Virginie Fayemendy nommée Responsable HSE de Lorillard Nomination | 15.07.20

Partager sur :
C’est un nouveau tournant qu’a pris le groupe Lorillard en effectuant un plan de recrutements massifs afin de mieux restructurer les équipes. C’est dans ce contexte que Virginie Fayemendy est arrivée en tant que responsable HSE de l’ensemble des sites de production du groupe. La nouvelle recrue est arrivée à point nommé puisqu’elle a activement participé à la réorganisation du travail face à l’arrivée de l’épidémie de coronavirus.

Après un diplôme en chimie ainsi qu’un master en environnement et risques industriels à Bordeaux, Virginie Fayemendy entame sa carrière professionnelle avec un stage de fin d’études au sein d’une entreprise de fabrication de tringles à rideaux, du groupe américain Newell Rubbermaid. Elle y est par la suite embauchée, et s’occupera pendant huit ans de la partie environnement de cinq sites de production situés en France. Elle prend ensuite la direction industrielle de deux sites comprenant 140 personnes, pendant près de dix ans.

A l’occasion d’une candidature spontanée, Virginie Fayemendy croise le chemin de Thierry Luce, Directeur général du groupe Lorillard. Mus tous les deux par une volonté de changement, Thierry Luce nomme Virginie Fayemendy responsable HSE des sites de production du groupe.

Ainsi, à 45 ans, Virginie Fayemendy elle est désormais en charge de la partie HSE des 6 sites de production du groupe : l’usine de Chartres (Lorillard), de Bourges (Centre 2F), de Montbrison (Plastibaie), de Decazeville (Molénat), de Parigné-L’Evèque (Bourneuf), ainsi que Saint Martin de Seignanx (HP Fermetures et Menuiseries).

A son arrivée dans le groupe, Virginie Fayemendy met en place deux grands axes liés à la sécurité au travail : la sensibilisation aux accidents du travail et la mise en œuvre d’une démarche RSE. Pour ce faire, 3 axes ont été retenus par le groupe en 2020, à savoir les économies d’énergie, le traitement des déchets et l’amélioration du recyclage, et la mise en place du télétravail.

Par ailleurs, plusieurs actions environnementales avaient déjà été menées, comme les économies d’énergie, le recyclage des chutes de menuiseries bois dans les chaudières biomasses, ainsi que le tri des déchets.

Si cette année s’annonçait comme un nouveau souffle et une nouvelle opportunité pour le groupe Lorillard de pouvoir mener à bien les objectifs fixés, l’arrivée du coronavirus en France a quelque peu chamboulé les plans.

Ainsi, face à l’épidémie de Covid-19,Virginie Fayemendy a eu un rôle primordial. Audits, sécurité au travail, télétravail…toutes les missions que la responsable HSE avait planifiées pour cette année ont dû être appliquées de façon rapide pour répondre aux demandes des salariés et s’adapter efficacement à la situation.

« En temps normal, je vais les visiter de temps en temps pour voir les conditions de travail des poseurs et voir dans quelles mesures on peut améliorer leurs conditions. Depuis le déconfinement, tous les jours on a de nouvelles demandes des coordinateurs de sécurité des chantiers et il faut y répondre, montrer que nous prenons les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des chantiers. Le plus difficile avec le déconfinement au sein des usines, c’est que les gens ont tendance à perdre la notion du danger et le réflexe de l’application des mesures », explique-t-elle.

L’épidémie de Covid-19 a également accéléré le développement du télétravail. Une centaine de salariés, représentant toute la partie administrative, télétravaille depuis le 18 mars. 

« Il est clair que cette période a accéléré les choses, en nous obligeant à un pragmatisme optimisé, et nous en constatons déjà les bénéfices », se réjouit la nouvelle responsable HSE.
 

D.T

Photo de une : Lorillard

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Promouvoir le bois-énergie, l’ambition d’un après-covid - Batiweb

Promouvoir le bois-énergie, l’ambition d’un après-covid

Le secteur du bâtiment, notamment les artisans, mais aussi la filière de l’énergie ont été touchés par l'impact économique de la crise liée au coronavirus. Alors que le gouvernement met en place une politique de relance sur la base d’une promotion écologique, le Syndicat français des chaudiéristes biomasse (SFCB) rappelle le rôle que peut jouer le bois-énergie.
Le marché des bureaux face au « pire trimestre de l’histoire » - Batiweb

Le marché des bureaux face au « pire trimestre de l’histoire »

On la qualifie de tous les noms : « sans précédent », « la pire de toute l’histoire », « le plus mauvais trimestre des vingt dernières années », la décadence du marché des bureaux inquiète même si elle ne surprend personne, car en pleine crise sanitaire et économique, les entreprises ont tout bonnement réduit leur activité dans le tertiaire, et privilégient désormais le télétravail.
La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français - Batiweb

La chaudière à 1 € est une « promesse concrète » faite aux Français

Lors d’une conférence de presse organisée ce jeudi au ministère de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy et Julien Denormandie, ont révélé les contours du dispositif de prime à la conversion des chaudières. L’initiative qui répond à un double enjeu, écologique et économique, doit permettre le remplacement de 600 000 équipements fonctionnant au fioul d’ici deux ans.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter