Le groupe Thermador envisage de reprendre ses acquisitions Vie des sociétés | 01.08.19

Partager sur :
Le groupe Thermador, distributeur en gros d’articles de robinetterie, a dévoilé ce mercredi 31 juillet ses résultats semestriels. Avec un chiffre d’affaires de 190,7 millions d’euros, en hausse de +14,8%, le groupe peut être serein sur ses perspectives à court terme. Après deux ans de pause, il envisage même de reprendre sa stratégie de croissance externe, évoquant trois potentielles acquisitions qui lui permettraient d’augmenter son chiffre d’affaires de 40 millions d’euros.

Dans son bilan semestriel, Thermador indique que son chiffre d’affaires est monté à 190,7 millions d’euros à l’issue de ce premier semestre 2019, soit une hausse de +14,8%.

 

Sur les six premiers mois de l’année, le groupe Thermador a dégagé un bénéfice net (part du groupe) de 16,9 millions d’euros, en hausse de +9,9%. L’amélioration du résultat net est encore plus prononcée que celle du résultat opérationnel courant, qui augmente de +6,7%, à 25 millions d’euros.

 

Malgré la baisse des mises en chantier de logements, Thermador reste optimiste : « Cela n’entame pas notre sérénité à l’abord du deuxième semestre », a déclaré le groupe. « La tendance reste favorable à l'export et en robinetterie industrielle », ajoute-t-il.

 

Des acquisitions qui apporteraient 40 millions d’euros de chiffre d’affaires

 

Dans une lettre diffusée à ses actionnaires ce mercredi 31 juillet, le groupe annonce également vouloir reprendre sa stratégie d’acquisitions, évoquant trois entreprises « pertinentes ». Des acquisitions qui, selon lui, pourraient lui apporter près de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires additionnel.

 

Le groupe se félicite par ailleurs du succès de nouvelles activités lancées « à partir d’une page blanche », comme Axelair (climatiseurs mobiles), qui s’approche de la rentabilité, et Aello (matériel de piscine).

 

C.L.

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Eiffage voit son bénéfice net bondir d’un tiers au 1er semestre 2019

Eiffage voit son bénéfice net bondir d’un tiers au 1er semestre 2019

Bon début d’année pour Eiffage. Le spécialiste du BTP et des concessions a en effet vu son bénéfice net progresser d’un tiers ce premier semestre, et son chiffre d’affaires augmenter de +11,6 %. De brillants résultats qui s’expliquent en grande partie par son dynamisme dans les chantiers du Grand Paris Express. La suite devrait rester prometteuse puisque le groupe affiche également un carnet de commandes en hausse de +3 % sur un an.
Premier semestre en nette progression pour Thermador Groupe

Premier semestre en nette progression pour Thermador Groupe

Thermador Groupe, distributeur en gros d’articles de robinetterie industrielle, a présenté le 31 juillet sa dernière lettre aux actionnaires relative au chiffre d’affaires réalisé au cours du premier semestre 2018. Celui-ci a ainsi progressé de +20,3% par rapport à 2017, atteignant les 168,1 millions d’euros. Pour autant, l’entreprise s’attend à une atténuation de la croissance externe pour le reste de l’année, qui, a contrario, avait été particulièrement dynamique l’an passé.
Ralentissement pour Tarkett au 1er semestre 2019

Ralentissement pour Tarkett au 1er semestre 2019

Le groupe Tarkett, fabricant de revêtement de sols, a publié mardi 23 juillet ses résultats du premier semestre 2019. Son chiffre d’affaires net s’élève à 1,4 milliard d’euros, mais il enregistre un ralentissement, avec 7,7 millions d’euros de bénéfice net, contre 28,7 millions l’année précédente. Si les ventes sont au beau fixe pour le segment Sport et l’Europe, le groupe fait face à une baisse d’activité en Amérique du Nord et en Russie.
La stabilisation du marché français profite à Saint-Gobain

La stabilisation du marché français profite à Saint-Gobain

Boosté par une conjoncture favorable, Saint-Gobain a vu ses estimations se confirmer avec une forte progression du résultat d’exploitation, en hausse de +10,8% en 2016. À données comparables, le chiffre d’affaires du groupe augmente également de +2,6%, atteignant 39 093 millions d’euros. Une tendance que l’industriel français compte bien confirmer en 2017.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter