La biodiversité ordinaire de retour dans les carrières Vie des sociétés | 05.12.13

Partager sur :
Favoriser le développement de semences et d’espèces locales dans les carrières rendues à la nature, tel est l’objectif d’une convention signée récemment entre l’UNPG et la Fédération des Conservatoires botaniques nationaux. Parce que les variétés ordinaires ont aussi leur rôle à jouer dans la grande chaîne de la biodiversité locale.

Les 2.300 carrières de granulats d’où son extraites les matières premières indispensables au BTP sont des ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement). Elles ont à ce titre des obligations en matière de maîtrise de leurs impacts sur les milieux naturels et la biodiversité. Avec notamment depuis 1979, l’obligation de remise en état - progressive - pour rendre le site à la nature en fin d’exploitation.

« Techniquement, la reconversion d’une carrière est un deuxième métier », estime Christian Béranger, président de la commission environnement à l’UNPG (Union nationale des producteurs de granulat). L’organisation a élaboré plusieurs guides à destination de ses membres pour par exemple mieux mesurer l’impact bruit, engager la concertation avec les riverains, et assurer le réaménagement agricole, forestier ou écologique du site ainsi que son insertion paysagère.

Des espèces « exotiques » qui ne sont pas les plus adaptées au milieu

Si l’exploitation du sous-sol modifie les paysages et les écosystèmes, elle est aussi à l’origine de nouveaux milieux qui peuvent servir d’habitats pour la faune et la flore. Des travaux de revégétalisation et de génie écologique sont donc menés dans le cadre du réaménagement des sites d’extraction. Les espèces rares et menacées font l’objet de programmes d’études en lien avec les associations environnementales et la communauté scientifique depuis plusieurs années déjà. 

« Nous commençons à présent à traiter la biodiversité ordinaire, à travers l’inventaire de sites pilotes en partenariat avec le Muséum et 70 carriers », poursuit M. Béranger, par ailleurs directeur du développement durable chez Cemex. Parmi les sujets à l'étude : comment éradiquer les espèces invasives, et les mettre en compétition avec les rustiques... Car les espèces « exotiques » parfois introduites dans les carrières font du « parasitage » : ce ne sont pas les plus robustes au milieu.

Ne pas protéger que l'extraordinaire : un intérêt scientifique et éthique

Les exploitants sont donc des utilisateurs importants de semences et plants. Et en favorisant les espèces locales, c'est aussi le tissu économique local qui est soutenu, puisqu'on « fait marcher les pépiniéristes de proximité tout en évitant de passer par des centrales d'achat », précise M. Béranger. L’utilisation de semences et de plants d’origine locale répond ainsi à la logique de production de proximité des carrières.

Outre le fait qu'elles soient particulièrement adaptées à leur milieu, puisque locales, les graines récoltées - notamment en prairies ordinaires - sont une « garantie de qualité et de continuité dans l'approvisionnement », précise notre contact, qui voit « un intérêt scientifique et éthique à pérenniser les espèces locales et à ne pas protéger que l'extra-ordinaire ».

Laurent Perrin

Image credit: Carbonbrain / 123RF Banque d'images


Aller plus loin


A travers cette convention, l’UNPG participe financièrement aux projets {Flore-locale} et Messicoles. L’Union s’engage également à relayer auprès de ses adhérents les bonnes pratiques découlant du projet, et à apporter son expertise technique.

{Flore-locale} et Messicoles sont des signes de qualité nationaux « qui garantiront par leur règlement la traçabilité d’un matériel végétal issu du milieu naturel et sa diversité génétique ». Nées en réponse à un appel à projet du Ministère de l’écologie, elles correspondent à une demande croissante du marché, des acteurs de l’ingénierie écologique et de l’agroforesterie.

Dossier « Une même plante, des génétiques adaptées »

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'Unicem publie un guide en faveur de la préservation de la biodiversité - Batiweb

L'Unicem publie un guide en faveur de la préservation de la biodiversité

Alors que les industries extractives sont souvent critiquées pour leur impact sur l'environnement, l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction (Unicem) s'engage dans une démarche forte en publiant un guide de bonnes pratiques validé par le Ministère de la Transition écologique et différentes DREAL et ONG. L'objectif ? Inciter les exploitants de carrières à mettre en œuvre la séquence« Eviter, Réduire, Compenser » (ERC) pour préserver la biodiversité sur les sites exploités.
Matériaux de construction : « Il y a le feu », alerte l'Unicem - Batiweb

Matériaux de construction : « Il y a le feu », alerte l'Unicem

A l'occasion de la présentation du « bilan 2014 et perspectives 2015 » de l'Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction, ce jeudi, la fédération a lancé un appel à l'Etat pour qu'il prenne des mesures d'urgence. L'Unicem s'attend cette année à une chute du marché des matériaux de construction de l'ordre de 5%, plombé par une dégradation « dramatique » de l'activité au second semestre.
Les étudiants en architecture construiront des villes en sable - Batiweb

Les étudiants en architecture construiront des villes en sable

Organisé par les écoles d’architecture franciliennes et l’école des Art-Décoratifs, la 5e édition du Festival d’architecture Bellastock se tiendra du 21 au 24 mai sur le site de la carrière GSM de Carrières-sous-Poissy (78). Près de 1 000 étudiants devront construire une ville éphémère à partir d’un sac de sable.
Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes - Batiweb

Nouvelle étape pour la Chaire de recherche Edycem – Centrale Nantes

En février 2015, Edycem et Centrale Nantes ont signé la Chaire internationale de recherche et d’enseignement des « bétons innovants pour de nouvelles applications ». D’une durée de cinq ans, elle vise notamment à moderniser la formulation des matériaux cimentaires et à améliorer leur bilan énergétique. Ce mardi, le partenariat a franchi une nouvelle étape : les deux premières thèses de doctorat ont été soutenues. Précisions.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter