En 2014, plus d'un chef de PME sur deux est « inquiet » pour son activité Vie des sociétés | 12.02.14

Partager sur :
 En 2014, plus d'un chef de PME sur deux est « inquiet » pour son activité Batiweb
Depuis 5 ans, l'IFOP interroge tous les trimestres plus de 400 dirigeants d'entreprise, à la demande du cabinet d'audit KPMG et du groupement interprofessionnel CGPME. En janvier 2014, ce baromètre sur le financement et l'accès au crédit des PME révèle que plus de la moitié des chefs d'entreprise sont inquiets pour leur propre activité. Parmi leurs soucis, la baisse du chiffre d'affaires et la hausse des coûts des fournisseurs, associées à des problèmes de trésorerie et de financement.

Si les années 2010 et 2011 avaient redonné timidement espoir à la profession grâce à une conjoncture plus favorable, l'année 2014 s'annonce plus pessimiste. D'après le baromètre IFOP de janvier 2014, effectué à la demande de KPMG et CGPME, 90% des dirigeants se déclarent « inquiets », dont un tiers est « très inquiet » par le contexte économique. Pire encore, « plus de la moitié des chefs d'entreprise interrogés sont dorénavant aussi inquiets pour leur propre activité », ce qui représente une hausse de 7 points par rapport à septembre 2013.

Cette inquiétude qui atteint son niveau maximal depuis un an, s'explique par plusieurs difficultés rencontrées par les chefs d'entreprise. En haut du tableau, la baisse du chiffre d'affaires (54% de chefs l'évoquent) combinée à une hausse des coûts des fournisseurs (48%) en janvier 2014.

Ce début d'année marque également un niveau record : 36 % des chefs de PME font état de problèmes de trésorerie ou de financement alors que leur besoin d'investissement atteint désormais 42% (+ 5 points par rapport à septembre 2013). 

Les besoins de crédits pour financer le remplacement ou l’entretien des matériels, locaux ou équipements arrivent en première position et devancent les besoins de crédits destinés à financer les équipements, véhicules, informatique, qui connaissent une forte hausse ce trimestre.

Si deux chefs d'entreprise sur trois ont au moins un besoin de financement (67 % en janvier 2014), ils sont de plus en plus nombreux à restreindre leurs investissements et leurs demandes de crédits auprès des banques (actuellement 37 à 38 % depuis mai 2013).

En cause, les mesures de durcissement de la part de leurs banques : 77 % des chefs d'entreprises y sont confrontés en janvier 2014 selon le baromètre, soit une augmentation de 10 points par rapport à mars 2013. Parmi les mesures qui freinent ou bloquent leurs investissements, un chef d'entreprise sur deux évoque notamment le problème des « frais de crédits ou l'octroi de montants plus faibles que ceux souhaités », mais aussi « des garanties supplémentaires » demandés à 4 chefs d'entreprise sur 10.

Résultat : environ 40 % des patrons interrogés depuis un an déclarent « avoir l’intention de revoir leurs lignes de crédits » et près d’un dirigeant sur deux envisage « d’examiner les conditions d’autres banques concurrentes » (45 % en janvier 2014).

1 dirigeant sur 3 renoncera à une embauche à temps partiel

Face à ces problèmes de financement et de trésorerie, ce sont aussi les embauches qui risquent d'en pâtir. La profession, confrontée à la réforme du temps partiel et à l'accord national interprofessionnel (ANI) sur la formation risque de restreindre ses projets.

La première mesure, initialement prévue au 1er janvier 2014 puis repousséz à juillet, suscite une certaine « réticence » de la part des dirigeants. En effet, elle prévoit l'obligation pour les entreprises de proposer un minimum de 24 heures hebdomadaires aux salariés à temps partiel. Même si 32 % des chefs d'entreprises déclarent ne pas recruter à temps partiel, un dirigeant sur trois concernés pourrait renoncer à une embauche.

32 % des dirigeants déclarent qu’ils reverront leurs projets à la baisse suite à l’ANI sur la formation qui prévoit la fin de la contribution légale pour la remplacer par de nouvelles modalités de financement. Cet accord ne modifiera pas les projets de 58 % des dirigeants, alors que 5 % les augmenteront.

Depuis février 2009, l’IFOP interroge tous les trimestres, à la demande de KPMG et de la CGPME, plus de 400 dirigeants d’entreprises françaises de 10 à 500 salariés sur leur financement et leur accès au crédit. Pour la 20ème édition qui marque les 5 ans de ce baromètre, les dirigeants d’entreprise ont été interviewés du 8 au 16 janvier 2014.

C.T
© olly - Fotolia.com

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'accès au crédit, nerf de la guerre pour les dirigeants de PME Batiweb

L'accès au crédit, nerf de la guerre pour les dirigeants de PME

Plus confiants dans l’avenir, les dirigeants de PME font état de besoins de financement accrus, toutefois freinés par un durcissement des conditions d’accès au crédit, révèle la 24ème édition du baromètre de KPMG et de la CGPME 
sur le financement et l’accès au crédit des PME. Dans ce contexte, le prêt inter-entreprises semble susciter l’intérêt des PME. Analyse.
Travail en temps partagé, une solution avantageuse pour les TPE/PME Batiweb

Travail en temps partagé, une solution avantageuse pour les TPE/PME

La 10e semaine Nationale du Travail en Temps Partagé se déroulera du 8 au 13 octobre 2018 dans 9 régions de France. Le thème choisi cette année : « 430 000 professionnels en temps partagé. Et vous ? ». L’événement se veut l’occasion de promouvoir cette forme d’emploi qui se développe timidement. Ses avantages semblent pourtant nombreux notamment pour les TPE/PME qui n’ont pas toujours les moyens de s’offrir un cadre à temps plein. Mais qu’en est-il pour les salariés ?
Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ? Batiweb

Le logement social doit-il s’ouvrir aux capitaux privés ?

Dans une récente étude, l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) dresse un panorama du financement des organismes de logement social. Alors que le secteur a été secoué par de récentes réformes, doit-il s’ouvrir à des capitaux privés ? Les auteurs de l’étude imaginent 4 scénarios parmi lesquels l’octroi d’un mandat de gestion locative sociale à tout acteur respectant un cahier des charges.
Des dirigeants de PME plus optimistes malgré des difficultés conjoncturelles importantes Batiweb

Des dirigeants de PME plus optimistes malgré des difficultés conjoncturelles importantes

Selon une enquête IFOP pour KPMG et la CGPME réalisée au mois de septembre auprès de 401 dirigeants de PME françaises, 83% des chefs d’entreprises se déclarent « inquiets » sur le contexte économique, soit quatre points de moins qu’en septembre 2014. Mais si la rentrée 2015 semble plus optimiste que celle des années précédentes, les freins persistent notamment en matière d’accès au crédit.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter