Le directeur général de Sika devient celui de LafargeHolcim Vie des sociétés | 22.05.17

Partager sur :
Jan Jenisch, l'actuel directeur général de Sika, va quitter le groupe suisse pour prendre les commandes de LafargeHolcim. Il remplacera ansi l’ancien directeur général Eric Olsen, démissionnaire après le scandale syrien qui avait ébranlé l’image de la société, et sera lui-même remplacé par Paul Schuler.
S’il était évident que Eric Olsen, ancien directeur général de LafargeHolcim et démissionnaire le 24 avril dernier, allait être remplacé, beaucoup pensaient que son successeur serait interne à l’entreprise. Il n’en est rien.

Jan Jesnisch, qui dirigeait le chimiste suisse Sika depuis 2012, va officiellement reprendre les commandes du géant des matériaux de construction LafargeHolcim dès octobre 2017.

Pour rappel, la démission de Eric Olsen avait eu lieu après le scandale syrien, dans lequel il avait été établi que le groupe Lafarge avait traité pendant deux ans avec des groupes armés, dont l’Etat Islamique, pour continuer ses activités en Syrie. Des traités qui concernait notamment le financement de ces groupes armés.

Un désastre de communication, qui n’avait pas aidé à redorer l’image de l’entreprise après que cette dernière ait déclaré être prête à construire le mur du président américain Donald Trump. Une annonce qui avait été froidement accueilli, et avait coûté au groupe son partenariat avec Paris. Avec Jan Jenisch, reconnu pour ses compétences, le groupe espère redorer son image.

« Jan Jenisch est un dirigeant très respecté pour sa capacité à générer d'excellents résultats de manière régulière », a déclaré Beat Hess, le président du conseil d'administration, ajoutant qu'il apporte avec lui « une connaissance approfondie du secteur des matériaux de construction ».

En effet, sous sa direction, Sika s’est développé sur de nouveaux marchés, a triplé sa capitalisation boursière, et est même entré au sein du SMI, indice de référence des grandes valeurs de la bourse suisse. D’excellents résultats obtenus en quelques années, dont LafargeHolcim espère profiter à son tour.

Calmer les tensions

Eric Olsen avait démissionné pour « contribuer à apaiser les fortes tensions qui sont récemment apparues autour de la question de la Syrie ». Une décision acceptée par le conseil d’administration, qui avait toutefois affirmé que Eric Olsen n’était « ni responsable ni pouvant être considéré comme informé des actes répréhensibles identifiés » dans le cadre d’une enquête interne.

Du côté de Sika, le vide laissé par le départ de Jan Jenisch sera comblé par l’arrivée de Paul Schuler, dès le 1er juillet. Il s’agit du directeur régional du groupe pour la zone Europe/Moyen-Orient/Afrique. Un choix sûr et d’expérience, l’homme travaillant chez Sika depuis 29 ans, et depuis 10 ans à des postes de dirigeant. S’il sera surtout chargé d’assurer la continuité et de faire en sorte que tout continue de bien tourner, il aura, lui aussi un gros dossier : le bras de fer qui se livre entre Sika et Saint-Gobain, qui désire racheter le groupe depuis plus de deux ans.

F.T
Photo de Une :  @LafargeHolcim (Twitter)


Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Un nouveau directeur pour LafargeHolcim France et Belgique - Batiweb

Un nouveau directeur pour LafargeHolcim France et Belgique

Le spécialiste des matériaux de construction LafargeHolcim a annoncé le 30 novembre dernier la nomination de François Petry au poste de Directeur de la zone France – Belgique. Bénédicte de Bonnechose, sa prédécesseur, a quant à elle décidé de poursuivre sa carrière à l’extérieur du groupe. Retour sur le parcours du nouveau Directeur général de LafargeHolcim France.
Saint-Gobain poursuit sa croissance malgré un net recul de son activité en France  - Batiweb

Saint-Gobain poursuit sa croissance malgré un net recul de son activité en France

En 2015, le groupe français de matériaux de construction et de distribution Saint-Gobain a vu son chiffre d’affaires progresser de 3,3% à 39,6 milliards d’euros et son bénéfice net s’établir à 1,295 milliard d’euros (+ 36%), malgré un contexte macroéconomique « volatil ». Pour 2016, le groupe table sur une nouvelle amélioration de ses résultats. Il a par ailleurs annoncé un nouveau programme d'économies de coûts de 800 millions d'euros pour la période 2016-2018.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter