Lutte contre la discrimination : les groupes Eiffage et Vinci récompensés Vie des sociétés | 19.04.16

Partager sur :
Créé par l'Etat, et délivré par AFNOR Certification, le label Diversité récompense l'engagement d'organismes et d'entreprises, en faveur de la diversité et de la lutte contre les discriminations au travail. Quatre entreprises de BTP appartenant aux groupes Eiffage et Vinci, ont été labellisées ce lundi, en présence de la ministre du Travail Myriam El Khomri.

Area et APRR pour le groupe Eiffage, Vinci Environnement et Giletto pour le groupe Vinci : ces quatre entreprises du BTP se sont vu remettre lundi soir le Label « Diversité », au Ministère du Travail.

Créé par l'Etat en 2008, et délivré par AFNOR Certification, l'Association française de normalisation, ce label récompense l’engagement collectif et volontaire d’organismes pour la promotion de la diversité et la prévention des discriminations dans le cadre de sa gestion des Ressources Humaines (recrutement, intégration et gestion des carrières).

Ces entreprises répondent à un cahier des charges comptant six critères : connaître ses risques en matières de discriminations, mobiliser ses collaborateurs (sensibilisation, formation, communication), maîtriser ses processus de gestion des ressources humaines, s'intéresser à l'ancrage territorial, s'engager vis à vis de ses fournisseurs, clients et usagers mais aussi s'assurer de l'efficacité de ses actions. Les 20 critères de discrimination (âge, sexe, origine...) sont également pris en compte.
 

Rappel de la loi

Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, telle que définie à l'article 1er de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations, notamment en matière de rémunération, au sens de l'article L. 3221-3, de mesures d'intéressement ou de distribution d'actions, de formation, de reclassement, d'affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat en raison de son origine, de son sexe, de ses moeurs, de son orientation ou identité sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille, de son lieu de résidence ou en raison de son état de santé ou de son handicap.

Code du travail - Article L1132-1

Les discriminations à l'embauche sont punies de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Code pénal - Article 225-1 et 225-2

Cette année, 18 entreprises au total ont été récompensées pour leurs efforts après avis d’une commission composée de représentants de l’Etat, de l’Association Nationale des DRH (ANDRH), et des partenaires sociaux. Mais au total, ce sont plus de 300 entités juridiques, privées et publiques, qui ont déjà fait reconnaître leur engagement.

En France, 85 % des demandeurs d'emploi estiment que les discriminations à l'embauche sont fréquentes.

Une étude sur l'impact économique prévue en juin

Pour lutter contre cette forme d'injustice au travail, L'Etat lance également une vaste campagne de communication à destination du grand public, assortie d'une opération de testing à grande échelle auprès d'entreprises de plus de 1 000 salariés dans des métiers et des secteurs variés.

« La méthode du testing consiste en l’envoi de deux candidatures similaires en tout point, sauf un critère relevant de l’un des 20 motifs de discrimination. La synthèse des résultats fera l’objet d’une publication et chaque entreprise testée sera tenue de tirer le bilan de ses résultats, et de mettre en place le cas échéant des mesures correctives rapides et efficaces », précise le ministère du Travail.

Par ailleurs, une étude sera publiée en juin sur l'impact économique des discriminations, à l'échelle de la société mais aussi des entreprises.
 

Les discriminations les plus fréquentes

- L'âge au delà de 55 ans – pour 88 % des sondés
- Être enceinte – 85 % des sondés
- Être handicapé – 77 % des sondés
- Être obèse – 75 % des sondés
- Un nom à consonance étrangère – 66 % des sondés
- La couleur de peau – 62 % des sondés
- Être une femme – 37 % des sondés

Les victimes de ces discriminations sont 43 % à avoir abandonné leur recherche d’emploi.

Source : 8e Baromètre DDD/OIT de perception des discriminations dans l’emploi, réalisé par l’Ifop en 2015

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Embaucher un mineur pendant l’été - Batiweb

Embaucher un mineur pendant l’été

Vous envisagez cet été, au moment où beaucoup de vos salariés sont en vacances, de recruter des jeunes mineurs pour des travaux légers. Vous en avez le droit, à condition de respecter la réglementation relative au travail des mineurs.
Logement, travail illégal, professions réglementées... le vaste chantier de la loi Macron - Batiweb

Logement, travail illégal, professions réglementées... le vaste chantier de la loi Macron

Le projet de loi pour la croissance et l’activité, dite « loi Macron », a été présenté ce mercredi en Conseil des ministres, avant une conférence de presse à l'Elysée. Le texte, qui doit produire dès « l’été prochain » des effets concrets pour les ménages et les entreprises, lève une série de contraintes dans des domaines aussi divers que les professions réglementées, le logement ou le travail illégal. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter