Blocs béton bas carbone : l’exemple de Lafarge et Alkern Nouveaux produits du BTP | 05.11.18

Partager sur :
La mousse minérale isolante Airium, développée par Lafarge, n’a rien à envier aux solutions d’isolation traditionnelle. Lancée il y a environ deux  ans, l’innovation se veut « plus verte, plus saine, plus abordable et plus sûre ». Pour commercialiser la première application de son produit, Lafarge s’est rapproché du GIE France Blocs. De ce partenariat sont nées différentes gammes de blocs béton isolants. Focus sur cette innovation qui démocratise la construction bas carbone.

100% minérale, la mousse isolante Airium a été développée et brevetée par le Centre de Recherche mondial de LafargeHolcim basé en France.

L’innovation possède une faible conductivité thermique (jusqu’à un lambda de 0,035 W/m.K), ce qui permet d’obtenir des propriétés thermiques comparables à celles des matériaux d’isolation traditionnels. Avec des volumes d’air allant jusqu’à 95%,  Airium est très léger et possède un bilan CO2 « inférieur de 25 à 50%» aux autres isolants du marché.

Pour commercialiser la première application de son produit, Lafarge s’est rapproché du GIE France Blocs (Alkern, Fabemi et Seac). Julien Guiganti, Directeur Business Unit Airium, nous explique que  « Airium a permis de développer des blocs béton adaptés à la future réglementation RT 2020. En effet, cette solution est très performante d’un point de vue thermique et environnementale tout en apportant les caractéristiques essentielles du bloc béton que sont l’acoustique, la résistance au feu et la robustesse ».

Des blocs béton encore plus performants

Du partenariat entre le GIE France Blocs et Lafarge sont nées différentes gammes de blocs béton isolants avec des Résistances thermiques de R=1 à R=1,7.

Pour les gammes bloc Airium R=1 en béton, il est possible d’utiliser des enduits OC3, « enduits historiques ». Plus robustes et plus économiques, ils permettent « moins de fissures et sont très appréciés par les assureurs et les promoteurs ».  Cette gamme permet également de réduire les émissions de CO2 avec une performance de 15,6kg/m2 ce qui représente un gain entre 20 et 60% par rapport aux maçonneries isolantes de référence.

Le Kosmo City d’Alkern (R=1,7) est le premier à avoir obtenu un avis technique: « Il y avait une volonté commune entre Lafarge et Alkern de mettre en avant notre savoir-faire », explique Tristan Chanthavong, directeur marketing chez Alkern.

« Alkern a une expertise au niveau des solutions préfabriqués en béton ». Son plus ? Etre « précurseur de la pose collée ». « Les blocs sont rectifiés et posés avec un mortier colle », une technique qui génère de grosses économies au niveau de la consommation d’eau (- 90%). Il ajoute : « Le mortier colle étant livré dans un sac prêt à utiliser, une certaine flexibilité logistique est offerte au maçon ».

Particulièrement adapté au logement collectif (R+3), le Kosmo City, se veut léger : « Il ne pèse que 18 kg, ce qui permet aux maçons poseurs de soulever beaucoup moins de charge ». De plus, « c’est un maxi bloc qui fait 25 cm de haut. Pour un m2 de mur, il ne faut que 8 blocs contre 10 blocs pour un mur en bloc standard ».

Quant à l’impact environnemental du Kosmo City : « Nous avons un FDES en équivalence CO2 de 20,7 kg. Aujourd’hui, la fabrication est très peu énergivore. Les blocs sont moulés à froid puis séchés en étuve à convection naturelle ».

Affichant une résistance thermique « exceptionnelle » pour cette largeur de bloc avec un R=1,7 m2.K/W, Kosmo City bénéficie de la certification NFTh. Il dépasse les exigences de tenue au feu de la réglementation sur les logements collectifs, avec un REI 180 sur mur enduit.

Quels avantages sur le terrain ?   

On l’aura compris, la mousse Airium couplée aux blocs béton est venue révolutionner le secteur de la construction et de l’isolation. Outre ses caractéristiques techniques, le produit présente de nombreux avantages pour toute la chaine de production d’un bâtiment.

Julien Guiganti souligne que l’innovation permet aux architectes d’optimiser la performance globale du bâti tout en supprimant les rupteurs de ponts thermiques. De plus, les blocs béton permettent de réduire l’épaisseur du mur : « On gagne 2 à 4% de surface. Sur un logement collectif de 50 logements, on a un logement supplémentaire à vendre, ce qui n’est pas négligeable notamment sur les zones tendues ».

Pour le bureau d’études, « l’avantage se situe principalement sur la partie thermique et CO2 ». Les BEth vont pouvoir « optimiser les performances carbone et énergie tout en réduisant le coût de la solution globale en vue de la nouvelle RT 2020».

Se référant aux coûts, le Directeur de Business Unit Airium révèle : « L’intérêt premier de nos blocs, c’est de supprimer les rupteurs de ponts thermiques » qui sont « remplacés par des planelles isolantes certifiées pour les zones sismiques ». Julien Guiganti parle ainsi d’un gain économique « de plusieurs dizaines de milliers d’euros par étage » et « d’une mise en œuvre simplifié pour les ouvrages en zones sismiques »

Les constructeurs de maisons individuelles ont également beaucoup à gagner : la solution va leur permettre « de se différencier et d’offrir des bâtis plus robustes et favorisant le bien être des habitants en améliorant l’acoustique, l’isolation et  la qualité du bâti. Un grand nombre de constructeurs ont déjà fait évoluer leur gamme », confie M. Guiganti.

Dans un communiqué, Lafarge souligne que la mousse Airium est sans COV : « Il n’y a aucun impact sur la qualité de l’air puisque Airium est inerte et 100% minéral ». 100% local, Airium est moussé sur site. Seules les matières premières qui ne représentent que 5% du volume sont ainsi transportées. Le reste est de l’air directement prélevé sur site. De cette manière, « vous avez 20 fois moins de camions sur les routes comparé aux autres isolants fabriqués en usine ».

« On compte depuis 2018 plus de 300 chantiers en France. La pertinence du bloc est clairement établie pour les logements collectifs (jusqu’à R+4), les maisons individuelles et les maisons individuelles groupées », se félicite M. Guiganti.

Si les blocs béton remplis de mousse Airium sont aujourd’hui produits sur trois sites (dont l’usine Alkern à Tourville), Lafarge en vise « une douzaine d’ici 2021 ». Le Site internet www.Airium.fr a été lancé en ce mois d’octobre pour partager en détails les différents gains générés par le choix de ces nouveaux blocs isolants bas carbone.

Et pour ce qui est des perspectives d’Alkern, Tristan Chanthavong, révèle : « Au vu des résultats positifs,  de nouvelles solutions destinées aux  logements collectifs vont être rapidement mises  sur le marché » ; des solutions qui promettent d’être économiquement intéressantes.

Rose Colombel
Photos : ©Alkern

 

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter