Les isolants minces ? Oui mais... en complément d'isolation Législation | 28.11.11

Partager sur :
Les isolants minces sont à envisager plutôt en complément d’isolation thermique, aux vues des niveaux de résistance thermique atteints par ceux-ci, notamment en thermique d’hiver, estime l'Ademe, qui publie les résultats d'une étude sur les PMR, produits minces réflechissants, autre nom attribué à ces produits.
Lorsque la pose est bien réalisée, les PMR, produits minces réflechissants, plus couramment appelés isolants minces, peuvent être utilisés comme complément d’isolation pour améliorer la résistance thermique d'une paroi. Du côté intérieur des parois, la plupart de ces produits peuvent constituer de bons parevapeurs, étant très étanches à la vapeur d’eau. Enfin, leur faible encombrement préserve la surface utile et facilite leur insertion en espace contraint.

Un R de 2 m².K/W au mieux

Ces études lancées par l'Ademe dans le cadre du programme national de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment (PREBAT), montrent qu’en période froide et pour une pose en mur ou en toiture, la résistance thermique maximale d'un PMR courant de 2 cm d'épaisseur associé à deux lames d'air adjacentes étanches de 2 cm d’épaisseur minimum chacune, ne peut pas dépasser 2 m².K/W avec les technologies actuelles. Cette résistance thermique est équivalente à celle d’un isolant classique courant de 6 cm d’épaisseur environ, ce qui est généralement insuffisant pour répondre aux exigences réglementaires.

Le résultat montre ainsi que les PMR seuls ne peuvent satisfaire aux exigences de la réglementation thermique pour le neuf qui fixe une résistance thermique plus élevée, notamment pour les rampants (performance minimale 2 à 3 fois plus élevée).

Une lame d'air indispensable

En période chaude, un produit mince réfléchissant peut contribuer au confort thermique d'été au même titre qu'un isolant traditionnel de résistance thermique de 2 m2.K/W environ. Ce calcul est déterminé dans le cas d’une toiture intégrant un PMR d’une résistance thermique intrinsèque de 0,2m²K/W avec une lame d’air supérieure ventilée de 20 mm et une lame d’air inférieure étanche, d’une épaisseur minimale de 80mm (soit un ensemble d’une épaisseur d’environ 12cm).

Des risques liés à la pose existent bel et bien, insiste l'Ademe. Il est ainsi essentiel de préserver de chaque côté du PMR une lame d’air bien étanche. De même, la pose de PMR peu perméables à la vapeur d’eau par-dessus la charpente de la toiture (utilisation en écran sous toiture) doit nécessairement s’accompagner d’une ventilation en sous-face de l’isolant.

La performance d’un produit mince réfléchissant s’exprime sous la forme d’un coefficient de résistance thermique (R), déterminé dans le cadre d’un avis technique ou d’un agrément technique européen.

Laurent Perrin

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un douzième des investissements de la France concerne la transition énergétique - Batiweb

Un douzième des investissements de la France concerne la transition énergétique

L’I4CE vient de révéler les résultats de son étude consacrée aux investissements 2018 de la France en faveur du climat. Il en ressort que la transition énergétique concentre un douzième des investissements du pays. 45 milliards d’euros ont ainsi été investis soit 2 mds d’euros de plus qu’en 2017. Malgré la hausse, l’Institut estime que cette progression est encore « trop timide » pour atteindre l’objectif de neutralité carbone.
Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire - Batiweb

Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire

Alors que des articles révèlent l’inaction des pouvoirs publics concernant l’exposition à l’amiante dans les bâtiments publics, et notamment les écoles, le spécialiste du diagnostic amiante EX’IM a réalisé sa propre enquête avec Ipsos pour identifier les craintes des Français. Or, cette dernière dévoile que ¾ des Français pensent ne pas être exposés à un risque amiante. Pour l’Ademe, il resterait pourtant 15 millions de tonnes de matériaux contenant de l’amiante dans les bâtiments français. Détails.
Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe - Batiweb

Réduire le coût de l’électricité grâce aux énergie renouvelables, une solutions viable pour l’Ademe

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a présenté ce lundi 10 décembre une étude faisant suite à la présentation de la feuille de route énergétique de la France dévoilée le 27 novembre. Entre autres, celle-ci estime que la réduction du coût de l’électricité nécessite une massification des énergies renouvelables à horizon 2050-2060. Les détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter