Hauts-de-France : forte hausse des chutes de hauteur au mois de juin Vie des sociétés | 06.07.20

Partager sur :
La direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) des Hauts-de-France s'est inquiétée ce vendredi 3 juillet d'une forte recrudescence des chutes de hauteur au mois de juin. Il faut dire que la reprise d'activité et la baisse de productivité liée aux mesures sanitaires mènent à des pressions sur les entreprises et salariés, faisant prendre à ces derniers des risques. Or, selon la Direccte, la menace du Covid-19 ne doit pas surtout pas « occulter les autres risques d'accidents ».

L'inspection du Travail des Hauts-de-France a alerté ce vendredi 3 juillet sur une inquiétante recrudescence du nombre d'accidents au travail, notamment liés à des chutes en hauteur. La région a en effet dénombré 6 accidents de ce type, dont trois mortels, sur le seul mois de juin 2020, contre 8 sur l'ensemble de l'année 2019.

 

Depuis quelques années, les chutes de hauteur constituent la deuxième cause d'accidents la plus fréquente. Dans ce contexte, le ministère du Travail a lancé la campagne « Travaux en hauteur, pas droit à l'erreur », en partenariat avec des réseaux de prévention comme l'OPPBTP.

 

Le ministère a par ailleurs renforcé les contrôles liés à la sécurité. En 2019, deux campagnes ont été effectuées dans les Hauts-de-France. En tout, 565 chantiers ont été contrôlés, sur lesquels intervenaient 1200 entreprises et 3600 salariés. Or, 1 chantier sur 3 présentait un risque de chute de hauteur. 

 

« La menace du Covid-19 ne doit pas occulter les autres risques d'accidents »

 

Pour la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte), cette recrudescence des accidents en juin 2020 est corrélée à la reprise d'activité dans un contexte inédit.

 

Alors que les entreprises du BTP ont largement repris leur activité, les mesures sanitaires imposées limitent le prêt d'équipements et diminuent fortement la productivité. Parallèlement, ces entreprises accusent déjà de nombreux retards, ce qui peut donner engendrer une pression accrue.

 

Selon la Direccte, la menace encore latente du Covid-19 ne doit pas pourtant pas « occulter les autres risques propres à l'activité, car ils demeurent ». 

 

« Le relâchement dans le respect des mesures de prévention, la tendance à la désorganisation (matériel temporairement indisponible, approvisionnements décalés...), les délais de réalisation impératifs et le retard pris en raison du ralentissement de l’activité favorisent les situations à risques (…) Les habitudes de travail ont pu changer, l’organisation a pu être modifiée et générer de nouveaux risques », note ainsi l'organisme.

 

Il rappelle donc aux entreprises leurs obligations en termes de formation et de protection des salariés, et appelle les travailleurs à une plus grande vigilance.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur - Batiweb

L’OPPBTP et la CNAM renouvellent leur campagne de prévention contre les chutes en hauteur

Quatre ans après le lancement d’une première campagne de prévention contre les risques de chutes en hauteur, l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) et la CNAM (Assurance Maladie – Risques professionnels) ont décidé de renouveler leur convention de partenariat jusqu’en 2022 pour renforcer le dispositif en fonction des retours d’expérience et améliorer les résultats.
La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP - Batiweb

La prévention, premier domaine de formation dans l’artisanat du BTP

Publiée ce jour, la 5e édition de l’Observatoire national des formations à la prévention révèle qu’en 2016, une formation sur deux est liée à la prévention (49%). Si les chiffres sont encourageants, les auteurs de l’étude, notent un « écart significatif » entre la principale cause des accidents du travail et les thématiques suivies. Des leviers ont ainsi été identifiés pour améliorer le suivi et l’impact des formations auprès des artisans du BTP.
Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés - Batiweb

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.
Une plateforme de l’OPPBTP encourage l’entraide entre professionnels du BTP - Batiweb

Une plateforme de l’OPPBTP encourage l’entraide entre professionnels du BTP

L’OPPBTP lance une plateforme Internet mettant en relation les professionnels du BTP. Avec un objectif d’entraide pendant le coronavirus, ces professionnels peuvent échanger et partager leurs idées, notamment leurs ré-organisations, et leurs expériences terrain en vue de la reprise, à condition de créer un compte en ligne, leur permettant de consulter et contribuer au contenu de la plateforme.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter