La réorganisation feutrée du CSTB

Législation | 23.01.02
Partager sur :
La réorganisation feutrée du CSTB - Batiweb
Pour s’adapter aux orientations gouvernementales en matière de développement durable et mieux gérer sa mission de certification, le CSTB prépare une refonte profonde de ses services.
Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment n’a pas cessé, depuis sa création en 1947 de voir ses missions s’élargir. Cet établissement public à caractère industriel occupe, sous la tutelle de la Direction Générale de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction, une place prépondérante dans l’univers de la construction. Structuré jusqu’à présent autour de 5 pôles principaux d’activité. Cette activité se réparti au sein d’ une quinzaine de services différents. Le CSTB est à la fois le contrôleur, le certificateur et le laboratoire de recherche et d’essais d’une multitude de matériaux, de produits et de méthodes, associés à la construction. Avec un effectif de 600 personnes dont 300 ingénieurs, ses domaines d’expertise vont des aspects techniques du bâtiment à l’environnement physique, économique et social en matière d’architecture et d’urbanisme. Outre les recherches et essais qu’il mène dans ses laboratoires, il faut rappeler que le CSTB certifie, sous de nombreuses marques, les produits et les matériaux du bâtiment. Si la plus connue de ses marques reste le label NF, qu’il délivre pour les produits traditionnels en partenariat avec l’Afnor, le CSTB certifie également sous sa propre marque, CSTbat, 33 familles de produits et 400 centres de production. Une activité qui recouvre à ce jour 750 certifications. Il donne aussi son label, sous la marque ACOTHERM, aux isolants thermiques et aux menuiseries extérieures. Sous les marques UPEC et UPEC-A, il qualifie les revêtements de sol. Au plan Européen, l’établissement, qui dispose de la faculté de délivrer des agréments techniques européens, réalise, comme il le fait en France, de multiples missions d’expertise. Pour suivre les orientations prises par la France en matière de développement durable et mieux maîtriser ses outils, le CSTB procède actuellement à une discrète mais profonde restructuration. Ses quinze différents services seraient en passe d’être refondus en moins d’une dizaine. Ce changement donnerait lieu à la naissance d’un département développement durable, regroupant le génie climatique, l’énergie et l’environnement. Ce service sous la direction de Philippe Duchêne Marullaz, encadrera la durée de vie des produits, la valorisation des déchets, et les aspects santé du bâtiment. Les certifications seront placées sous la responsabilité de Jean Louis Cochard qui assurera la gestion des marques CSTBat et NF, des systèmes qualités ISO 9000 et du label ISO 14001 pour l’environnement, sous marque AFAQ. Le CSTB réalise actuellement 347 millions de CA entre ses activités de recherche, de technologie, de diffusion d’information et de consultance. CSTB, www.cstb.fr
Redacteur