Reprise dans le BTP : la Capeb fait une première estimation des surcoûts Vie des sociétés | 26.05.20

Partager sur :
Alors que les entreprises artisanales du BTP ont en majorité repris un minimum d’activité, la reprise des chantiers a dévoilé un phénomène inquiétant : l’importance des surcoûts liés aux mesures sanitaires, difficiles à absorber pour certaines entreprises. D’après une première estimation, la Capeb évalue ces surcoûts entre 10 et 20 % du coût journalier. Précisions.

Alors que 72 % des chantiers étaient ré-ouverts le 14 mai dernier (contre 53 % le 5 mai), selon l’enquête-flash du GIE-CERC, cette reprise a fait émerger le problème des surcoûts liés aux mesures sanitaires. « Dans l’attente de son étude exhaustive sur le sujet », la Capeb a dressé une première estimation de l’ampleur du phénomène ce lundi 25 mai.

 

Selon Patrick Liébus, président de la Capeb, il existe trois principaux postes de surcoûts : « La coactivité, qui est le plus important et qui peut atteindre dans certains cas 50 % du surcoût total, la désinfection, et, dans une moindre mesure, les équipements individuels et/ou collectif de protection », énumère-t-il.

 

Dans le détail, la coactivité – qui permet de respecter les mesures de sécurité – représenterait un surcoût de 4 à 10 % du coût journalier, la désinfection 4 à 8 %, et les équipements 2 à 4 %.

 

Le surcoût important de la coactivité s’explique notamment par une perte de productivité, avec un nombre réduit de salariés présents sur chantier, et toutes les mesures à faire respecter (roulement, distanciation physique, plus de partage de véhicule, d’outils etc.).

 

Des surcoûts estimés entre 10 et 20 % du coût journalier

 

« Nous restons très attentifs à l’évolution de ces surcoûts qui, selon notre première estimation, varierait entre les différents types de marchés : entre 10 et 20 % en entretien / rénovation, et 10 % dans le neuf. Cette situation est évidemment extrêmement préoccupante et pourrait conduire à de nombreuses défaillances d’entreprises si rien n’est fait », s’inquiète Patrick Liébus.

 

« De nombreuses entreprises travaillent aujourd’hui à perte compte tenu du refus de nombre de clients, notamment particuliers, d’en tenir compteAprès deux mois d’arrêt ou de confinement, comment prendre le risque de perdre sa clientèle ? », s’interroge la confédération pour expliquer ce pas de côté.

 

Les autres freins à la reprise

 

Outre ces surcoûts, la Capeb note que les entreprises sont toujours confrontées à des problèmes d’approvisionnement en matériels et matériaux, notamment en provenance d’Espagne et d’Italie, à des reports ou des annulations de travaux, notamment face à des particuliers réticents, à des reports de paiements dus à l’arrêt des marchés publics, et à des difficultés pour gérer les déchets accumulés pendant le confinement. Pour les chefs d’entreprises artisanales du BTP, les contraintes administratives sont également en hausse, notamment avec la réorganisation nécessaire face au Covid-19.

 

C.L.

Photo de une : Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le gouvernement prêt à prendre en charge les surcoûts sanitaires du BTP ? - Batiweb

Le gouvernement prêt à prendre en charge les surcoûts sanitaires du BTP ?

Si la reprise s'est rapidement accélérée dans le BTP, le secteur fait face à d'importants surcoûts liés aux mesures sanitaires et à une forte baisse de productivité sur les chantiers. Pour aider les entreprises à absorber ces surcoûts, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé que le gouvernement envisageait de les prendre en charge. Des précisions devraient notamment être apportées dans le troisième projet de loi finance rectificative (PLFR) qui doit être présenté le 10 juin prochain en Conseil des Ministres.
Les artisans du BTP inquiets des mesures sanitaires mais confiants dans la reprise - Batiweb

Les artisans du BTP inquiets des mesures sanitaires mais confiants dans la reprise

Depuis la fin du confinement, les entreprises retrouvent leur activité mais laissent, pour une grande majorité, leurs employés en télétravail. Pour les artisans du BTP, leur profession ne leur permet pas d’exercer de chez eux. En conséquence, malgré les mesures prises pour se protéger, la plupart sont inquiets concernant la reprise du travail et les conditions sanitaires, mais reste confiants quant à l’avenir de leur entreprise.
L’après Covid-19 en IDF pour les artisans du bâtiment - Batiweb

L’après Covid-19 en IDF pour les artisans du bâtiment

Lundi 15 juin, Paris et l’Île-de-France sont passés en zone verte, une bonne nouvelle supplémentaire pour les professionnels du bâtiment. D’après les dernières statistiques, le Covid-19 est en net recul. L’impact de la crise sanitaire s’atténue, la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) estime les surcoûts liés aux mesures sanitaires entre 10 % et 20 % du coût journalier pour ses artisans, mais malgré cela, elle entrevoie une embellie.
-46 % de logements autorisés et commencés entre mars et mai 2020 - Batiweb

-46 % de logements autorisés et commencés entre mars et mai 2020

Le Ministère de la Cohésion des Territoires a enfin communiqué les chiffres de la construction neuve entre mars et mai 2020. Sans surprise, l'apparition soudaine du coronavirus et les mesures de confinement imposées dès le 17 mars ont causé un violent coup d'arrêt pour la délivrance de permis de construire et le démarrage de nouveaux chantiers. Entre mars et mai 2020, les logements autorisés et commencés ont ainsi tous les deux chuté de -45,8 %.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter