A Limay, GDE valorise les métaux issus de la déconstruction de bâtiments Vie des sociétés | 17.10.18

Partager sur :
C’est à Limay dans les Yvelines, que GDE Groupe Ecore a inauguré la première unité de traitement et de décontamination des produits métalliques par décapage d’Ile-de-France. Le site permet, à l’échelle industrielle, de retirer des intrants métalliques, les substances dangereuses qui constituent leurs revêtements de surface. Une fois traités, les métaux sont revalorisables sous forme de matières premières secondaires, via des filières aciéries ou fonderies.
GDE Groupe Ecore, l’un des leaders français du recyclage, a inauguré, le 16 octobre dernier, la première unité de traitement et de décontamination des produits métalliques par décapage d’Ile-de-France.

Implanté à Limay (78), le site permet la valorisation de métaux intrants issus de l’industrie ferroviaire, de la construction de bâtiments, des réseaux d’eau et de canalisations ou encore de l’industrie énergétique.

Le traitement permet de libérer les intrants métalliques usagées (acier, fonte ou inox issus de tubes, tôles, INP, bardages, pièces mécaniques) de toute substance dangereuse constituant leurs revêtements de surface (peinture, glutinage, amiante, plomb, joints, brai, goudrons, créosote, etc.).

Un procédé innovant

L’unité traite les produits métalliques par décapage à eau à très forte pression (jusqu’à 2 500 bars) grâce à une Unité Très Haute Pression conçu spécifiquement pour ce type d’application. GDE Groupe Ecore précise qu’aucune adjonction de produit chimique n’est nécessaire.

La salle de traitement est entièrement confinée sous atmosphère contrôlée « afin d’éviter tout rejet ou risque de pollution accidentelle ». La mise en dépression totale de l’installation empêche toute sortie de particules de l’enceinte de l’unité.

©GDE Groupe Ecore

500 m3, c’est le volume total d’eau qui est utilisé chaque année par le processus de décapage. Cette eau est réutilisée à 80%, indique la société. Elle est récupérée et filtrée via un circuit fermé qui capte les particules les plus fines.

Une fois traités, les déchets collectés à Paris et jusqu’à 200 km, sont revalorisables sous forme de matières premières secondaires, via des filières aciéries ou fonderies.

« Cette technologie 100% française revalorise les matériaux traités à plus de 99% dans le cadre d’une filière d’économie circulaire, en totale respect des normes réglementaires », souligne GDE Groupe Ecore.

Ajoutant : « En l’absence d’un traitement de ce type, les intrants métalliques auraient été stockés, enfouis ou réduits à des réutilisations sans traitement, par exemple sous forme de ferraillage ».

Qu’en est-il des déchets ultimes ? Les résidus du décapage sont conditionnés et dirigés vers les filières de traitement agréées. Le type de traitement final reste au choix du producteur initial, en fonction de la nature des résidus, avec possibilité de vitrification avant stockage en centre d’enfouissement de classe 1.

Un investissement créateur d’emplois

La nouvelle unité de traitement a nécessité un investissement de 500 000 euros. Elle a été développée au sein du centre R&D du groupe à Rocquancourt, à l’issue d’une période d’un an de développement.

L’initiative s’inscrit dans une volonté de GDE Groupe Ecore de développer des outils industriels performants sur le site de Limay, où le groupe a investi plus de 24 millions d’euros depuis 2008.

Le groupe précise que le marché du traitement et de la contamination des produits métalliques connaît un fort développement « du fait du renforcement des exigences réglementaires et de la volonté de limiter le recours à l’enfouissement ».

Pour Xavier Rouchaud, Directeur de la région Ile-de-France : « Avec cette nouvelle ligne de traitement, nous développons le site de Limay et répondons à la demande de nos clients, qui cherchent aujourd’hui à mieux valoriser leurs déchets métalliques, dans le cadre d’une réglementation environnementale toujours plus exigeante ».

R.C
Photo de une : ©GDE Groupe Ecore
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Rockwool étend son programme de valorisation des déchets de chantier aux façades - Batiweb

Rockwool étend son programme de valorisation des déchets de chantier aux façades

En avance sur les futures réglementations environnementales liées à la valorisation des déchets de chantier, Rockwool proposait déjà, avec son programme Rockcycle, de recycler les chutes de laine non souillées, les emballages plastique et les palettes en bois. Mais le spécialiste des solutions en laine de roche va aujourd’hui plus loin en annonçant étendre ce service aux façades.
Quand la Bretagne trace le parcours des déchets du BTP et de l'artisanat - Batiweb

Quand la Bretagne trace le parcours des déchets du BTP et de l'artisanat

L'Observatoire régional des Déchets de Bretagne publie sa première édition des chiffres clés des déchets, portant essentiellement sur l'année 2012. Le but est de permettre aux collectivités de mettre en place un plan d'actions pour atteindre les objectifs nationaux et ceux fixés dans les plans de prévention et de gestion des déchets pilotés par le conseil régional et les conseils généraux. Zoom sur les déchets du BTP et de l'artisanat.
SIMI : Terbis présente deux nouveaux procédés de dépollution des sols - Batiweb

SIMI : Terbis présente deux nouveaux procédés de dépollution des sols

Terbis, spécialiste du traitement et de la valorisation des sols pollués, a choisi le Simi pour présenter deux nouvelles techniques visant à « ressusciter » le foncier pollué à savoir « poubellien » et Solpur. Pour en savoir plus sur l’activité de l’entreprise, nous sommes allés à la rencontre de son Président, Michel Prendleloup. Collecte, tri et valorisation des déblais… Terbis fait la part belle à l’économie circulaire. Détails.
L’UFME présente sa charte d'engagement volontaire pour le recyclage des menuiseries - Batiweb

L’UFME présente sa charte d'engagement volontaire pour le recyclage des menuiseries

Engagée dans le recyclage des menuiseries, l’UFME (Union des Fabricants de Menuiserie) propose désormais une charte pour aider les entreprises, qui souhaitent participer à cette démarche, à adopter les bonnes pratiques pour la collecte, le traitement et la valorisation de leurs produits en fin de vie. Les entreprises volontaires signent ainsi des engagements collectifs, et d’autres plus spécifiques à leur filière.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter