Lancement d’un AMI : « Mixité pour la Construction Bas Carbone » Évènements du bâtiment | 25.02.21

Partager sur :
Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée au logement, a annoncé jeudi 18 février, l'ouverture d'un appel à manifestation d'intérêt, mis en place par l’Ademe et intitulé « Mixité pour la construction bas carbone. » Ayant pour objectif de promouvoir l’association mixte des matériaux biosourcés avec l’ensemble de l’offre de matériaux de construction, il s'achèvera le 31 mars 2021. Précisions.

Pour inciter la filière à développer des solutions de construction bas carbone, le gouvernement s’appuie sur un ensemble de mesures réglementaires : RE 2020, plan de relance, différents plans bois construction co-portés entre la filière bois-construction et l’Etat…  Cet AMI s’inscrit dans la continuité des travaux et investissements antérieurs car d'ici 2030, la France s’est fixée dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), de promouvoir l’association mixte, pour le gros oeuvre et le second oeuvre, de matériaux biosourcés/géosourcés (en particulier le bois) à d’autres matériaux tels que le béton, l’acier ou le verre. 

Dans un contexte de réglementation favorable à l’usage de matériaux renouvelables, le gouvernement désire que la montée en puissance de la filière bois-construction « s’accompagne du développement d’une offre nationale en produits et systèmes constructifs compétitifs et techniquement viables » et appelle à prendre compte la construction mixte comme une solution émergente, notamment la construction bois/béton.

L’enjeu de cet appel à manifestation d'intérêt est donc de répondre à des besoins spécifiques en optimisant la place des matériaux dans le bâtiment, et aux bénéfices environnementaux qu’ils procurent, en particulier les puits carbone. 

Deux familles de projets attendues 

Les cibles de l’AMI sont nombreuses. Ainsi, groupements (entreprises – promoteurs constructeurs), CTI, unions professionnelles, bureaux d’études, entreprises de produits de construction, maîtrise d’ouvrage,  bailleurs sociaux,  EPA, sont appelés à candidater. 

Dans son communiqué, l’Ademe précise que des solutions innovantes de bâtiments durables, sobres en ressources et bas carbone ainsi que des projets de rénovation et de construction rendant la densification des villes compatible avec le « bien vivre » seront valorisées.

L’organisation de l’AMI se constitue en deux familles de projets :

  • La mise en œuvre d’innovations dans la conception de produits de construction et/ou rénovation et systèmes constructifs mettant en œuvre différents matériaux dans le but de valoriser au mieux les caractéristiques techniques de chacun d’eux (acoustique, thermique, résistance au feu…) et pour en assurer une compétitivité en termes de coût.
  •  La mise en œuvre de bâtiments mettant en œuvre plusieurs matériaux en tirant parti de leurs caractéristiques propres pour un coût de projet et des performances optimales, et en favorisant la préfabrication et le caractère démontable et ré-employable.

« Les documents attendus apporteront suffisamment de précision dans les références et les arguments pour permettre d’évaluer sérieusement les aspects techniques et scientifiques (en particulier les aspects liés aux impacts sur le réchauffement climatique), la justification des coûts du projet ainsi que les perspectives industrielles et commerciales », indique le communiqué.

Afin de sélectionner les lauréats respectant l’ambition du PIA, la procédure de sélection est menée par un Comité de Pilotage (COPIL) composé de représentants des ministères en charge de l’industrie, de la recherche, de l’environnement, du logement et de l’agriculture. Le Secrétariat Général Pour l’Investissement et l’ADEME assistent de droit aux réunions du COPIL.

 

Tous les détails en cliquant ici. 

 

Marie Gérald

Photo de Une : AdobeStock.

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter