Le monde du chauffage s’indigne de la baisse des aides de l’ANAH Vie des sociétés | 16.10.19

Partager sur :
Alors que l’ANAH a annoncé le 10 octobre dernier la baisse du plafond des aides aux travaux du programme « Habiter Mieux Agilité », passant de 20 000 à 8 000 euros, cette mesure avec effet immédiat a suscité l’indignation de l’Association française pour la pompe à chaleur (AFPAC). Cette dernière accuse l’ANAH de pénaliser les ménages qui avaient déjà déposé un dossier, et de menacer la crédibilité de la toute la filière.

Déjà inquiète face à la future baisse des aides pour les pompes à chaleur liée à la refonte du CITE, l’Association française pour la pompe à chaleur (AFPAC) s’est indignée ce mardi 15 octobre de la brutale décision de l’ANAH de réduire le montant des aides de son programme « Habiter Mieux Agilité » avec effet immédiat. Depuis le jeudi 10 octobre dernier, le plafond d’aides aux travaux du programme est ainsi passé de 20 000 euros à 8 000 euros et à 2 400 euros pour les chaudières à gaz.

 

Pour l’AFPAC, il s’agit d’un coup de couteau dans le dos :

 

« L’AFPAC s’indigne de la décision anticipée touchant le programme « Habiter Mieux Agilité » de l’ANAH à compter du 10 octobre 2019, alors qu’il n’était prévu une fusion de ce programme et du CITE qu’à compter de janvier 2020 », s’est offusquée l’association dans un communiqué publié mardi 15 octobre.

 

Une mesure qui pénalise les ménages…

 

La mesure, immédiatement effective, concerne également les dossiers déjà déposés mais pas encore aboutis. « Au final, cette décision pénalise les concitoyens, dont notamment les plus démunis », regrette l’association.

 

« Au travers de cette décision prise sans concertation avec la filière, les installateurs, pièce maîtresse du dispositif se retrouvent déboussolés compte tenu des engagements pris avec leurs clients et demandent à ce que des aménagements concertés soient étudiés et mis en place jusqu’au 31 décembre 2019 », ajoute-t-elle.

 

…et menace la crédibilité de toute une filière

 

Pour l’association, la mesure risque aussi de gravement nuire à la crédibilité de la filière et de menacer son équilibre : « Cette situation inconcevable et paradoxale risque de mettre en sérieuse difficulté un ensemble économique représentant plus de 24 000 emplois et d’entacher durablement la crédibilité des installateurs RGE qui se sont engagés envers leurs clients et ne pourront pas tenir leurs promesses de reste à charge », s’indigne-t-elle.

 

Dans ce contexte, l’AFPAC indique qu’elle a d’ores et déjà sollicité le Ministère de la Transition Energétique et Solidaire et l’ANAH afin de les rencontrer « pour réinstaurer un dialogue constructif ».

 

C.L.

Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La précarité énergétique a augmenté en 2019 selon l’ONPE - Batiweb

La précarité énergétique a augmenté en 2019 selon l’ONPE

L’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) a publié ce mardi 7 janvier son tableau de bord de la précarité énergétique pour 2019, et actualisé le bilan 2018. D’une année sur l’autre, le nombre de personnes ayant été touchés par la précarité énergétique a augmenté de 233 000 personnes, pour atteindre 6,8 millions de Français. L’ONPE fait le point sur les aides disponibles pour soutenir les ménages les plus modestes.
Rénovation énergétique : le Gouvernement précise le futur barème d’aides - Batiweb

Rénovation énergétique : le Gouvernement précise le futur barème d’aides

Le Ministère de la Transition écologique et solidaire a précisé ce mercredi 25 septembre les contours que prendrait la future prime qui remplacera progressivement le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) à partir de janvier prochain. Le nouveau dispositif privilégiera notamment les ménages modestes en excluant les 20 % des ménages les plus aisés. Le barème d'aides par type de travaux a également été dévoilé. Le point sur les nouveautés.
Les fraudes à l’ITE poussent l’Anah à diminuer le montant des aides - Batiweb

Les fraudes à l’ITE poussent l’Anah à diminuer le montant des aides

L'Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (Anah) se félicite de la réussite du dispositif MaPrimeRénov', lancé en début d’année 2020. Ce système déployant des aides financières pour les particuliers qui en font la demande, permet d’engager de nombreux travaux de rénovation. Mais parallèlement, les fraudes se multiplient dans certains secteurs, et l’Anah a décidé de diminuer le montant de certaines aides pour venir à bout de ces arnaques.
MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021 - Batiweb

MaPrimeRénov' sera finalement accessible à tous en 2021

Alors que le nouveau dispositif d'aides aux travaux de rénovation énergétique devait bénéficier à 200 000 ménages modestes, seuls 25 000 en ont profité. Face à ces faibles résultats, parfois imputés à la crise liée au Covid-19 ou au manque de lisibilité, Emmanuelle Wargon a annoncé que MaPrimeRénov' serait finalement étendue à tous les ménages, y compris les plus aisés, et même élargie aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter