Les déchets du BTP sont encore trop peu valorisés (rapport)

Vie des sociétés | 29.09.16
Partager sur :
Les déchets du BTP sont encore trop peu valorisés (rapport) - Batiweb
Selon un rapport publié ce jour, les taux de valorisation des déchets du second oeuvre ne dépassent pas 35%, alors même que ces déchets pourraient être recyclés sans surcoût jusqu’à 80%. Alors comment expliquer un taux aussi faible ? Les auteurs du texte estiment qu’il est le résultat d’un manque d’implication des maîtres d’ouvrage et d’une collecte en mélange des déchets, le plus souvent en benne. Explications.
La loi sur la transition énergétique votée en 2015 « prévoit un objectif de 70% de valorisation des déchets du bâtiment ». Pourtant dans ce domaine, les taux de valorisation des déchets du second œuvre sont encore faibles : « pas plus de 35% », selon l’Ademe.

Un rapport réalisé dans le cadre du projet collaboratif Démoclès rappelle que ces déchets issus des chantiers de démolition ou de réhabilitation représentent chaque année « plus de dix millions de tonnes chaque année » alors même qu’ils disposent, dans la majorité des cas, de filières de valorisation.

Les auteurs de l’étude, menée sur 19 chantiers, estiment cependant qu’il est possible « d’arriver à terme à valoriser sans surcoût jusqu’à 80% des déchets du second œuvre », à condition de suivre un certain nombre de recommandations opérationnelles allant d’une meilleure connaissance de la réglementation aux outils techniques.

Des maitres d’ouvrage trop peu impliqués

Ils préconisent notamment de former tous les intervenants à la gestion des déchets, à commencer par les maîtres d'ouvrage, et d'intégrer cette question à la formation initiale notamment des architectes.

Concernant les maitres d’ouvrage, le rapport note qu’une majorité d’entre eux « ne se sent pas concernée par la gestion des déchets issus de leurs chantiers ». Pourtant, la gestion des déchets est « l’affaire de tous » et repose sur « une responsabilité partagée ».

En effet, l’étude rappelle que dans les faits, la responsabilité de la gestion des déchets pèse sur les entreprises de travaux alors que sur le plan juridique, elle repose sur la maitrise d’ouvrage qui doit s’assurer que les déchets soient correctement traités. Ainsi, « l’absence d’implication de la maitrise d’ouvrage dans la gestion des déchets entraine une insécurité juridique pour l’ensemble de la chaine des acteurs », souligne l’étude.

Il est donc nécessaire que les différents acteurs soient plus coordonnés et que la maitrise d’ouvrage se considère comme le « 1er maillon de la chaine » afin de mettre en œuvre « un réel pilotage de la gestion des déchets » avec une préparation en amont et un suivi tout au long du chantier.

Une meilleure connaissance de la gestion des déchets

Mais pour que la valorisation des déchets du BTP monte en puissance, encore faut-il que les gestionnaires de déchets proposent des services adaptés aux caractéristiques de chaque chantier et des objectifs de valorisation des déchets.

En effet, sur les 24 catégories composant ce type de déchets, « 15 peuvent bénéficier d'un recyclage », souligne le rapport. Neuf seulement ne sont donc pas valorisables, comme la tapisserie et le tissu mural, le mâchefer, le polyuréthane ou la brique plâtrière.

« Les entreprises doivent ainsi connaître les filières de valorisation pertinentes pour les déchets générés », insiste l’étude qui déplore une collecte des déchets « en mélange », le plus souvent en benne.

90% des déchets de réhabilitation sont collectés en mélange, indique le rapport. « Or la collecte en mélange est incompatible avec le recyclage des déchets du second œuvre » parce qu'elle ne permet pas toujours de conserver leurs caractéristiques techniques, indique l'étude.

Certains déchets sont dangereux et peuvent en effet contaminer l’ensemble de la benne. L’étude cite notamment les tubes fluorescents, les déchets d’équipements électriques et électroniques, les lampes à économie d’énergie, le bois traité…

Autre exemple, le verre plat qui une fois brisé « devient irrécupérable » et ses brisures vont s’incruster dans les autres matériaux. Le plâtre nécessite également une certaine intégrité pour pouvoir être recyclé, intégrité non assurée par la collecte en mélange.

Des contenants spécifiques

Au total, dix des 15 déchets de second oeuvre valorisables devraient être collectés sur les chantiers dans des contenants spécifiques, pour permettre « une valorisation optimale » et « sans surcoût ». On parle ici d’un conditionnement « mono-flux » en pied de chantier. Ces contenants plus petits que les bennes sont plus maniables et transportables. La dépose sélective représente ainsi « moins de pénibilité et plus de rapidité pour les opérateurs ».

Par ailleurs, l’utilisation de contenants dédiés de plus petite taille au plus près du lieu de dépose des matériaux et des équipements permet de « limiter les manipulations et d’assurer la propreté du chantier ». Cela permet également de faire disparaître les coûts cachés (main d’œuvre pour l’entreprise de travaux) et donc de compenser les surcoûts de certaines filières de recyclage actuellement plus chères que la mise en décharge.

Pour atteindre les objectifs de valorisation des déchets, l’étude préconise donc de clarifier les responsabilités de chaque acteur, de former des acteurs éco-responsables de la gestion de déchets et de mettre en place une collecte séparée dans des contenants différents et adaptés aux différents types de déchets.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur
La sélection de la semaine
Quartix, experts en géolocalisation de véhicules - Batiweb

Quartix a été créée en 2001 par quatre experts de notre industrie qui cumulent plus de 120 ans...


Schindler CleanMobility prend soin de vous - Batiweb

Le contexte actuel exige de chacun d’entre nous une vigilance accrue au quotidien. Afin de faire face au coronavirus,...


MICROANCHORS : stabilisation & ancrage d’ouvrages contre terre - Batiweb

L’innovation MICROANCHORS est l’utilisation complémentaire d’une série de micro-ancrages...

Dossiers partenaires
Aménagement des espaces de bureau et gestion du bruit et de la confidentialité, pensez cloison ! - Batiweb

La cloison démontable et mobile, en plus d’être un moyen de structurer les espaces de travail, répond aux obligations de…


Insérer les produits GEOSTAFF directement dans vos maquettes B.I.M est désormais possible ! - Batiweb

Les avantages du BIM sont nombreux : visualiser ses projets plus facilement, réduire ses coûts, raccourcir ses délais, g…


Bien assurer ses véhicules professionnels, c’est protéger son outil de travail et donc son activité professionnelle ! - Batiweb

Les véhicules professionnels font partie des outils de travail essentiels à une entreprise de BTP. Lorsque, malheureusem…

informationbloqueur de pub détécté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.

Cordialement, L'Equipe Batiweb