Les dirigeants et salariés de Fondasol deviennent actionnaires majoritaires Vie des sociétés | 15.12.17

Partager sur :
Fondasol a annoncé avoir finalisé un MBO, conférant aux dirigeants et aux salariés de l’entreprise une large majorité au capital. Cette action va permettre au Groupe d’établir un plan de développement « de long terme, collaboratif et responsable » qui s’appuiera sur 3 piliers : le déploiement de nouvelles offres, l’accroissement de la compétitivité et la digitalisation de l’entreprise.
Plus de 20 ans après la cession de l’entreprise à un fonds d’investissement par son fondateur, Fondasol a repris son destin en main via un Management Buy-Out (MBO). L’opération a permis au management et aux salariés de prendre la majorité à hauteur de 60%.

« Le fait de devenir majoritaire nous permet d’établir des plans d’investissements à plus long terme, notamment sur la R&D et les marchés internationaux, tout en étant accompagnés par des partenaires financiers très solides », indique Olivier Sorin, Président directeur général de Fondasol.

Pour mener à bien ce rachat, le management du Groupe, spécialisé dans l’ingénierie géotechnique, s’est entouré de Amundi Private Equity Funds, BNPP Paribas et BTP Capital. Il est le point de départ d’un plan de développement de long terme, « collaboratif et responsable ».

Management participatif

Bien que favorisée par la loi Macron votée en 2014, cette démarche d’actionnariat salarié est encore peu répandue. En effet, seulement 160 entreprises non cotées ont offert cette possibilité à leurs collaborateurs. L’opération permet ainsi à Fondasol de faire figure de « précurseur sur son marché ».

Le MBO était ouvert à tous les salariés et retraités de l’entreprise quelle que soit la nature de leur poste. « L’objectif était de développer l’accessibilité à tous les collaborateurs en abaissant notamment l’investissement minimal à 1 000 € », précise un communiqué.

Les collaborateurs se sont ainsi vus étroitement associés au capital de l’entreprise ainsi qu’à son développement et à sa performance, « une philosophie portée par la direction depuis plusieurs années ».

« Au-delà de l’aspect financier, cette nouvelle histoire est aussi la rencontre de valeurs humaines communes et de certitudes partagées, comme la conviction que la croissance durable de notre entreprise prend racine dans le terreau de la satisfaction du client par la curiosité́, la bienveillance, l’esprit d’équipe et l’excellence opérationnelle. Cette satisfaction passe par l’épanouissement de nos salariés, elle en est tout autant le corolaire que le ferment et nous nous devons de nourrir ces deux ambitions concomitamment », déclare Olivier Sorin.

Intégrer de nouveaux marchés

Le groupe ambitionne aujourd’hui de franchir une nouvelle étape dans sa croissance. L’entreprise souhaite notamment développer un « positionnement nouveau » sur le marché, matérialisé par un guichet unique pour répondre à des problématiques plurielles. Il s’agit de renforcer les compétences de Fondasol sur les métiers de la pathologie des structures, de l’environnement, de l’hydrogéologie ou encore de la topographie.

Pour Olivier Sorin, « la nouvelle stratégie de Fondasol tient dans sa promesse : Partout où l’homme bâtit et avec lui, Fondasol étudie et modélise l’ensemble de l’environnement pour en prédire le comportement, rendre les constructions plus durables et limiter leur impact sur l’écosystème ». Le plan de développement du groupe repose sur 3 piliers : le déploiement de nouvelles offres, l’accroissement de la compétitivité et la digitalisation de l’entreprise.

Huit chantiers prioritaires sont déjà lancés au sein du groupe. Ils mobilisent les salariés tous postes et toutes implantations confondues autour de nouvelles ambitions. Les objectifs de croissance amèneront le groupe à accueillir dans les prochaines années plusieurs centaines de collaborateurs supplémentaires en France et à l’international.

Le Groupe Fondasol dont le siège est situé à Avignon, emploie aujourd’hui plus de 580 personnes, dont 170 ingénieurs qui opèrent en France et à l’international. Le réseau compte 28 agences avec une présence au Bénélux et en Afrique. Fondasol réalise plus de 9 500 études par an pour un chiffre d’affaires de 60 M€.

R.C
Photo de une : ©Fondasol (de gauche à droite : Christophe Somaïni - Amundi PEF / Vincent Behr - Invest Corporate Finance / Olivier Sorin - Président Directeur Général de Fondasol / Luc Pascal - BNPP Paribas / Stéphane Currenti - BTP Capital Investissement). 
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Une nouvelle acquisition en Biélorussie pour Sika - Batiweb

Une nouvelle acquisition en Biélorussie pour Sika

Que de rachats pour Sika cette semaine ! Après le canadien King Packaged Materials Company, c’est aujourd’hui le biélorusse Belineco LLC que l’industriel suisse s’est offert. L’entreprise nouvellement acquise est spécialisée dans la fabrication de systèmes de mousse en polyuréthane, un segment sur lequel Sika compte bien se développer. Précisions.
Hauts-de-France : forte hausse des chutes de hauteur au mois de juin - Batiweb

Hauts-de-France : forte hausse des chutes de hauteur au mois de juin

La direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte) des Hauts-de-France s'est inquiétée ce vendredi 3 juillet d'une forte recrudescence des chutes de hauteur au mois de juin. Il faut dire que la reprise d'activité et la baisse de productivité liée aux mesures sanitaires mènent à des pressions sur les entreprises et salariés, faisant prendre à ces derniers des risques. Or, selon la Direccte, la menace du Covid-19 ne doit pas surtout pas « occulter les autres risques d'accidents ».
Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ? - Batiweb

Artisans du bâtiment : où en sont-ils un mois plus tard ?

Fin mars, nous avions interrogé deux chefs d’entreprises du bâtiment se situant à La Tranche-sur-Mer, en Vendée (85). Chacun avait alors choisi sa stratégie, entre arrêt ou poursuite d’activité. Aujourd’hui, les deux entreprises ont repris - ou poursuivi - mais en privilégiant les chantiers en extérieur ou sans clients. Si les deux entreprises parviennent à trouver des solutions pour les masques, les problèmes d’approvisionnement persistent, avec des fournisseurs qui reprennent progressivement, mais avec des retards à combler.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter