la mise en place d'un « dialogue social loyal » afin de trouver des solutions pour préserver l'emploi. Détails
Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH Batiweb

Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH

La société irlandaise de matériaux de construction CRH est entrée en négociations pour le rachat de quelques 6,5 milliards d'euros d'actifs que les cimentiers suisse Holcim et français Lafarge, en cours de fusion, cherchent à céder. Dans le même temps, le parquet suisse a ouvert une enquête après des soupçons de délit d'initié lors de cette fusion en avril dernier.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter