L'appétit insatiable de l'espagnol ACS ...

Vie des sociétés | 12.12.05
Partager sur :
L'appétit insatiable de l'espagnol ACS ... - Batiweb
Le groupe espagnol de BTP ACS de Florentino Perez, qui vient tout juste d'annoncer son intention de prendre 35% de l'électricien Union Fenosa, a démontré un appétit renouvelé en accroissant la semaine dernière sa participation dans le concessionnaire autoroutier Abertis.
Si le Real Madrid, club de football présidé par M. Perez, connaît quelques déboires, avec deux saisons sans titre et le limogeage dimanche de son entraîneur Vanderlei Luxemburgo, la stratégie d'expansion et diversification de son groupe de BTP, ACS, ne connaît pas de trêve.

Moins d'un mois après l'annonce du lancement d'une OPA sur 10% du capital de la société d'électricité Union Fenosa, ACS a en effet annoncé lundi l'augmentation de sa participation à 24,83% dans le capital d'Abertis, troisième concessionnaire d'autoroutes en Europe par nombre de kilomètres gérés et lui-même en plein effort d'expansion internationale. Abertis, leader de la gestion des autoroutes payantes espagnoles, est en effet candidat à la privatisation des autoroutes françaises et fait partie d'un consortium candidat à la privatisation de deux aéroports slovaques.

En France, Abertis a présenté une offre en solitaire sur les Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR) et une en consortium sur la Sanef et serait très bien placé pour aboutir, selon le quotidien français Le Figaro.

En achetant 1,5% d'Abertis pour 192,82 millions d'euros, ACS porte sa participation à 24,83% et devient son premier actionnaire, devant la caisse d'épargne La Caixa, tout en se rapprochant des 25% qui l'obligeraient légalement à lancer une OPA sur l'autoroutier. La stratégie d'ACS sur Abertis ressemble fort à celle qu'il a adoptée sur Union Fenosa.

Le groupe de Florentino Perez avait racheté en septembre les 22% d'Union Fenosa détenus par la banque Santander Central Hispano (SCH) pour porter sa participation à 24,5%, avant d'annoncer fin novembre le lancement d'une OPA sur 10% de son capital pour un milliard d'euros.

Avec 35%, ACS renforcerait puissamment sa position d'actionnaire de référence du troisième producteur d'électricité en Espagne, secteur en pleines grandes manoeuvres avec le lancement d'une OPA hostile, probablement à la mi-mars, de Gas Natural sur le numéro un espagnol de l'électricité, Endesa.

Gas Natural a par ailleurs déjà conclu un accord avec le numéro deux du secteur, Iberdrola, pour lui céder une partie des actifs d'Endesa en cas de succès de son offre. Si la recomposition souhaitée par Gas Natural se concrétise, Union Fenosa, contrôlée par ACS, serait le grand rival de cette alliance entre l'ensemble Gas Natural-Endesa et Iberdrola.

Redacteur